Communiqués de presse

 Archives 2001

Communiqué de presse 01/86 C10

LA FAIM MENACE LA STABILITÉ MONDIALE, METTENT EN GARDE FAO, PAM ET FIDA


Rome, 8 novembre 2001. - Les responsables des trois organismes internationaux s'occupant d'alimentation à Rome mettent en garde contre la persistance de la faim dans un monde capable de nourrir tous ses habitants et déplorent le manque de ressources consacrées à la réduction de l'insécurité alimentaire.

«A moins de progrès rapides vers l'éradication de la faim, la stabilité de la planète sera menacée sur le double plan politique et économique, tout comme la durabilité des ressources naturelles dont dépend le monde pour ses approvisionnements alimentaires», soulignent, dans la publication Working together - to fight hunger and poverty 2001, diffusée aujourd'hui, Mme Catherine A. Bertini, Directrice exécutive du Programme alimentaire mondial (PAM), M. Jacques Diouf, Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et M. Lennart Baage, Président du Fonds international pour le développement agricole (FIDA).

«Nous estimons qu'en dépit de la lenteur initiale des progrès, il est encore possible d'atteindre l'objectif du « Sommet mondial de l'alimentation » de 1996, à savoir réduire de moitié le nombre de personnes sous-alimentées dans le monde d'ici à 2015», selon les chefs des agences onusiennes.

«Nous déplorons le manque de ressources consacrées à la réduction de l'insécurité alimentaire et des autres manifestations de la pauvreté alors que le fossé se creuse entre riches et pauvres dans - et entre - les nations», indiquent les chefs des organismes des Nations Unies.

«Nous voyons la faim essentiellement comme un problème qui a été créé par les hommes, mais qui peut être résolu par les hommes. La plupart des solutions sont bien comprises et peuvent être mises en œuvre dans tous les pays, pour autant qu'il y ait une volonté politique suffisante de toutes les parties concernées. Nous voyons la faim à la fois comme une cause et un effet de la pauvreté profonde: nous sommes d'avis que si la faim et la pauvreté ne sont pas éliminées, nous ne pouvons jeter de fondations solides. Nous souscrivons aux principes du « Droit à l'alimentation ».

Working together présente certaines des nombreuses façons dont les trois organismes ont renforcé leur collaboration: il cite la coopération FAO/PAM qui a aidé les Kosovars à se relever du conflit; l'initiative conjointe FAO/FIDA pour accroître la production de manioc; un projet FAO/PAM de remise en état des zones dégradées au Yémen et un autre projet FAO/PAM d'aide aux femmes et jeunes filles dans des situations de guerre et d'urgence.

Depuis 1999, le nombre de bénéficiaires concernés par les activités communes de la FAO, du FIDA et du PAM a quadruplé, passant à près de neuf millions de personnes dans le monde - toutes régions confondues - selon les trois organismes, soit un total de 75 initiatives conjointes entre la FAO entre le FIDA, 65 entre la FAO et le PAM et 7 entre le FIDA et le PAM.

La FAO et le PAM ont entrepris au cours de la même période un total de 50 missions conjointes d'évaluation des récoltes et des approvisionnements alimentaires dans les pays en situation critique: 25 en Asie, 16 en Afrique, 7 en Europe de l'Est et 2 en Amérique latine.

***

Pour toute information, contacter Erwin Northoff, Bureau de presse de la FAO, tél.: 0039.06.57053105; e-mail: erwin.northoff@fao.org.


>
Page d' accueil de la FAO 
>
 Rechercher notre site 

Suggestions?: Webmaster@fao.org

©FAO, 2001