FAO.org

Accueil > À propos > Réunions > Le symposium international sur l’innovation agricole au service des agriculteurs familiaux: libérer le potentiel de l'innovation agricole pour atteindre les objectifs de développement durable > À propose du Symposium > FAQ
Le symposium international sur l’innovation agricole au service des agriculteurs familiaux: libérer le potentiel de l'innovation agricole pour atteindre les objectifs de développement durable

Questions fréquemment posées

1. Qu’est-ce que l’innovation agricole?

1. Qu’est-ce que l’innovation agricole?

L'innovation est un terme très répandu, utilisé dans de nombreuses et diverses circonstances, comme la publicité, les discours politiques, les programmes de recherche nationaux et les articles universitaires. Dans le langage quotidien, le terme est souvent utilisé génériquement pour signifier le progrès, l'amélioration et la nouveauté. Si on trouve de nombreuses définitions de l'innovation dans la littérature, aucune définition simple n’est largement acceptée. Les individus peuvent donc utiliser des définitions différentes et avoir une compréhension différente de ce que l'innovation signifie et englobe. Aucune de ces définitions n'est incorrecte – elles sont toutes valables.

Puisqu’il n'existe pas de définition universellement acceptée, il est essentiel pour la FAO de spécifier ce qu’elle entend par ‘innovation agricole’ alors qu’elle organise ce symposium. Dit simplement, l'innovation se réfère au processus par lesquels des personnes ou des organisations mettent en œuvre des produits, des procédés ou des modes d’organisation, existants ou nouveaux, pour la première fois, dans un contexte spécifique. Dans le cadre de l’agriculture, la définition pratique que la FAO utilisera lors de l’organisation du symposium est: L’innovation agricole est le processus par lequel des individus ou des organisations mettent en œuvre des produits, des procédés ou des modes d’organisation, nouveaux ou déjà existants, pour la première fois dans un contexte spécifique afin d’améliorer l’efficacité, la compétitivité, la résilience ou la durabilité environnementale, contribuant ainsi à la sécurité alimentaire et à la nutrition, au développement économique et à la gestion durable des ressources naturelles.

La nouveauté est un aspect clef de la définition, c’est-à-dire que bien que des produits, des procédés ou des modes d'organisation puissent déjà exister, ils sont nouveaux pour les personnes ou les organisations qui les intègrent pour la première fois dans un lieu et un contexte spécifique. Cela ne se limite pas à l'utilisation de technologies mais aussi à l'utilisation de dispositions ou de processus sociaux, organisationnels, institutionnels ou commerciaux. L'encadré ci-dessous approfondit et clarifie cette définition utilisée pour le symposium

ENCADRÉ 1. Éléments clefs et clarifications de la définition pratique de l'innovation agricole utilisée pour le symposium: L’innovation agricole est le processus par lequel des individus ou des organisations mettent en œuvre des produits, des procédés ou des modes d’organisation, nouveaux ou déjà existants, pour la première fois dans un contexte spécifique afin d’améliorer l’efficacité, la compétitivité, la résilience ou la durabilité environnementale, contribuant ainsi à la sécurité alimentaire et à la nutrition, au développement économique et à la gestion durable des ressources naturelles.

- INNOVATION PAR RAPPORT À INNOVATIONS: L'innovation agricole se réfère au processus par lequel des produits, des procédés ou des modes d'organisation, nouveaux ou déjà existants, sont mis en œuvre pour la première fois, alors que la forme plurielle ‘innovations’ se réfère aux produits, procédés ou modes d'organisation mis en œuvre.

- “NOUVEAUX OU DÉJÀ EXISTANTS”: Les produits, les procédés et les modes d'organisation peuvent être nouveaux (jamais utilisés ailleurs) ou peuvent déjà exister (utilisés auparavant mais pas dans ce lieu ou ce contexte). Ils sont, cependant, nouveaux pour les individus ou les organisations qui les utilisent pour la première fois dans ce contexte.

