AUTRES MANIFESTATIONS

BANQUE MONDIALE: STRATÉGIE DE DÉVELOPPEMENT RURAL


Objectif

Cet événement collatéral donnera aux délégués au SMA: cinq ans après l'occasion d'assister à une présentation par M. Kevin Cleaver, Directeur du Département du développement rural de la Banque mondiale, de la stratégie de développement rural de la Banque mondiale intitulée "Atteindre les ruraux pauvres". La stratégie révisée doit constituer le fer de lance d'un engagement renouvelé de la part de la Banque mondiale à collaborer avec les pays en développement et les pays en transition, ainsi qu'avec d'autres parties prenantes, afin de réduire la pauvreté en milieu rural et, en particulier, d'honorer l'engagement pris par la communauté internationale de réduire de moitié la pauvreté d'ici à 2015, qui figure parmi les objectifs de développement pour le millénaire.

Contexte

On sait depuis longtemps que la majorité des pauvres de la planète vivent dans des zones rurales. La Banque mondiale, ainsi que d'autres institutions, n'ont jamais relâché leurs efforts de développement pour remédier à la réalité inacceptable d'un tel degré de pauvreté rurale. Le discours de Nairobi prononcé en 1974 par Robert S. McNamara a été le point de départ de l'engagement de l'institution à cet égard, et l'actuel Président de la Banque mondiale, James Wolfensohn, a vigoureusement réaffirmé cet engagement. Et pourtant, malgré des efforts incessants, la situation de la pauvreté rurale n'a guère évolué dans la plupart des pays en développement. Il est certain que la Banque ne parviendra pas à atteindre son objectif global de réduction de la pauvreté si elle n'aide pas à réduire rapidement la pauvreté en milieu rural. De surcroît, étant donné les privations actuelles de services de santé, d'enseignement et de services sociaux en milieu rural, il ne sera pas possible de se rapprocher des objectifs plus vastes de développement pour le millénaire si l'on n'accroît pas sensiblement les revenus et les possibilités en milieu rural.

La nouvelle stratégie BIRD/IDA pour le développement rural nécessite que l'on rende plus visible l'effort de développement rural et que l'on étoffe les tentatives faites par la Banque pour atteindre les ruraux pauvres. Cette nouvelle stratégie se caractérise par quatre éléments:

· Elle est axée sur les pauvres. La Banque est en train de se tourner vers un développement rural global en faveur des pauvres et vers l'amélioration des rendements du travail et de la terre.

· Elle favorise une croissance élargie. Tout en réaffirmant son engagement en faveur de l'agriculture comme principal moteur de la croissance économique en milieu rural, la Banque reconnaît l'importance des activités économiques non agricoles et du secteur privé.

· Elle embrasse l'espace rural tout entier. La Banque est en train de passer à des approches intersectorielles à long terme - et s'écarte maintenant des approches à court terme secteur par secteur - tout en remédiant directement aux lacunes des approches précédentes du haut vers le bas, non générales.

· Elle met en place des alliances de toutes les parties prenantes. La Banque est en train de renforcer une vaste participation des parties prenantes à la conception et à la mise en oeuvre des projets et programmes.

Dans le cadre de cette stratégie, la diversité nationale et régionale orientera la mise en oeuvre. Pour chaque pays, les priorités et le dosage des divers instruments de politique utilisés sont fonction des progrès faits en matière de réforme des politiques, de l'importance et de la situation de l'économie rurale et de l'accès aux marchés et aux finances extérieurs. Pour chaque région, les plans d'action sont adaptés aux conditions particulières et tiennent compte de l'avantage comparatif de la Banque en matière de fourniture d'un soutien aux zones rurales. Pour les programmes visant à appuyer la fourniture de biens publics mondiaux, les priorités stratégiques consistent à prolonger les intérêts des pays en développement pour le processus de l'OMC et à assurer un accès direct à des technologies nouvelles et appropriées, en particulier celles qui sont adaptées aux agriculteurs pauvres et aux activités rurales de faible ampleur.

 

 

Top of Page

© FAO, 2002