ZAIRE

DONNEES PHYSIQUES ET POPULATION

Le Zaïre, au coeur de l'Afrique équatoriale, a une superficie de 2,3 millions de kilomètres carrés. La superficie cultivable est évaluée à 80 millions d'hectares, soit 34% de la superficie totale. La superficie cultivée est évaluée à 6 millions d'hectares, soit 7,5% de la superficie cultivable et à peine 2,6% de la superficie totale.

Superficie du pays

Superficie cultivable

Superficie cultivée

1994

1987

1987

234 486 000

80 000 000

6 000 000

ha

ha

ha

Population totale

Densité de population

Population rurale

1994

1994

1990

42 552 000

18

61

hab.

hab./km2

%

Accès à l'eau potable

Population urbaine

Population rurale

1990

1990

68

24

%

%

Caractéristiques du pays et population

La population totale était estimée à 42,6 millions d'habitants en 1994, dont 61% de ruraux. La densité moyenne est de 18 hab./km2, mais elle varie de 8 hab./km2 dans la province de Maniema dans le nord-est du pays à plus de 50 hab./km2 dans la province du Nord-Kivu en bordure du Rwanda à l'est du pays, et plus de 330 hab./km2 dans la province de Kinshasa, la capitale.

L'agriculture emploie plus de 70% de la population active, mais elle ne contribue que pour 30% à la formation du PIB. La valeur des exportations agricoles représente entre 8 et 20% de la valeur totale des exportations.

Climat et ressources en eau

Le pays est traversé par l'Equateur: le climat est donc de type équatorial sur la majeure partie du pays et tropical au sud. Il y a deux saisons: la saison des pluies de septembre à juin dans le sud et de février à novembre au nord. La saison sèche correspond aux mois de juin et juillet au sud et aux mois de décembre et janvier au nord.

La pluviométrie moyenne est de 1 534 mm/an, mais elle varie de 775 mm/an sur la côte atlantique à plus de 2 100 mm/an sur les pentes occidentales des montagnes de l'est du pays.

L'amplitude thermique annuelle est très faible puisque seuls 1° ou 2°C séparent les mois les plus froids des mois les plus chauds. Par contre, l'amplitude thermique journalière peut atteindre 9° à 10°C en saison humide.

Ressources en eau:

Précipitations moyennes

Ressources en eau renouvelables internes – totales

Ressources en eau renouvelables internes – par habitant

Ressources en eau renouvelables globales

Indice de dépendance

Capacité totale des barrages

Eau désalinisée

1994

1 534

3 596,6

935

21 973

1 019

8,2

-

-

mm/an

km3/an

km3/an

m3/an

km3/an

%

km3

106 m3/an

Prélèvements en eau:

- Agriculture

- Collectivités

- Industrie

Total

par habitant

en % des ressources renouvelables internes

Autres prélèvements

1995

1990

1990

1990

82,8

216,4

57,8

357,0

9

0,04

-

106 m3/an

106 m3/an

106 m3/an

106 m3/an

m3/an

%

106 m3/an

Eaux usées:

Production

Traitement

Réutilisation des eaux usées traitées

-

-

-

106 m3/an

106 m3/an

106 m3/an

Bilan hydrique

Potentiel d'irrigation

1995

4 000 000

ha

Irrigation:

1. Irrigation, maîtrise totale/partielle: superficie équipée

- irrigation de surface

- irrigation par aspersion

- micro-irrigation

Partie irriguée à partir des eaux souterraines

Partie irriguée à partir des eaux de surface

Partie de la superficie équipée réellement irriguée

2. Superficie irriguée par épandage de crues

3. Marais et bas-fonds équipés

4. Autres marais et bas-fonds cultivés

5. Superficie en cultures de décrue

Superficie totale avec contrôle de l'eau (1+2+3+4+5)

- En pourcentage de la superficie cultivée

- Augmentation sur les 10 dernières années

- Partie irriguée par pompage

1995

1995

1995

1995

1995

1995

1995

1995

1995

1995

1995

1995

1995

10 000

10 000

0

0

0

100

80

-

500

2 000

1 000

13 500

0,2

-

3,7

ha

ha

ha

ha

%

%

%

ha

ha

ha

ha

ha

%

%

%

Gestion des périmètres en maîtrise totale/partielle: Critère

Grands périmètres > - ha

Périmètres moyens

Petits périmètres < - ha

Nombre total de ménages

-

-

-

-

ha

ha

ha

Cultures irriguées:

Production totale de céréales irriguées

en % de la production totale de céréales

Cultures irriguées

- canne à sucre

- riz

-

1995

1995

1995

-

-

13 500

11 200

2 300

t

%

ha

ha

ha

Drainage - Environnement:

Superficie drainée

en % de la superficie cultivée

Superficie protégée contre les inondations

Superficie salinisée par l'irrigation

1995

1995

3 900

0,1

-

-

ha

%

ha

ha

Irrigation et drainage

Undisplayed Graphic

Prélèvements en eau (total: 0,357 km³ en 1994)

Undisplayed Graphic

Répartition des superficies avec contrôle de l'eau (1994)

Le pays est constitué d'une dépression bordée par l'Oubangui au nord, par la chaîne de montagnes qui marque la bordure du rift Africain à l'est, par les plateaux du Kasaï et du Shaba au sud et sud-est, et par les monts Mayumbe à l'ouest. Le pays tout entier est inclusdans le bassin versant du fleuve Zaïre (3,8 millions de kilomètres carrés), qui est le deuxième plus grand bassin du monde après l'Amazone. Le débit annuel moyen du fleuve est de 40 700 m3/s à Boma juste avant l'embouchure. Les ressources renouvelables globales sont évaluE9‚es à 1 019 km3, ce qui fait du Zaïre un des pays d'Afrique les plus riches en eau.