- “ METTENT EN ŒUVRE POUR LA PREMIÈRE FOIS”: Les produits, procédés ou modes d’organisation deviennent des innovations uniquement à partir de leur mise en œuvre. C’est-à-dire quand ils sont utilisés par des individus ou des organisations et qu’ils sont nouveaux pour ceux-là mêmes qui les mettent en œuvre pour la première fois. Cela n'inclut donc pas les produits, les procédés ou les modes d'organisation qui en sont au stade de la conception, de la recherche, du développement ou d'essai et n'ont pas encore été mis en pratique.

- “DANS UN CONTEXTE SPÉCIFIQUE”: Certains produits, procédés ou modes d'organisation peuvent être déjà employés dans un lieu ou un contexte spécifique. Toutefois, s’ils sont employés dans le même lieu mais dans un autre contexte pour la première fois, cela est considéré comme une innovation agricole. C’est le cas si, par exemple, des agriculteurs d’une région ayant déjà utilisé des engrais biologiques pour la production de maïs se mettent à les utiliser pour la première fois dans le secteur de la foresterie.

- "PRODUITS": Le terme 'produits' dans la définition pratique se réfère à une vaste catégorie qui contient tous les biens finis (par exemple, un outil/machine agricole ou une nouvelle variété de fruit) et tous les services (par exemple, services consultatifs financiers spécifiquement dédiés aux agriculteurs) destinés à un marché pour la consommation, y compris les technologies impliquées. Cela peut être, par exemple, de nouveaux engrais biologiques, des variétés végétales, des vaccins, des technologies conventionnelles, des technologies de l'information et de la communication (TIC) ou de nouveaux programmes radiophoniques destinés aux agriculteurs.

- “PROCÉDÉS”: Le terme ‘procédés’ de la définition pratique se réfère aux innovations visant à améliorer, entre autres, les méthodes de production (techniques, équipements et logiciels employés pour produire des biens ou des services) ou les modes de livraison (en général, la logistique). Les innovations de procédés cherchent souvent à réduire les coûts de production ou de livraison et à améliorer les produits. Par exemple, il s’agira des façons de livrer des produits agricoles aux marchés, de les classer par niveau de qualité ou d’utiliser de nouvelles techniques agricoles susceptibles d’augmenter le rendement.

- “MODES D'ORGANISATION”: Le terme ‘modes d'organisation’ de la définition pratique se réfère, entre autres, aux procédures de gestion ou aux modèles d’activité, à l'organisation du lieu de travail, aux dispositions institutionnelles ou aux améliorations des différents éléments de la commercialisation. Ce peut être, par exemple, des producteurs s’organisant d’une nouvelle façon pour avoir plus d’influence dans les négociations lorsqu’ils achètent des intrants ou vendent leurs produits agricoles; la restructuration de services consultatifs ruraux davantage tournés vers la demande et donc plus aptes à répondre aux besoins des agriculteurs; ou l'introduction d’une approche participative de la recherche qui resserrera la collaboration entre institutions de recherche et agriculteurs.

- SECTEURS: L'innovation agricole englobe l'innovation dans les secteurs des cultures, de l'élevage, de la foresterie, de la pêche et de l'agro-industrie, comprenant donc l'utilisation des produits, procédés et modes d'organisation, nouveaux ou déjà existants, par des individus et des organisations dans les différents systèmes de production et chaînes de valeur de ces secteurs.

- CONNAISSANCES: L'innovation est rendue possible par les connaissances. Les connaissances impliquées dans l'innovation peuvent être entièrement nouvelles ou il peut s’agir d’une combinaison de connaissances nouvelles et existantes. Elles peuvent provenir de sources différentes – agriculteurs et autres; institutions de recherche scientifique officielles ou autres sortes d'organisations publiques ou privées, y compris des organisations de la société civile.

- INVENTION CONTRE INNOVATION: L’invention est perçue comme une nouvelle idée à qui l’on a donné forme (telle un diagramme, un modèle ou une technologie) potentiellement applicable. Le terme ‘innovation’, lui, se réfère à la mise en œuvre concrète de l'invention dans la société. C’est seulement quand elle est utilisée qu’une invention devient une innovation.

