AUTRES MANIFESTATIONS

Mise en valeur durable des montagnes


Objectif

À l'occasion du Sommet mondial de l'alimentation: cinq ans après, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture organise un événement collatéral sur le thème de la montagne, en collaboration avec le Groupe de réflexion sur l'Année internationale de la montagne. Ce Groupe de réflexion est composé de représentants de 15 pays1 participant à la célébration de l'Année internationale de la montagne.

L'objectif est de mettre en commun des informations sur les questions suivantes: points de vue, plans stratégiques et réalisations des pays et des régions dans le domaine de la mise en valeur durable des montagnes; partenariat mondial axé sur les zones de montagne, qui sera établi lors du Sommet mondial du développement durable (Johannesburg), dans l'optique de concrétiser les engagements du Chapitre 13 du programme Action 21; plans et opportunités pour le suivi de l'Année internationale de la montagne; et recherches sur la faim, la pauvreté et la sécurité alimentaire dans les zones de montagne.

Contexte

La FAO a été invitée par l'Assemblée générale des Nations Unies à assumer le rôle de chef de file des organisations des Nations Unies en ce qui concerne les activités de soutien menées dans le cadre de l'Année internationale de la montagne. Ce rôle s'inscrit dans le droit fil des fonctions de maître d'œuvre attribuées à la FAO pour l'application du Chapitre 13 du programme Action 21. Établi lors du Sommet de la planète Terre de 1992, le Chapitre 13 sert de plan directeur aux projets liés à la mise en valeur durable des montagnes.

La mise en valeur durable des montagnes jouera un rôle important dans le cadre des initiatives prises en vue d'atteindre les objectifs fixés par la FAO visant à réduire la faim et la pauvreté dans le monde et à garantir à tous l'accès à une nourriture suffisante pour mener une vie saine et active.

Plus de la moitié de l'humanité (trois milliards de personnes) est tributaire des montagnes pour son approvisionnement en eau douce - que ce soit pour les cultures vivrières, pour la production d'électricité, pour l'industrie, mais surtout, pour la consommation d'eau potable. En outre, les montagnes sont indispensables à des millions de personnes qui en tirent leur alimentation et leur emploi, grâce à des activités telles que l'agriculture, la pêche et la foresterie.

Une personne sur huit vit dans des zones montagneuses, dépositaires d'un riche patrimoine culturel, linguistique et traditionnel. La diversité biologique de ces zones est d'une richesse supérieure à celle des autres régions écologiques de la planète, y compris les forêts tropicales humides de basse altitude. Et pourtant, malgré la diversité des écosystèmes de montagne, et malgré l'image de force et de puissance qui leur est associée, les montagnes sont en réalité d'une fragilité extrême. Chaque jour, elles payent un lourd tribut aux changements climatiques, à la pollution, à l'exploitation minière et aux pratiques agricoles irrationnelles. Gardiens des écosystèmes de montagne, les montagnards, qui comptent déjà parmi les populations les plus pauvres, les plus marginalisées et les plus touchées par la faim, sont les premiers à subir les répercussions néfastes de ces bouleversements.

Selon les estimations, 800 millions de personnes souffrent de sous-alimentation chronique. Alors que les montagnards représentent 12 pour cent de la population mondiale, les recherches effectuées par la FAO indiquent que les communautés montagnardes supportent sans doute un fardeau nettement plus lourd, en raison de l'accès difficile des zones montagneuses, de la complexité et de la fragilité des écosystèmes de montagne, et de la marginalisation sociale, politique et économique des montagnards, notamment des femmes. Autre raison venant assombrir le tableau, la plupart des conflits armés se déroulent dans des zones montagneuses.

Il existe une solution pour résoudre les conflits et ramener la paix dans les zones montagneuses: promouvoir la mise en valeur durable des montagnes et préconiser des politiques et législations prenant en compte les spécificités des zones montagneuses. Pour ce faire, il est nécessaire de faire fond sur la sagesse, les connaissances et l'expérience des montagnards, tout en appuyant la recherche. À la FAO, les activités liées à la sécurité alimentaire en zone de montagne permettent de mieux comprendre la nature et l'intensité du problème de la pauvreté et de la faim dans les zones de montagne et de mettre au point des programmes plus efficaces.

Le chemin de la mise en valeur durable des montagnes est tout tracé. À l'occasion du Sommet mondial du développement durable, qui se déroulera à Johannesburg au mois d'août, un partenariat mondial sur les montagnes sera établi en vue de mettre en œuvre les dispositions du Chapitre 13. En outre, une déclaration officielle sera publiée lors du Sommet mondial sur la montagne, qui se tiendra à la fin de l'année à Bichkek, au Kirghizistan. Cette déclaration, en cours d'élaboration, sera fondée sur les contributions des pays et des régions, des chercheurs, des femmes, des enfants, des organisations de montagnards, des organisations non gouvernementales et des organisations des Nations Unies œuvrant pour la protection des écosystèmes de montagne et l'amélioration de la qualité de vie des communautés montagnardes.

L'événement collatéral sur la mise en valeur durable des montagnes, organisé en marge du Sommet mondial de l'alimentation: cinq ans après, représente une occasion unique pour les parties prenantes issues d'horizons variés (FAO et représentants de gouvernements, groupes régionaux et nationaux, ONG) de mettre en lumière les besoins spécifiques des groupes vulnérables des régions montagneuses du monde entier et de débattre du nouveau partenariat mondial sur les montagnes, qui sera établi lors du Sommet mondial du développement durable de Johannesburg, dans l'optique de concrétiser les engagements pris dans le cadre du Chapitre 13 du programme Action 21.

1 Autriche, Bhoutan, Bolivie, Éthiopie, France, Guatemala, Islande, Italie, Jamaïque, Kirghizistan, RDP lao, Lesotho, Pérou, Slovénie et Suisse.

 

Début de page

© FAO, 2002