.
Press releases

Retour

TROP GRANDE CONCENTRATION DE PERSONNES SOUS-ALIMENTÉES DANS LES RÉGIONS MONTAGNEUSES

Communiqués de presse 02/13


Pour plus d'informations, contacter:

M. Pierre Antonios

Tél : (3906) 570-53473

Fax : (3906) 570-53699/55924

E-mail: Pierre.Antonios@fao.org

Page d'accueil de la FAO 


Liens

Sandra McGuire, Spécialiste de la communication, tel: +39 06-570-55737, portable: +39 349-237-5749Sandra.McGuire@fao.org

Douglas McGuire, Forestier principal, tel: +39 06-570-53275, portable: +39 349-237-5588Douglas.McGuire@fao.org

Année internationale de la montagne

Rome, 15 février 2002 - Les régions de montagne abritent une grande partie des populations sous-alimentées et affamées de la planète, a souligné David Harcharik, Directeur général adjoint de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) aujourd'hui.

En témoignage de la crise qui frappe de nombreuses zones d'altitude du monde, M. Harcharik a fait remarquer que sur 81 pays qui ont reçu une aide d'urgence du Programme alimentaire mondial en l'an 2000, 52 étaient des pays montagneux.

S'adressant aux personnes réunies pour le lancement spécial de l'Année internationale de la montagne au siège de la FAO à Rome, M. Harcharik a déclaré que les estimations actuelles montrent que plus de 800 millions de personnes au monde sont victimes de malnutrition ou de faim. En accordant une attention particulière aux privations des habitants de la montagne, ce nombre pourrait être considérablement réduit.

Au Sommet mondial de l'alimentation en 1996, les représentants de 185 nations et de la Communauté européenne se sont engagés à œuvrer en faveur de l'éradication de la faim. Leur premier objectif fondamental a été de réduire de moitié le nombre de personnes affamées d'ici 2015. Malheureusement, les données dont on dispose montrent que ce nombre ne diminue qu'à un taux de 6 millions par an - soit nettement inférieur aux 22 millions par an nécessaires pour atteindre l'objectif du Sommet mondial de l'alimentation.

"Si nous sommes en mesure d'améliorer les conditions des communautés montagnardes, nous pourrons faire un grand pas en avant vers cet important objectif", a annoncé M.Harcharik.

Environ 600 millions de personnes - soit une sur dix - vivent dans les zones de montagne. En dehors des riches stations de ski des pays industrialisés, la majorité des habitants de la montagne sont victimes de sous-alimentation chronique.

Les raisons de cette dure réalité sont complexes, mais sont pour la plupart liées à des problèmes de pauvreté et de marginalisation politique. Par exemple, les politiques et décisions concernant l'aménagement des ressources de montagne sont souvent prises dans les centres de pouvoir, privant ainsi les communautés de montagne de toute influence.

En outre, les habitants de la montagne se heurtent à des barrières physiques massives, comme un terrain accidenté, de mauvais réseaux de communications et un réseau routier insuffisant. Cependant, ce sont les conflits armés qui sont actuellement le plus grand obstacle à l'amélioration des conditions de vie des communautés montagnardes.

Les zones de montagne sont le théâtre de la plupart des conflits armés. En 1999, sur 27 grands conflits dans le monde, 23 ont eu lieu dans les régions montagneuses.

"Comment produire de la nourriture en sécurité dans des conditions de guerre?" se demande M. Harcharik. "Comment s'efforcer d'améliorer ses conditions de vie, envisager un avenir meilleur, lorsqu'on ne sait même pas d'où viendra son prochain repas - ni si on sera encore en vie pour le prendre ?"

La FAO est l'organisme chef de file des Nations Unies pour l'Année internationale de la montagne. Ses partenaires sont notamment diverses institutions des Nations Unies, des organisations non gouvernementales, le Forum de la montagne, les associations de communautés montagnardes et plus de 50 comités nationaux déjà en place dans de nombreux pays du monde, et beaucoup d'autres sur le point de se joindre à eux.

La priorité de la FAO consiste à encourager une action à long terme, sur le terrain, ainsi qu'à appuyer la création et les efforts constants des comités nationaux qui se consacrent à l'Année internationale de la montagne.

Les montagnes sont cruciales à la vie sur terre. Elles abritent au moins un dixième de la population de la planète et constituent des sources de biodiversité, de minéraux et de forêts. Tous les grands fleuves de la terre y ont également leurs sources. Plus de 3 milliards d'êtres humains dépendent des montagnes pour se procurer de l'eau douce pour cultiver la nourriture, produire de l'électricité et exploiter les industries mais, surtout, pour boire.

L'ONU a proclamé 2002 l'Année internationale de la montagne afin de sensibiliser davantage l'opinion publique à l'importance mondiale des écosystèmes montagneux et aux enjeux auxquels sont confrontés leurs habitants. Ce processus sans précédent consistant à affronter les questions de montagne et à rendre hommage aux cultures de la montagne a été entamé à la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement à Rio de Janeiro en 1992, lorsque le Chapitre 13 d'Action 21, schéma directeur du développement durable, a été consacré expressément aux montagnes.

Il est essentiel de célébrer l'Année internationale de la montagne à l'échelon national, car les pays ont le pouvoir de promulguer des lois et des politiques propres à encourager le développement durable des zones de montagne, et de veiller à ce que les processus décisionnels prévoient la pleine participation de leurs communautés. Les habitants de la montagne sont les gardiens des écosystèmes de montagne et ceux qui supportent le plus directement les conséquences de leur destruction. Leurs connaissances, leurs perspectives et leur participation sont vitales à la réussite de tout effort visant à protéger les environnements de montagne et à atténuer la faim.


 Page d'accueil de la FAO 

 Recherche 

Webmaster@fao.org

©FAO, 2002