- RISQUE: Les innovations sont supposées apporter un avantage. Ces attentes peuvent naître, par exemple, de rapports d'expériences de personnes ou d’organisations dans d'autres domaines ou de résultats d'essais de recherche. Toutefois, les innovations peuvent s'avérer moins avantageuses que prévu, voire pas du tout, pour certaines ou l’ensemble des personnes ou des organisations qui les utilisent. Cela peut se produire lors des premières utilisations par manque d’apprentissage ou d’adaptation de leurs pratiques de travail ou par une adaptation impropre au contexte local. Malgré l’espoir d’en tirer avantage, l’adoption des innovations est risquée et peut échouer.

- EFFETS: Les innovations peuvent avoir des effets considérables (dénommées innovations de rupture, comme le fut le remplacement de la traction animale par le tracteur dans le travail agricole) ou des effets plus graduels (innovations progressives, comme l’usage d’un nouveau modèle de tracteur).

- BÉNÉFICES MONÉTAIRES: Les innovations peuvent être adoptées par des individus/organisations en vue d’obtenir des bénéfices monétaires et/ou non monétaires. Par exemple, l'utilisation de nouveaux dispositifs économisant la maind’œuvre qui permettent aux producteurs d’accorder plus de temps à d'autres activités. - DEGRÉ D'UTILISATION: L'utilisation d'innovations par des personnes ou des organisations ne signifie pas qu'elles auront été mises en œuvre par tous. En pratique, l’intégration des innovations peut prendre des années (souvent elle suit un modèle de diffusion dans lequel une petite minorité de producteurs utilisent d’abord les innovations avec succès, suivis progressivement par le reste des utilisateurs).

2. Qu’est-ce que l’agriculture familiale?

2. Qu’est-ce que l’agriculture familiale?

Il n'existe aucun consensus quant à la définition de l'agriculture familiale. Cependant, comme dans celles de la FAO (2014) et de la note de Garner & de la O Campos (2014), la plupart des définitions s’accordent sur deux caractéristiques majeures – premièrement la propriété et/ou la gestion de l'exploitation par une famille et, deuxièmement, l’essentiel du travail sur l'exploitation est fourni par la famille.

L'Assemblée générale des Nations Unies avait déclaré 2014 Année internationale de l'agriculture familiale (IYFF) et avait invité la FAO à faciliter sa mise en œuvre par un Comité de pilotage international multipartite3 . Ce comité de pilotage international a défini l'agriculture familiale comme suit: L’agriculture familiale (qui comprend toutes les activités agricoles menées dans un cadre familial) est un mode d’organisation dans lequel la production agricole, forestière, halieutique, pastorale ou aquacole est gérée et exploitée par une famille et repose essentiellement sur une main-d’œuvre (féminine et masculine) familiale. La famille et l’exploitation sont liées, évoluent ensemble et combinent les fonctions économiques, environnementales, sociales et culturelles.

ENCADRÉ 2. Caractéristiques de l'agriculture familiale

- NOMBRE D'EXPLOITATIONS FAMILIALES: L'agriculture familiale est la forme d'agriculture prédominante dans les pays en voie de développement et développés. Le SOFA 2014 estime qu'il existe au moins 500 millions d'exploitations familiales dans le monde. Elles représenteraient plus de 90 % des exploitations de la planète.

- LOCALISATION: En gros, les trois-quarts des 570 millions d'exploitations du monde seraient situées en Asie: 35 % en Chine, 10 % dans le reste de l'Asie orientale et le Pacifique, 24 % en Inde et 6 % en Asie du Sud. 9 % des exploitations seraient situées en Afrique subsaharienne; 9 % en Europe et en Asie centrale; 4 % en Amérique latine et dans les Caraïbes; 3 % au Moyen-Orient et en Afrique du Nord; et 0,5 % en Amérique du Nord.

- TRAVAIL FAMILIAL: Le travail de l'exploitation (l'unité de production) et les membres de la famille (le groupe familial) coïncident en agriculture familiale. Les membres de la famille qui possèdent et font fonctionner l'exploitation font l’essentiel du travail, voire tout. Cela n'exclut pas la participation permanente ou saisonnière d'ouvriers occasionnels.

