Communiqués de presse

 Archives 2001

Communiqué de presse 01/48

AFRIQUE SUBSAHARIENNE: 17 PAYS EN SITUATION D'URGENCE ALIMENTAIRE EXCEPTIONNELLE -
LA FAO S'INQUIÈTE DE LA DETERIORATION DE LA SITUATION AU SOUDAN, EN SOMALIE ET AU ZIMBABWE


Nairobi/Rome, 1er août- En Afrique subsaharienne, 17 pays sont en situation d'urgence alimentaire exceptionnelle en raison des conditions météorologiques défavorables, des troubles intérieurs et de l'insécurité persistants, selon un rapport de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) publié aujourd'hui (Situation alimentaire et perspectives de récolte en Afrique subsaharienne).

Dans la Corne de l'Afrique, le spectre d'une nouvelle sécheresse se profile à l'horizon dans plusieurs pays. Au Soudan, la récente recrudescence des conflits au sud a forcé un grand nombre de personnes à se déplacer et aggravé la situation alimentaire rendue déjà précaire par la sécheresse, annonce la FAO. En Somalie, on prévoit de graves pénuries alimentaires. En Afrique australe, la production vivrière a subi un recul considérable dans plusieurs pays. Au Zimbabwe, la situation alimentaire est source de préoccupation, selon le rapport.

"Tous les efforts possibles doivent être faits pour empêcher que la situation alimentaire ne se détériore davantage au Soudan et en Somalie", a déclaré Abdur Rashid, Chef du Système mondial d'information et d'alerte rapide. "Les sombres perspectives alimentaires au Zimbabwe jusqu'à la prochaine récolte requièrent des dispositifs d'urgence pour la livraison d'une aide alimentaire au cours des prochains mois".

Au Soudan, le nombre de personnes nécessitant une aide alimentaire, actuellement estimé à environ 3 millions, devrait encore augmenter. La situation est particulièrement grave à Bahr-El-Ghazal où la recrudescence des troubles intérieurs a été la plus marquée, selon le rapport. "Ailleurs, les mauvaises récoltes des deux dernières années et l'épuisement des stocks se sont traduits par une forte hausse des prix des céréales, et par conséquent, par un accès difficile à la nourriture pour de vastes segments de population". De nombreux agriculteurs et autres groupes vulnérables se sont déplacés en quête de travail et de nourriture. "Si l'on veut conjurer la famine, il faut intervenir de toute urgence pour livrer une aide alimentaire supplémentaire et un soutien logistique".

En Somalie, les perspectives des récoltes céréalières de la campagne principale "gu" de 2001 sont médiocres compte tenu des pluies insuffisantes. En dépit des bonnes récoltes des deux dernières campagnes, le pays pourrait rencontrer de graves difficultés d'approvisionnements alimentaires à cause des pluies médiocres, des difficultés de redressement après plusieurs sécheresses successives et des effets à long terme d'années d'insécurité. Les denrées alimentaires ont subi un fort renchérissement, causant une dépréciation du pouvoir d'achat de nombreux ménages.

En Afrique australe, les effets conjugués de sécheresses prolongées, des graves inondations et de l'interruption des activités agricoles dans certaines zones se sont traduits par des baisses considérables de production dans la sous-région.

Au Zimbabwe, "la situation des disponibilités alimentaires est tendue pour de vastes catégories de population", annonce le rapport. La récolte de maïs de la campagne principale est estimée à quelque 1,5 million de tonnes, soit 28 pour cent de moins que celle de l'an dernier. "La production céréalière a subi les effets d'une forte diminution des superficies ensemencées dans les grandes exploitations commerciales, due à l'interruption en raison des activités d'acquisition des terres, et dans les fermes collectives, par les retards de paiement de l'Office de commercialisation des céréales".

Dans les zones rurales, les plus touchés sont les agriculteurs qui ont engrangé une mauvaise récolte à cause de la sécheresse qui a sévi en janvier, et des pluies excessives tombées en février-mars, ainsi que ceux qui ne se sont pas encore remis de l'impact du cyclone Eline l'an dernier, essentiellement dans les régions du sud. "Les travailleurs agricoles qui ont perdu leur emploi en raison de l'invasion des fermes ou des acquisitions de terres, et les populations vulnérables dans les zones victimes d'insécurité alimentaire chronique se heurtent également à une situation alimentaire difficile. Dans les zones urbaines, les ménages à faible revenu sont durement touchés par la baisse des revenus réels, la hausse des coûts de la nourriture et des produits non alimentaires et les graves pénuries de carburant dues au manque de devises étrangères".

