Communiqués de presse

 Archives 2001

Communiqué de presse 01/61

Situation des forêts du monde 2001:
LE DÉBOISEMENT SE POURSUIT À UN RYTHME ÉLÉVE DANS LES RÉGIONS TROPICALES LA FAO INVITE LES PAYS À CONTRER LE CRIME ET LA CORRUPTION DANS LE SECTEUR FORESTIER


Genève/Rome, 3 octobre 2001.- Les forêts continuent de disparaître à un rythme alarmant dans les pays tropicaux, selon le dernier rapport « Situation des forêts du monde 2001 » de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) publié aujourd'hui.

"Durant les années 90, la perte des forêts naturelles était de 16,1 millions d'hectares par an, dont 15,2 millions d'ha dans les tropiques", selon le rapport de la FAO. Cela correspond à des pertes annuelles de 0,4 pour cent à l'échelle mondiale et à 0,8 pour cent dans les tropiques. La déforestation a été la plus forte en Afrique et en Amérique du Sud.

« Les pays ayant subi les pertes les plus élevées de superficies forestières de 1990 à 2000 sont les suivants: Argentine, Brésil, République démocratique du Congo, Indonésie, Myanmar, Mexique, Nigéria, Soudan, Zambie et Zimbabwe. Ceux qui ont enregistré le plus fort gain de superficies forestières, essentiellement dû à la création de plantations forestières au cours de la même période sont la Chine, le Bélarus, le Kazakhstan, la Fédération de Russie et les Etats-Unis », selon le rapport de la FAO.

Ces conclusions se fondent sur l'Evaluation des ressources forestières dans le monde 2000, l'évaluation la plus récente et la plus complète de l'état et des tendances des ressources forestières dans le monde entier. Pour la première fois, la FAO a publié une carte de la répartition et de l'emplacement des forêts dans le monde .

Sur les 15,2 millions d'ha de forêts naturelles qui disparaissent chaque année sous les tropiques, 14,2 millions d'ha ont été convertis à d'autres usages et 1 million d'ha a été transformé en plantations forestières. Hors des pays tropicaux, sur les 900 000 ha de forêts naturelles qui ont disparu chaque année, un demi million d'ha a été converti en plantations forestières et 0,4 million transformé à d'autres usages.

L'essor des forêts naturelles a été estimé à 3,6 millions d'ha par an au cours de la dernière décennie, dont 2,6 millions d'ha dans les pays non tropicaux et 1 million dans les tropiques. "Le développement forestier a lieu depuis plusieurs dizaines d'années dans de nombreux pays industrialisés, en particulier là où l'agriculture n'est plus économiquement viable," indique la FAO.

Les plantations ont également contribué à l'essor des superficies boisées, avec 1,9 million d'ha de nouvelles plantations par an dans les pays tropicaux et 1,2 million d'ha dans les zones non tropicales. L'augmentation prévue de la demande de bois devrait être essentiellement couverte par les plantations forestières.

Selon la FAO, les principales causes de perte et de dégradation des forêts sont la conversion à d'autres usages (essentiellement l'agriculture), les ravageurs et les maladies, les incendies, la surexploitation des produits forestiers (bois industriel, combustible ligneux), de mauvaises pratiques de coupe, le surpâturage, la pollution atmosphérique et les tempêtes.

En ce qui concerne les interdictions et les restrictions d'exploitation commerciale, le rapport signale que dans certains pays, elles ont contribué à la conservation des forêts naturelles. « Dans d'autres, toutefois, elles ont eu un effet négatif sur le secteur forestier et les communautés locales ou ont simplement transféré le problème de la surexploitation à d'autres pays. La décision de recourir aux interdictions devrait être fondée sur une analyse approfondie de leurs effets potentiels et des autres moyens d'atteindre les mêmes résultats.

Le concept d'aménagement durable des forêts continue à gagner du terrain dans le monde entier, fait remarquer la FAO. "En 2000, 149 pays ont participé à des initiatives internationales pour élaborer et mettre en œuvre des critères et indicateurs d'aménagement durable des forêts, bien que le degré d'exécution ait considérablement varié. En outre, la certification forestière suscite un intérêt grandissant; la superficie totale de forêts certifiées dans le monde a atteint 80 millions d'hectares à la fin de 2000."

Toutefois, cela ne représente qu'environ 2 pour cent du total des superficies boisées de la planète. "Notamment, la plupart des forêts certifiées sont situées dans un nombre réduit de pays tempérés, et non dans les pays tropicaux où les pratiques de coupe non durables du bois d'œuvre contribuent à la dégradation des forêts".