- DIVERSITÉ: La diversité est peut-être la caractéristique la plus importante de l'agriculture familiale. Les agriculteurs familiaux forment un groupe très divers; avec des variations de la taille des exploitations, de l’accès au marché et aux ressources naturelles, des modèles de production, de la capacité d'investissement, du rôle de l'autoconsommation, de l'utilisation d'intrants et des technologies, du travail (par exemple, ouvriers saisonniers), des productions, de la productivité (allant de la subsistance à l'agriculture commerciale) et d'autres caractéristiques.

- CAPACITÉ: Les capacités des exploitations familiales varient en termes de production commerciale et d'innovation. Selon le SOFA 2014, elles peuvent être classées en trois catégories:

  • Les petites exploitations de subsistance ou de quasi subsistance, dont les agriculteurs produisent essentiellement pour leur propre consommation sans (ou quasiment) possibilité de produire un excédent commercialisable;
  • Les petites ou moyennes exploitations familiales, déjà orientées vers le marché et commerciales, qui produisent un excédent pour le marché (local, national ou international), ou celles qui pourraient le devenir avec des incitations et un accès aux marchés adéquats;
  • Les grandes exploitations familiales, qui sont essentiellement des grandes entreprises bien qu'elles soient gérées par une famille et utilisent surtout le travail de la famille.

- TAILLE AGRICOLE: Lowder, Skoet & Singh et le SOFA 2014 estiment que la majorité des exploitations familiales sont de petite taille. Généralement, 72 % des exploitations possèdent moins d'un hectare (et couvrent seulement 8 % des terres cultivées); 12 % possèdent entre un et deux hectares (soit 4 % des terres cultivées) et 10 % possèdent entre deux et cinq hectares (7 % des terres cultivées). Ainsi, environ 94 % des exploitations du monde possèdent moins de 5 hectares et représentent 19 % des terres cultivées. Seule une petite proportion des exploitations sont très grandes. Environ 1 % des exploitations possèdent plus de 50 hectares mais représentent, en gros, les 2/3 de toutes les terres cultivées. Les grandes exploitations dominent dans les pays à fort revenu et les pays à revenu intermédiaire supérieur et dans les pays où le pâturage extensif d'élevage est important. Beaucoup de ces exploitations sont des exploitations familiales. Il est donc important de noter qu'une exploitation familiale et une petite exploitation ne sont pas nécessairement la même chose. 

- SECTEURS: L'agriculture familiale se réfère non seulement aux activités de la production végétale mais aussi à l'aquaculture, la pêche, la foresterie et l’élevage. Les agriculteurs familiaux sont des paysans, des peuples indigènes, des communautés traditionnelles, des pêcheurs, des agriculteurs de montagne, des bergers et de nombreux autres groupes représentant chaque région et chaque biome du monde.

- SÉCURITÉ ALIMENTAIRE: D’après une analyse couvrant 30 pays, le SOFA 2014 estime que les exploitations familiales gèrent environ 75 % de terres cultivées dans le monde et plus de 80 % des produits alimentaires. Elles sont donc cruciales pour atteindre la sécurité alimentaire mondiale et répondre aux enjeux de la production durable. Paradoxalement, les agriculteurs familiaux souffrent souvent de pauvreté et de précarité alimentaires. Dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire inférieur, les petites exploitations familiales sont particulièrement importantes pour atteindre la sécurité alimentaire. Les exploitations de moins de cinq hectares occupent environ 70 % de toutes les terres cultivées dans les pays pauvres et environ 60 % dans les pays à revenu intermédiaire inférieur. Ainsi, non seulement la majorité des exploitations ont moins de cinq hectares mais occupent aussi la majorité des terres agricoles et produisent la plus grande partie de la production alimentaire nationale dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire inférieur.

- REVENU D’APPOINT: La plupart des familles agricoles ne dépendent pas exclusivement sur l'agriculture pour subsister mais sur de multiples sources de revenu. Plus l'exploitation familiale est petite, plus la dépendance au revenu non agricole de l’exploitation est grande.

3. Pourquoi la FAO organise-t-elle ce symposium?

3. Pourquoi la FAO organise-t-elle ce symposium?

Des périls sans précédent affectant la durabilité alimentaire et les systèmes agricoles, donc les moyens de subsistance de millions d'agriculteurs familiaux dans le monde menacent aujourd’hui la planète. Il s’agit de l'épuisement des ressources naturelles et des impacts désastreux de la dégradation environnementale, comme la désertification, la sécheresse, la dégradation des terres, la pénurie d'eau et la perte de diversité biologique; d’une population humaine toujours croissante; et du changement climatique.

