.
Press releases

Retour

LES PAYS AFRICAINS EXHORTENT LES LEADERS MONDIAUX À PARTICIPER AU SOMMET MONDIAL DE L'ALIMENTATION: cinq ans après

Communiqués de presse 02/12


Pour plus d'informations, contacter:

M. Pierre Antonios

Tél : (3906) 570-53473

Fax : (3906) 570-53699/55924

E-mail: Pierre.Antonios@fao.org

Page d'accueil de la FAO 


Liens

Pour toute information, contacter le chargé d'information de la FAO, Michael Hage,tel. 0020 101772195. À partir de l'Egypte: 0101772195

Conférences Régionales 2002


Le Caire, 8 février 2002. - Les ministres de l'agriculture et les délégués de 45 pays africains ont exhorté les leaders de la planète à participer au Sommet mondial de l'alimentation: cinq ans après qui doit se tenir à Rome, du 10 au 13 juin 2002. Cet appel a été lancé au cours des travaux de clôture de la 22e conférence régionale pour l'Afrique de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Le Sommet mondial de l'alimentation: cinq ans après a été convoqué pour mobiliser la volonté politique et les ressources nécessaires pour réduire de moitié d'ici à 2015 le nombre de sous-alimentés de la planète. Un engagement en ce sens avait été pris par les chefs d'Etat et de gouvernement de 186 pays réunis à Rome lors du Sommet mondial de l'alimentation organisé par la FAO en 1996. A l'époque, le nombre de sous-alimentés était estimé à 841 millions de personnes. Pour atteindre l'objectif du Sommet de 1996, il faudrait réduire de 20 milllions par an le nombre de sous-alimentés. Toutefois, selon les statistiques de la FAO, la diminution ne dépasserait pas 6 millions par an.

Les ministres et délégués africains ont, d'autre part, applaudi à la nouvelle initiative de l'OUA: le Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique et félicité la FAO pour le rôle qu'elle remplit sur ce plan. Mis sur pied en juillet 2001, lors du sommet de l'OUA à Lusaka, le Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique attache une grande importance à la sécurité alimentaire et soutient les politiques agricoles qui encouragent l'investissement pour le développement de l'agriculture et le commerce inter-africain de produits de base agricoles. Les ministres et délégués ont invité les pays à participer au Programme spécial de sécurité alimentaire de la FAO dans le cadre du NEPAD.

La conférence du Caire a exprimé son appréciation pour l'assistance de la FAO dans l'agriculture, les forêts et les pêches, notamment en ce qui a trait aux ressources en terre et en eau et en matière de santé animale. Au cours des travaux de la conférence, le Directeur général de la FAO devait souligner la nécessité d'investir davantage pour le développement des infrastructures, notamment pour la petite irrigation, la réhabiliation et la conservation des sols, le traitement et le stockage des denrées alimentaires, les routes rurales et les marchés. Il a indiqué que 37 milliards de dollars étaient nécessaires rien que pour les infrastructures relatives à la maîtrise de l'eau et à l'amélioration des terres.

La conférence du Caire a réclamé une assistance accrue pour le renforcement des mesures de contrôle en ce qui a trait à la pêche au large des côtes africaines et exprimé sa satisfaction pour ce qui est de l'assistance fournie par la FAO en matière de pêche et d'aquaculture, notamment les activités de l'Organisation ayant trait au Code de conduite
pour une pêche responsable.

Les participants à la conférence du Caire ont souligné le besoin de réformer et d'harmoniser les politiques économiques africaines au moment où beaucoup de pays africains sont confrontés à des difficultés économiques graves. L'Afrique est la seule région du monde en développement où la production vivrière moyenne par habitant diminue depuis quarante ans, exposant de vastes secteurs des populations du continent à l'insécurité alimentaire et à la malnutrition.

Les participants ont, par ailleurs, mis en garde contre le SIDA qui constitue une grave menace pour le développement agricole et la sécurité alimentaire en Afrique. L'épidémie, qui menace la vie et les moyens de subsistance de millions de ruraux, a déjà prélevé un lourd tribut sur la main-d'oeuvre agricole. Quelque 7 millions de travailleurs agricoles ont péri du SIDA en Afrique sud-saharienne et au moins 20 millions pourraient succomber d'ici 2020.


 Page d'accueil de la FAO 

 Recherche 

Webmaster@fao.org

©FAO, 2002