Communiqués de presse

 Archives 2001

Communiqué de presse 01/89

À DOHA, LA FAO PLAIDE POUR UNE RÉFORME DU COMMERCE AGRICOLE FAVORABLE AUX PAYS EN DÉVELOPPEMENT


Doha/Rome, 12 novembre 2001. - La sous-alimentation chronique étant "une manifestation extrême de la pauvreté", l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) exhorte la communauté internationale à adopter, dans le cadre de la réforme du commerce agricole mondial, des dispositions spécifiques visant à améliorer la productivité et la compétitivité des pays en développement. Cet appel est lancé à la 4e Conférence ministérielle de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) par le Sous-Directeur général de la FAO responsable du Département économique et social, M. Hartwig de Haen.

La FAO souligne que les petits agriculteurs sans ressources et les travailleurs agricoles ont besoin d'être protégés contre les conséquences néfastes d'importations massives opérées par à-coups. Elle ajoute qu'il faut aussi des mesures pour améliorer l'accès aux exportations agricoles des pays en développement.

Le but premier de la FAO est de parvenir à la sécurité alimentaire pour tous, définie en ces termes: "La sécurité alimentaire c'est lorsque tous les êtres humains, ont, à tout moment, un accès physique et économique à une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de satisfaire leurs besoins énergétiques et leurs préférences alimentaires pour mener une vie saine et active." Les négociations actuelles sur l'agriculture devraient reconnaître l'importance de l'avènement d'une sécurité alimentaire pour tous, selon la FAO.

Des progrès ont été réalisés en matière de réduction du nombre de personnes sous-alimentées dans le monde, indique M.de Haen. Mais ils sont trop lents pour atteindre l'objectif du Sommet mondial de l'alimentation de 1996, consistant à réduire de moitié le nombre de personnes sous-alimentées d'ici à 2015. Selon les dernières estimations de la FAO, ce nombre a baissé au rythme d'environ 6 millions par an, contre une réduction de quelque 20 millions qui serait nécessaire, et l'écart continue à se creuser. A ce rythme, il faudrait 60 ans pour atteindre l'objectif.

Selon la FAO, le développement agricole est la clé de la réduction de la pauvreté et de l'insécurité alimentaire dans les pays en développement. L'agriculture est la source principale de subsistance pour 60 à 70 pour cent de la population du monde en développement. Toutefois, elle est souvent sous-estimée dans les orientations de politique, souligne la FAO, notamment pour ce qui est de sa contribution aux biens publics essentiels, alors que l'importance de l'agriculture et du développement rural durables n'est pas assez soulignée.

L'inadéquation des biens publics aux exigences de la société aggrave les problèmes actuels de pauvreté rurale, d'insécurité alimentaire, de dégradation de l'environnement, d'exode rural sans frein et d'instabilité sociale, auxquels sont confrontés la plupart des pays en développement, affirme M. de Haen.

Une étude récente de la FAO montre clairement que la croissance économique et les investissements dans le secteur agricole sont une condition indispensable à l'amélioration de la sécurité alimentaire. Plus des deux-tiers des pauvres appartiennent au monde rural. Les pays qui parviennent, grâce au commerce, à renforcer le développement agricole et rural sont en mesure de réduire l'insécurité alimentaire, souligne M. de Haen. Le Sommet mondial de l'alimentation de 1996 a également reconnu que le commerce était un facteur fondamental de contribution à la sécurité alimentaire mondiale. Le commerce de produits agricoles assorti d'un système d'échanges multilatéral régi par des règles sont parmi les principaux instruments de promotion du développement agricole, de la sécurité alimentaire et de l'atténuation de la pauvreté.

Selon M. de Haen, la réunion de l'OMC à Doha devrait tenir compte des impératifs posés par le fait que des centaines de millions de personnes sont toujours victimes de la faim dans le monde. En conséquence, des orientations de politique sont indispensables en vue d'atténuer la pauvreté et d'assurer la sécurité alimentaire pour tous.

******

Pour tout complément d'information, veuillez contacter le bureau des relations avec les médias de la FAO: à Doha: +39 349 - 237-5552; +39 394 237 5553; +393482341159, ou localement 539 2719+39 06 5705

Ou consulter le site internet de la FAO: http://www.fao.org/trade/docs/Doha-FAOstatement_fr.htm


>
Page d' accueil de la FAO 
>
 Rechercher notre site 

Suggestions?: Webmaster@fao.org

©FAO, 2001