Ces pressions menacent gravement l’expression du droit à une alimentation adéquate et du droit fondamental de chacun d’être à l’abri de la faim. Aujourd'hui, celle-ci reste un défi quotidien pour l'humanité et environ 815 millions de personnes souffrent toujours chroniquement de sous-alimentation. En outre, pour satisfaire la demande d'une population estimée à presque 10 milliards de personnes en 2050, la production agricole devra augmenter de presque 50 pour cent comparée à 2012. La plus grande part de ce surcroît de production alimentaire estimée vers 2050 devra être soutenue par les agriculteurs familiaux qui gèrent environ 75 pour cent des terres cultivées et produisent plus de 80 pour cent des produits alimentaires dans le monde mais souffrent souvent, paradoxalement, de pauvreté et de précarité alimentaire. Dans ce contexte, de nombreux pays en voie de développement sont encore incapables d'exploiter le plein potentiel de l'innovation agricole.

Les objectifs du symposium sont:

  1. Servir de plate-forme mondiale de connaissance et de partenariat pour mieux comprendre le potentiel de l'innovation dans l'agriculture pour répondre aux Objectifs de développement durable (ODD), en s’intéressant spécialement au soutien des agriculteurs familiaux et des petits agriculteurs
  2. Accroître la compréhension des moteurs de l'innovation et des principales contraintes à l’innovation pour les agriculteurs familiaux
  3. Proposer des processus, des moyens et des actions nécessaires à la libération du potentiel de l'innovation dans l'agriculture au service des agriculteurs familiaux et étendre les innovations à tous
  4. Célébrer les réussites édifiantes de l'innovation et les innovateurs dans l'agriculture familiale
  5. Agir comme catalyseur pour augmenter les partenariats ainsi que les investissements publics et privés pour encourager et étendre l'innovation agricole 

Le symposium cherchera donc à accroître la compréhension des moteurs de l'innovation et des processus, qui sont essentiels à la libération du potentiel de l'innovation pour réaliser le profond changement nécessaire à l'agriculture et au développement rural. Des actions collectives s’avèrent impératives pour surmonter les obstacles et affronter les contraintes technologiques, sociales, organisationnelles et politiques qui entravent la capacité d’innover des agriculteurs familiaux et d'autres acteurs dans le secteur agricole et les systèmes alimentaires.

4. Quelles sont les productions attendues de ce symposium?

4. Quelles sont les productions attendues de ce symposium?

Le symposium est conçu comme un forum multidisciplinaire et multipartite dynamique cherchant à comprendre le potentiel socio-économique de l'innovation, ses principaux moteurs et processus ainsi que les voies d'impact par l'échange de connaissances, d'informations et de pratiques, passant en revue les politiques favorables, les plates-formes et le développement de possibles partenariats et plans d'action.

Les productions attendues du symposium sont:

  1. Un support pour un Appel à l'Action pour libérer le potentiel de l'innovation agricole au service des agriculteurs familiaux pour atteindre les ODD 
  2. L'identification de domaines d'action prioritaires qui profiteraient de l’appui d’acteurs clefs, dont la FAO, pour libérer le potentiel de l'innovation agricole en vue d’atteindre les ODD
  3. L'identification des actions et des stratégies possibles pour vulgariser des innovations réussies afin de répondre aux besoins de millions d'agriculteurs familiaux
  4. Les actes, sous forme de rapports électroniques, du symposium accompagnés de recommandations clefs pour mettre en œuvre des plans d’action qui seront publiés sur le site Internet de la FAO 

 

 

 

5. Est-ce la première fois que la FAO organise un symposium mondial sur l’innovation agricole au service des agriculteurs familiaux?

5. Est-ce la première fois que la FAO organise un symposium mondial sur l’innovation agricole au service des agriculteurs familiaux?

