Page précédente Table des matières


Annexe 13 - Le cadre logique

L'équipe interdisciplinaire qui approfondit son étude d'une filière agro-alimentaire saura identifier les problèmes prioritaires de chaque élément de la filière (voir Chapitre 5), et, munie de ces informations, elle établira des objectifs qui permettront d'élaborer un profil de projet (voir Annexe 12). Puisque la plupart des gens n'ont pas beaucoup d'expérience dans le domaine de l'élaboration par écrit des projets ou des profils de projet, on a besoin d'une méthode pour déterminer si la conception du profil de projet est logique ou non. Le format qu'offre le cadre logique est un outil très utile à cet égard.

Le Cadre Logique (Rosenberg & Posner, 1979) a été développé pour l'USAID afin de faciliter la conception des projets et l'analyse des suppositions sur lesquelles ils se basent. Après que le Cadre Logique a été développé, il a été adopté, avec diverses modifications (GTZ, 1983), par de nombreuses organisations bilatérales impliquées dans le développement international. Le Cadre Logique s'est avéré d'une grande utilité dans la conception, l'exécution, le suivi et l'évaluation des projets.

Comme on a constaté au cours de la préparation du profil de projet, il y a des rapports logiques entre le problème global, le but, les objectifs spécifiques, les résultats anticipés et les activités. Le Cadre Logique facilite l'analyse de ces rapports et de ceux qui les relient à l'environnement.

En analysant le profil de projet (voir Annexe 12), il est évident que les rapports suivants existent:

But
¯
Objectif spécifique
¯
Résultats anticipés
¯
Activités

Cependant, il n'est pas possible d'envisager un projet isolé, puisque tous les projets sont influencés de façon ou d'autre par des facteurs tels que l'environnement, la démographie, les institutions, les politiques, le climat, et d'autres. Puisque la plupart de ces facteurs ne sont pas susceptibles d'être contrôlés par le projet, il faut faire certaines hypothèses ou suppositions. On peut dériver de telles suppositions de l'arbre d'objectifs. Etant donné ces suppositions, une présentation graphique plus réaliste de la situation prend la forme suivante:

Figure

Les suppositions devraient être de nature positive (les politiques agricoles seront modifiées pour favoriser les cultures fruitières; les producteurs auront accès au crédit). Seules des suppositions importantes vraiment susceptibles de réalisation devraient y figurer. Les suppositions qui vont se réaliser sans aucun doute, ainsi que celles qui n'ont presqu'aucune possibilité de réalisation, sont à éviter.

Si les suppositions au sujet des activités à exécuter s'avèrent justes, on accède au niveau supérieur, celui des résultats anticipés. De même, si les suppositions qui correspondent aux résultats anticipés s'avèrent vraies, l'objectif spécifique sera réalisé. Enfin' si les suppositions correspondant à l'objectif spécifique sont correctes, alors le but final sera réalisé. Quant aux suppositions qui correspondent au but, leur réalisation maintiendra le but à long terme. Tout cela est une démonstration de la logique verticale du Cadre Logique.

Mais comment sait-on si on a accédé au niveau supérieur ou non?

Pour répondre à cette question, le Cadre Logique se sert d'indicateurs Objectivement Vérifiables (IOVs). Les IOVs précisent les évidences qui indiquent si un résultat anticipé, un objectif spécifique, ou un but a été réalisé. Ils définissent les groupes visés et las groupes d'appui (qui?); ils quantifient (combien?); ils qualifient (à quel point?); ils délimitent (avant quand?); et ils spécifient les sites (où?). A titre d'exemple:

Indicateur: les petits producteurs ont de meilleurs rendements

Quantifier: 300 agriculteurs ayant moins de deux hectares de terre augmentent leur production de 25%

Qualifier: la qualité du produit est égale ou supérieure à celle de la récolte de 1988

Calendrier: juillet 1988 à décembre 1989

Site: Zone Agricole du Sud-Est

Les précisions offertes par les indicateurs permettent à quelqu'un du dehors d'évaluer le degré de réalisation des objectifs, fournissant de la sorte des critères de suivi et d'évaluation. Afin d'être objectivement vérifiable, les IOVs doivent permettre à différents individus de se servir des mêmes procédés d'évaluation pour qu'ils puissent obtenir les mêmes résultats indépendamment. Dans le contexte de la matrice, le Cadre Logique continue à se développer de la façon suivante:

Figure

Pour se servir des indicateurs, il faut identifier une source d'informations qui vérifie chaque indicateur aussi. En d'autres termes, quelles sont les évidences que les objectifs ont été réalisés? Dans le Cadre Logique, cette colonne s'appelle les Moyens (Sources) de Vérification (MDVs). Les MDVs devraient identifier: quelles sont les informations à rassembler? sous quelle forme? qui va les collecter? et à quels intervalles? En choisissant des sources d'information, les suivantes sont des questions importantes à poser:

· Les informations, sont-elles disponibles régulièrement?
· Les informations, sont-elles fiables?
· Les coûts de la collecte des informations, sont-ils dans les limites du budget?
· Dispose-t-on de personnel pour collecter les informations?

S'il n'y a pas de sources qui soient dignes de confiance pour vérifier l'indicateur, il faut trouver d'autres indicateurs vérifiables.

En ajoutant la colonne qui se rapporte aux MDVs, le Cadre Logique se complète sous la forme qu'on voit ci-dessous. Les rapports indiqués par les flèches constituent la logique du cadre. Il importe de constater que les suppositions sont hors du contrôle du projet, mais qu'il faut reconnaître qu'elles influencent ses résultats.

