Communiqués de presse

 Archives 2001

Communiqué de presse 01/84 C8

NOUVELLE ÉTUDE DE LA FAO ET DE LA BANQUE MONDIALE VISANT À RÉDUIRE LA PAUVRETÉ PARMI LES PETITS AGRICULTEURS


Rome, 7 novembre 2001 .- A l'heure où les investissements internationaux dans le secteur agricole sont tombés à leur plus bas niveau alors que 70 pour cent des pauvres dans le monde vivent dans les régions rurales, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et la Banque mondiale ont annoncé aujourd'hui la publication d'une étude sur l'avenir de l'agriculture dans le monde en développement.

Etayée par un atlas électronique des systèmes agraires, l'étude souligne qu'il est impossible de répondre efficacement aux besoins et aux priorités des agriculteurs et de leurs familles sans commencer par comprendre le monde dans lequel ils vivent et les nombreux choix auxquels ils sont confrontés chaque jour. Les résultats de l'étude ont contribué à la mise à jour de la Stratégie du développement rural de la Banque mondiale.

L'ouvrage présente aux institutions de financement internationales et aux gouvernements nationaux des outils permettant d'identifier les possibilités offertes aux agriculteurs pauvres dans plus de 70 systèmes d'exploitation du monde entier. Des analyses détaillées ont été effectuées sur 20 de ces systèmes, qui, dans leur ensemble, donnent à vivre à près de 2 milliards d'agriculteurs et à leurs familles, soit environ 80 pour cent de la population agricole du monde en développement.

Les options de développement peuvent varier considérablement d'un système à l'autre. Dans certains systèmes, les agriculteurs peuvent échapper à la pauvreté essentiellement en intensifiant ou en diversifiant leur production. Dans d'autres, le meilleur moyen de sortir de la pauvreté est d'accroître l'emploi rural non agricole alors que dans certains des systèmes les plus pauvres, de nombreuses familles agricoles abandonnent leurs fermes et s'en vont en quête de revenus dans les centres urbains. La capacité de réalisation et l'attrait de ces différentes options ne dépend pas tant de la province, de l'Etat, ou même du pays où vivent les agriculteurs, mais plutôt des caractéristiques du système d'exploitation dans lequel ils évoluent.

John Dixon, fonctionnaire principal de la FAO chargé des systèmes d'exploitation, explique ce qui a motivé l'étude: "Dans notre famille globale, un être humain sur cinq vit dans une pauvreté extrême et plus de 800 millions de personnes sont sous-alimentées. C'est pourquoi l'effort principal de la Banque mondiale et d'autres organismes de développement s'est réorienté vers la pauvreté. L'approche des systèmes d'exploitation les aidera à établir leurs priorités d'investissement en matière de sécurité alimentaire, de réduction de la pauvreté et de croissance économique en finançant un développement agricole général qui touche et favorise les familles agricoles les plus démunies et qui ont le plus faim".

M. Dixon est l'auteur de "Farming Systems and Poverty: Improving livelihoods in a changing world" avec la collaboration d'un économiste agricole de la FAO, Aidan Gulliver et un consultant, David Gibbon. Plus de 50 experts de différent départements de la FAO, ainsi que des experts de la Banque mondiale, ont contribué à cet ouvrage.

Selon la FAO, les petits agriculteurs produisent une grande partie de la nourriture du monde en développement, mais sont généralement plus pauvres que le reste de la population de ces pays. Récemment, les priorités de développement agricole ont été axées sur l'ajustement structurel et la réforme économique. En dépit d'une certaine croissance économique et d'un accroissement de la production vivrière, les niveaux de pauvreté sont encore élevés en Asie du Sud, et de plus en plus alarmants en Afrique. L'accent sur la réduction de la pauvreté requiert une attention accrue pour soutenir la diversification et la croissance - au niveau des exploitations - des revenus non agricoles dans le but d'intensifier les mécanismes de production existants.

Le matériel de l'ouvrage a été tiré d'une étude réalisée à l'origine à la demande de la Banque mondiale afin d'offrir une perspective spécifiquement agricole à la révision de la Stratégie de développement rural de la Banque. Il s'inspire de nombreuses années de travaux spécialisés à la FAO et la Banque mondiale, ainsi que d'un certain nombre d'autres institutions nationales et internationales. Les conclusions présentées dans le volume sont soutenues par plus de 20 études de cas du monde entier, qui ont analysé les approches novatrices de développement des petites fermes ou élevages. Plus de 100 cartes numériques ont été préparées pour créer un atlas électronique de systèmes d'exploitation.

Dans la préface de l'Atlas, le Directeur général de la FAO, M. Jacques Diouf, et le Président de la Banque mondiale, M. James Wolfensohn, soulignent que l'ouvrage a été réalisé pour un vaste public. "Nous espérons que les responsables politiques, les chercheurs, les organisations non gouvernementales et le secteur agroalimentaire trouveront ses conclusions et recommandations intéressantes et stimulantes; et qu'ils approfondiront l'analyse en appliquant la méthode à l'échelon national pour aider à formuler des stratégies de développement rural."

* * * * * *

Pour tout complément d'information, veuillez contacter le Bureau des relations avec les médias de la FAO: 0039. 06. 57053625 (email: john.riddle@fao.org) ou consulter les sites internet:

http://www.fao.org/farmingsystems/ou
http://www.fao.org/ag/fr/magazine/0106sp.htm ou
http://wbln0018.worldbank.org/ESSD/rdv/vta.nsf/Gweb/Strategy


>
Page d' accueil de la FAO 
>
 Rechercher notre site 

Suggestions?: Webmaster@fao.org

©FAO, 2001