On estime à 12 pour cent les forêts dans le monde bénéficiant d'un statut de zone protégée.

Les efforts visant à améliorer la gestion forestière ne produiront des effets que si l'on abaisse le crime et la corruption dans le secteur forestier, souligne le rapport. "Les activités illicites et les tractations malhonnêtes menacent les forêts de nombreux pays, notamment- mais pas uniquement- les pays en développement riches en forêts". Dans certains cas, et du fait de la libéralisation des échanges et de la mondialisation, la coupe et le commerce illégaux semblent progresser, indique le rapport.

Les pratiques forestières illicites comprennent: les contrats illégaux passés avec des entreprises privées par des agents de la fonction publique; la coupe d'arbres protégés par des groupes commerciaux; la contrebande de produits forestiers; la transformation de matières premières forestières sans permis. La valeur élevée du bois d'œuvre, les faibles niveaux de salaires des fonctionnaires gouvernementaux, les vastes pouvoirs discrétionnaires des agents forestiers locaux, le manque d'information objective, une nuée de règlements mal conçus et l'improbabilité de punitions sévères constituent autant de conditions propices au crime et à la corruption dans le secteur forestier, selon le rapport de la FAO.

"Cependant, au cours des dernières années, on a pu observer une évolution encourageante. Les organisations non gouvernementales et les institutions du secteur privé ont lancé des campagnes contre les activités illégales et la corruption et ont déclenché des mesures de lutte. Et certains gouvernements ont la ferme volonté politique de faire de même. Ces pays ont fait de gros progrès pour vaincre la résistance d'intérêts en cause bien établis". Les clés de la lutte contre les activités illégales sont le perfectionnement des systèmes de surveillance, la simplification des lois, et, surtout, leur mise en application stricte.

Les années 90 ont été marquées par des périodes de grave sécheresse, préparant le terrain à des incendies de forêt dévastateurs aux quatre coins du monde, souligne la FAO. Des centaines de millions d'hectares prennent feu chaque année en Afrique de l'Ouest, de vastes zones de l'Afrique au sud de l'Equateur, en Asie centrale, dans la partie méridionale de l'Amérique du Sud et en Australie. Par exemple, durant la saison des incendies de 2000, on estime que 200 millions d'hectares au sud de l'équateur en Afrique ont été incendiés. Les responsables politiques commencent à se rendre compte que l'intervention d'urgence à elle seule n'empêchera aucunement les feux à l'avenir.

Les programmes de planification préalable et d'intervention en cas d'urgence doivent être associés à de meilleures politiques et pratiques d'utilisation des terres. Pour mieux conserver les ressources naturelles tout en réduisant l'impact des feux de forêt, il faut s'orienter vers des pratiques forestières comportant la participation communautaire.

Pour ce qui est de la faune et de la flore des forêts dans les pays en développement, le rapport de la FAO note que "la chasse non viable, en particulier la chasse commerciale, est la principale cause de ce que l'on appelle 'le syndrome de la forêt vide' - l'élimination de la plupart des animaux par la chasse". Le gibier est, depuis longtemps, une denrée de base pour les ruraux de nombreuses parties du monde, mais, avec l'urbanisation, ce sont les chasseurs commerciaux et les négociants qui répondent de plus en plus à la demande de viande.

L'Afrique équatoriale connaît une crise de la viande de chasse, selon le rapport de la FAO. Les forêts de l'Afrique tropicale sont riches en espèces de primates qui sont particulièrement vulnérables car elles se reproduisent lentement et ont souvent de faibles populations. "Environ 15 espèces de primates seraient menacées par le commerce de la viande d'animaux sauvages. Le nombre de chimpanzés en Afrique aurait reculé de 85 pour cent au cours du XXèmesiècle. Les autres espèces menacées sont l'éléphant de brousse, le chevrotain aquatique, six espèces de céphalophes, le léopard et le chat doré", révèle la FAO.

*****

Le rapport est disponible sur le site Internet de la FAO:
http://www.fao.org/forestry/FO/SOFO/sofo-f.stm

Pour tous renseignements complémentaires, veuillez contacter à Rome, le service des relations avec les médias de la FAO (tél. : 0039.06.57052232) et à Genève, le chargé d'information de la FAO, Pierre Antonios (tél. portable 0039.3482523807)


>
Page d' accueil de la FAO 
>
 Rechercher notre site 

Suggestions?: Webmaster@fao.org

©FAO, 2001