En Ethiopie, les pluies favorables de la campagne "belg" en cours et la récolte exceptionnelle de céréales et de légumineuses de la campagne "meher" de l'an dernier ont considérablement amélioré la situation générale des approvisionnements alimentaires dans le pays. Toutefois, quelque 6,5 millions de personnes victimes des sécheresses consécutives et de la guerre avec l'Erythrée sont tributaires de l'aide alimentaire. En Erythrée, les perspectives alimentaires demeurent sombres car de grands nombres d'agriculteurs déplacés ne peuvent faire retour dans leurs fermes et ne peuvent accéder à de vastes superficies à cause des mines antipersonnel.

Au Kenya, en dépit d'une amélioration générale des disponibilités alimentaires, les espoirs d'un relèvement après la récente sécheresse dévastatrice se sont estompés en raison des pluies insuffisantes tombées en mai et en juin, en particulier dans les districts pastoraux.

En Afrique australe, la production vivrière a subi une baisse considérable dans plusieurs pays, compte tenu des semis réduits et du mauvais temps. La production de maïs, qui représente plus de 90 pour cent de la production céréalière totale de la sous-région, est estimée à 13,7 millions de tonnes, soit 26 pour cent de moins qu'en 2000 et nettement en-deçà de la moyenne. Au Swaziland et au Lesotho, les besoins d'importations ont augmenté par rapport à l'an dernier, compte tenu de fortes baisses de production céréalière en 2001. De même la Zambie, la Namibie et le Botswana ont accusé un recul considérable de la production de céréales secondaires. En revanche, la production céréalière de cette année en Angola devrait être nettement supérieure à celle de l'an dernier. Toutefois, plus de 1,3 million de personnes déplacées à l'intérieur du pays ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence.

En Afrique de l'Ouest, la situation alimentaire est particulièrement précaire dans certaines parties du Burkina Faso, du Libéria, du Niger et du Tchad.

Des urgences alimentaires persistent dans la région des Grands Lacs. En République démocratique du Congo, la situation alimentaire et nutritionnelle de 2 millions de personnes déplacées à l'intérieur du pays est extrêmement grave. Au Burundi, de grands nombres de ruraux ont été déplacés à cause du regain d'insécurité, ce qui a interrompu la production vivrière et les activités de commercialisation, tandis qu'au Rwanda, la situation de sécurité demeure précaire dans certaines parties du pays.

17 pays en situation d'urgence alimentaire exceptionnelle:

Angola: troubles intérieures, déplacements de population; Burkina Faso:sécheresse; Burundi: troubles intérieurs et insécurité; Congo, République démocratique du: troubles intérieurs, personnes déplacées à l'intérieur du pays et réfugiés; Erythrée: personnes déplacées à l'intérieur du pays, rapatriés et sécheresse; Ethiopie: sécheresse, personnes déplacées à l'intérieur du pays; Guinée: troubles intérieurs, déplacements de population; Kenya: sécheresse; Liberia: troubles intérieurs passés, pénurie d'intrants; Niger: sécheresse; Ouganda: troubles intérieurs dans certaines parties du pays, sécheresse; Rwanda: sécheresse dans certaines régions; Sierra Leone: troubles intérieurs, déplacements de population; Somalie: sécheresse, troubles intérieurs; Soudan: troubles intérieurs au sud, sécheresse; Tanzanie: déficits vivriers dans plusieurs régions pour cause de sécheresse; Tchad: sécheresse.

Le rapport est en ligne à l'adresse suivante: http://www.fao.org/WAICENT/faoinfo/economic/giews/english/eaf/eaftoc.htm

Pour tout complément d'information, veuillez contacter le service des relations avec les médias (tel.:0039.06.57052232).


>
Page d' accueil de la FAO 
>
 Rechercher notre site 

Suggestions?: Webmaster@fao.org

©FAO, 2001