Oui, c'est la première fois que la FAO organise un symposium mondial sur l'innovation agricole au service des agriculteurs familiaux. Cependant, ce symposium s’inscrit dans une action plus étendue que la FAO entreprend pour promouvoir l'innovation agricole au profit des agriculteurs familiaux afin d’accroître la sécurité alimentaire, le développement durable et de promouvoir le développement rural.

À sa 66e Session, l'Assemblée générale des NU avait déclaré 2014 Année internationale de l'agriculture familiale (IYFF) et avait invité la FAO, en collaboration avec d'autres acteurs, à en faciliter la mise en œuvre. Parmi ses actions en faveur de l'IYFF, la FAO y a consacré sa publication annuelle phare, L’état de l'alimentation et l'agriculture, intitulée "Ouvrir l’agriculture familiale à l’innovation". Ce rapport souligne que la sécurité alimentaire mondiale et la durabilité environnementale dépendent des exploitations familiales qui forment la base de l'agriculture dans la plupart des pays. Il signale aussi que les exploitations familiales forme un groupe très hétéroclite et que cette diversité doit être prise en compte. Ce rapport fait valoir comment l'innovation pourrait sortir les agriculteurs de la pauvreté et aider le monde à atteindre la sécurité alimentaire et l'agriculture durable. Désormais, il est temps de passer à l’acte pour que l'innovation agricole puisse être étendue au service des agriculteurs familiaux.

L'Assemblée générale des NU, saluant le succès de l'IYFF, a récemment déclaré la période 2019-2028 Décennie de Nations Unies pour l'Agriculture familiale9 . Elle a appelé l’attention sur le rôle que jouent Version 18 June 2018 7 l’agriculture familiale, le pastoralisme et les petites exploitations en contribuant à la sécurité alimentaire et à l’amélioration de la nutrition. Dans sa résolution, l'Assemblée générale des NU a accordé une attention particulière à l'innovation, consciente du “rôle majeur de la science, des technologies, de l’innovation et de l’esprit d’entreprise dans le soutien aux petits exploitants agricoles, y compris les pasteurs et les exploitations familiales, notamment les femmes et les jeunes vivant en zone rurale”. L'Assemblée générale des NU a demandé à la FAO et au Fonds international de développement agricole (FIDA) de diriger la mise en œuvre de la Décennie.

Au cours de la 25e Session du Comité de l'agriculture (COAG) de la FAO en 2016, les États membres de la FAO ont reconnu que l'innovation agricole était importante pour assurer un développement rural durable, et notamment pour relever le défi que représente l'emploi des jeunes et des femmes en milieu rural, afin de lutter contre la pauvreté rurale. Ils ont aussi encouragé la FAO à poursuivre ses activités pour renforcer les systèmes d'innovation agricole; ce qui inclut le renforcement des plates-formes de partenariat comme le CGIAR (Partenariat mondial pour la recherche agricole), la Plate-forme pour l’agriculture tropicale (TAP) 10, le Forum mondial sur la recherche agricole (GFAR) et le Forum mondial pour le conseil rural (GFRAS). Les États membres ont aussi recommandé que la FAO contribue davantage à aider les pays et les communautés locales à élaborer leurs stratégies en matière de systèmes d’innovation agricole moyennant une évaluation des besoins et un diagnostic complets, en partenariat avec les agriculteurs, les universités, le secteur privé, les institutions de recherche, les services de vulgarisation et d'autres parties prenantes. 

6. Pourquoi l’innovation agricole est importante pour les agriculteurs familiaux?

6. Pourquoi l’innovation agricole est importante pour les agriculteurs familiaux?

L'innovation dans l'agriculture traverse toutes les dimensions du cycle de production tout au long de la chaîne de valeur complète – de la production issue des cultures, de la foresterie, de la pêche ou de l'élevage jusqu’à la gestion des intrants et des ressources, à l'organisation et à l'accès au marché. Elle peut, par exemple, impliquer la plantation de nouvelles variétés végétales, combiner des pratiques traditionnelles à des connaissances scientifiques nouvelles, appliquer des approches novatrices au contrôle zoosanitaire et aux pratiques d’après récolte ou implanter sur les marchés de nouvelles dispositions plus rentables.