Figure

Le Cadre Logique s'appelle parfois une Matrice de Planification des Projets (MPP). Dans l'espace d'une ou deux pages, il rend possible un résumé du projet:

· But/Objectif spécifique répond à la question pourquoi propose-t-on le projet.

· Les résultats anticipés indiquent ce que le projet compte réaliser,

· Les activités précisent comment le projet va réaliser les résultats envisagés.

· Les suppositions identifient quels facteurs à l'extérieur sont critiques l'égard du succès du projet.

· les IOVs spécifient comment on peut déterminer les succès du projet.

· les MDVs identifient où on peut trouver les informations nécessaires pour évaluer les succès du projet.

Une fois que le projet aura été inséré dans le Cadre Logique et analysé pour assurer sa cohérence logique, on pourra le considérer prêt à soumettre aux donateurs éventuels. A titre d'exemple, le lecteur trouvera ci-dessous la présentation dans le Cadre Logique du projet de la papaye à la Barbade (Annexe 12, Profil #1).

Cadre Logique (Matrice de Planification des Projets - MPP)
Titre du Projet: Développement institutionnel pour la production des fruits
Pays: la Barbade
Durée estimée du Projet: 18 mois
Date de préparation de la MPP: le 9 septembre 1989

Résumé des Objectifs/Activités

Indicateurs Objectivement Véritables

Moyens/Sources de Vérification

Suppositions Importantes

But: Augmenter l'offre nationale et les exportations de fruits de bonne qualité de la Barbade.

La production nationale et l'exportation de la papaye et de deux autres fruits prioritaires s'augmenteront de 10% entre juillet 1989 et juillet 1992.

1. Les statistiques de production nationale du Ministère de l'Agriculture.
2. Les statistiques d'exportations du Ministère de Commerce.

1. Les prix de marché resteront favorables.
2. Une infrastructure de commercialisation adéquate sera déjà en place.

Objectifs spécifiques: Améliorer les services spécifiques de production et de commercialisation qui sont disponibles aux producteurs de fruits de la Barbade.

1. Augmentations annuelles du nombre d'agriculteurs à la Barbade produisant des fruits à l'échelle commerciale.
2. Amélioration de la structure des services institutionnels: crédit, appui technique, recherches, pépinières et distribution des intrants agricoles.

1. Enquête annuelle des agriculteurs menée par le Min. de l'Agr.
2. Comparaison des organigrammes et du nombre d'employés dans les divisions clef du Min. de l'Ag. chaque année: 1989, 1990, 1991, 1992.
3. Budgets annuels du Min. de l'Agr.

1. Les politiques agricoles seront modifies en faveur de la production fruitière.
2. Les producteurs de fruits auront accès au crédit et à l'appui technique.

Résultats anticipés:
1. Disponibilité de semences améliorées.
2. Recherches établies.
3. Informations techniques sur la papaye et d'autres fruits.
4. Mécanisme efficace pour la production et la distribution des semences.
5. Personnel du Min. de l'Agr. bien formé.
6. Système efficace de distribution des intrants agricoles et des semences.

1. Nombre d'agriculteurs recevant des semences améliorées.
2. Nouvelle structure de recherches, avec personnel, pleinement opérationnelle.
3. Série d'informations techniques publiée chaque année 1990-1992.
4. Même qu'au #1.
5. Augmentation sensible de la productivité du personnel du Min. de l'Agr. Dans les recherches et aux pépinières.
6. Trois organisations de producteurs avec centres d'approvisionnement en intrants agricoles et semences.

1. Interviews avec des producteurs.
2. Budget et rapport annuel du Min. de l'Agr.
3. Documents publiés.
4. Interviews avec des producteurs.
5. Évaluation périodique du personnel.
6. Rapports annuel de chaque organisation de producteurs précisant le volume de ventes par les débouchés d'intrants.

1. Le Min. de l'Agr. doit prioritiser les cultures et faciliter l'importation des matériaux de semis.
2. Le Min. de l'Agr. doit modifier la structure des divisions de recherches et de vulgarisation.
3. Le Min. de l'Agr. doit embaucher un spécialiste des arts graphiques.
4. Les agents de vulgarisation vont collaborer étroitement avec les organisations de producteurs.
5. D'autres membres nécessaires du personnel seront embauchés.
6. Un projet à l'appui des organisations de producteurs sera financé.

Activité: 1. Importation et multplication de variétés améliorées de fruits.
2. Recherches et validation de la production/post-récolte.
3. Préparation et distribution des informations techniques.
4. Établir des pépinières à l'abri des ravageurs/maladies.
5. Former le personnel du Min. de l'Agr. dans les bonnes techniques de production dus semences.
6. Développer un programme de distribution des intrants agricoles et des matériaux de semis à travers les organisations de producteurs.

1. Coûts de matériaux et de transport - $3.000.
2. Coûts d'intrants - $6.000; appui technique - $20.000.
3. Publications - $20.000.
4. Matériel - $45.000; matériaux - $75.000.
5. Appui technique - $25.000; per diem - $8.000; matériaux - $7.000.
6. Formation - $9.000; frais de voyage -$6.000; matériaux - $5.000.
TOTAL: $229.000

1. Bons.
2. Bons, contrats.
3. Bons, contrats.
4. Bons.
5. Contrats, bons.
6. Bons.

1. On peut importer les matériaux de semis.
2. Le Min. de l'Agr. affectera du personnel adéquat aux recherches.
3. Ressouces suffisantes pour embaucher des consultants et un service de rédaction.
4. Plein appui du Min. de l'Agr., allocation de terrains et de personnel.
5. Participation active à la formation du personnel du Min. de l'Agr.
6. Gérants à plein temps dans les trois organisations de producteurs.


Page précédente Début de page