Les prélèvements totaux en eau sont évalués à 0,36 km3/an (figure 1).

DEVELOPPEMENT DE L'IRRIGATION

Undisplayed Graphic

Typologie des périmètres avec contrôle de l'eau (1994)

Le potentiel pour l'irrigation est évalué à 4 millions d'hectares. D'autres estimations font état d'un potentiel de 20 millions, ce qui correspondrait à près de trois fois la superficie cultivée.

La superficie totale avec contrôle de l'eau est évaluée à 13 500 ha (figure 2). La répartition de ces superficies par taille est donnée à la figure 3. Les superficies avec contrôle de l'eau les plus petites couvrent au total une superficie de 2 000 ha et con-cernent 10 000 ménages environ, les super-ficies comprises entre 100 et 1 000 ha ne concernent que 300 ha au total avec environ 1 500 ménages, tandis que les grands ensembles aménagés pour un contrôle de l'eau s'élèvent à 11 200 ha, gérés par des sociétés qui confient 1 ha à chaque ménage. Le coût moyen d'aménagement de 1 ha irrigué varie de 1 000 à 6 000 $EU suivant la taille et le type de l'aménagement. Les coûts moyens annuels d'exploitation et d'entretien varient en fonction des mêmes critères de 100 à 750 $EU/ha.

Undisplayed Graphic

Origine de l'eau d'irrigation, maîtrise totale/partielle (1994)

La superficie en maîtrise totale et partielle est évaluée à 10 000 ha, tous irrigués à partir d'eaux de surface. La seule technique d'irrigation est l'irrigation de surface. La majeurepartie des surfaces équipées sont irriguées à partir de prises en rivière au fil de l'eau (figure 4), tandis que 500 ha sont irrigués par pompage dans des rivières.

L'état des infrastructures hydrauliques n'est pas satisfaisant et la totalité de la surface équipée nécessiterait une réhabilita-tion. Seuls 8 000 ha sont actuellement réellement irrigués.

Undisplayed Graphic

Cultures irriguées, superficies avec contrôle de l'eau (1995)

La superficie dans les bas-fonds et les marais équipés est estimée à 500 ha. La superficie dans les bas-fonds et les marais non équipés est estimée à 2 000 ha. La superficie en cultures de décrue est estimée à 1 000 ha.

Les principales cultures irriguées sont la canne à sucre (rendement moyen 70 t/ha) et le riz (rendement moyen 3 t/ha) (figure 5).

Les superficies drainées s'élèvent à 3 900 ha: le coût moyen du drainage est de 400 $EU/ha.

ENVIRONNEMENT INSTITUTIONNEL

La Société d'Etat dite Régie de distribution d'eau de la République du Zaïre (REGIDESO) est responsable de l'approvisionnement en eau potable des agglomérations de 5 000 habitants et plus, ainsi que de tous les chefs-lieux de zones.

Le Service national de l'hydraulique rurale, créé en 1983, relève du Commissariat d'Etat au développement rural, Direction du génie rural. Il est responsable de l'approvisionnement en eau des populations rurales. Les premières installations sont mises en place sans frais pour la collectivité bénéficiaire, à charge pour elle d'assumer les frais de fonctionnement et d'entretien.

Le Ministère de l'agriculture, avec ses différents services, est responsable de l'aménagement et du développement rural.

EVOLUTION DE LA GESTION DES RESSOURCES EN EAU

En matière d'eau, la priorité a été donnée à l'approvisionnement en eau potable des populations rurales et urbaines avec le plan quinquennal 1986-91 de développement de l'hydraulique urbaine et rurale. L'objectif était de passer d'un taux de couverture en eau potable de 17% pour le milieu rural et pour le milieu urbain, en 1986, à 50% pour le milieurural et 70% pour le milieu urbain en 1991. En 1990, les dernières estimations faisaient état d'un taux de desserte de 24% en milieu rural et de 68% en milieu urbain.

L'irrigation n'a été développée que localement par des sociétés sucrières, ou dans des bas-fonds et autour de rivières pour la riziculture. Le potentiel de développement reste très important, mais la disponibilité en terres et les importants apports pluviométriques n'incitent pas, pour l'instant, les Zaïrois à investir dans l'irrigation.

Cependant, à proximité de la capitale, un projet d'aménagement de 5 000 ha de marais pour la riziculture aquatique sur les terres du Pool Malebo est à l'étude dans le cadre du Programme national riz qui a pour but d'améliorer la filière rizicole au Zaïre.

PRINCIPALES SOURCES D'INFORMATION

Banque mondiale. 1988. Memorandum sur le secteur agricole. Zaïre: vers un développement agricole soutenu. Rapport 7356-ZR.

FAO. 1990. Orientations pour un schéma régional d'aménagement de l'Equateur et pré-identification de projets d'investissement. FAO/CI Rpport 98/90 TA -ZAI 39.

Ministère de l'agriculture et du développement rural, Service national des statistiques agricoles. 1993. Annuaire des statistiques agricoles 1985-91.