L'innovation est capitale pour accomplir le potentiel productif des agriculteurs familiaux, particulièrement dans les petites et moyennes exploitations familiales qui occupent une large part de terres cultivées et produisent ne bonne partie des aliments dans les pays à faible et moyen revenu.

L’innovation n’est pas qu’une question de technologie qui, considérée de manière isolée, risque de se retrouver oubliée au fond d’un tiroir. C'est aussi et surtout des processus sociaux, économiques, institutionnels/organisationnels et politiques ayant un impact sur les vies des agriculteurs familiaux.

L'innovation peut permettre aux agriculteurs de produire davantage avec les ressources qu’ils possèdent déjà et de réduire leurs coûts de production, en assurant que des méthodes de production plus durables soient appliquées pour préserver les ressources naturelles et garantir la sécurité alimentaire mondiale. Elle peut aussi leur permettre d'étendre, de changer ou de diversifier leur production commercialisable, en augmentant la rentabilité de leurs exploitations. Elle peut aussi leur permettre de libérer des ressources (comme le travail) pour les réallouer à d'autres activités économiques. 

7. Que sont les Objectifs de développement durable (ODD)?

7. Que sont les Objectifs de développement durable (ODD)?

Le 25 septembre 2015, les 193 États membres des Nations Unies ont adopté lors d’un sommet historique des NU un ensemble d’objectifs pour éliminer la pauvreté, protéger la planète et assurer la prospérité pour tous dans un nouvel ordre du jour de développement durable. Les 17 Objectifs de développement durable (ODD) du Programme de développement durable à l’horizon 2030 sont officiellement entrés en vigueur le 1 janvier 2016. Pendant les quinze prochaines années, avec ces nouveaux objectifs qui s'appliquent universellement à tous, les pays se mobiliseront pour éliminer toutes formes de pauvreté, lutter contre les inégalités et contre le changement climatique, en veillant à ce que personne ne soit laissé de côté. Version 18 June 2018 8 Les ODD, aussi appelés Objectifs mondiaux, se fondent sur le succès des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et cherchent à aller plus loin dans l’élimination de toutes les formes de pauvreté. Ces nouveaux objectifs sont uniques en ce sens qu’ils appellent à l'action tous les pays, pauvres, riches et de revenu intermédiaire, pour promouvoir la prospérité tout en protégeant la planète. Ils reconnaissent que l’élimination de la pauvreté doit aller de pair avec des stratégies qui créent la croissance économique et répondent à plusieurs besoins sociaux comme l'éducation, la santé, la protection sociale et l'emploi, tout en se préoccupant du changement climatique et de la protection de l'environnement.

Même si les ODD ne sont pas juridiquement contraignants, les gouvernements sont censés les respecter et établir des cadres nationaux pour les atteindre. Les ODD s’articulent autour de 169 cibles et 230 indicateurs et la FAO sera l’organisation des NU garante de 21 indicateurs et contributive à quatre autres. Les pays ont la responsabilité principale de suivre et d’examiner les progrès de l’implémentation des Objectifs; ce qui requerra la collecte de données accessibles, actualisées et fiables. Le suivi et l'examen au niveau régional seront basés sur les analyses de niveau national et contribueront au suivi et à l’examen au niveau mondial.

8. Quel est le rôle de l’innovation agricole pour atteindre les Objectifs de développement durable (ODD)?

8. Quel est le rôle de l’innovation agricole pour atteindre les Objectifs de développement durable (ODD)?

Que ces objectifs soient d’éliminer la pauvreté et la faim, de prendre des mesures contre le changement climatique et ou de préserver les ressources naturelles, l'alimentation et l'agriculture se retrouvent au cœur de cet Agenda pour 2030. Les ODD et le Cadre stratégique de la FAO s’efforcent de s’attaquer aux racines de la pauvreté et de la faim, de construire une société plus juste et de ne laisser personne de côté.

La recherche et l'innovation sont les principaux moteurs des ODD. L'innovation agricole est capitale à l’atteinte de l’ODD 2 (Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable) et de l’ODD 12 (Garantir des modes de consommation et de production durables).

9. Qui participera au symposium?

9. Qui participera au symposium?

Les participants au symposium seront des représentants des gouvernements, des organes des Nations Unies (NU) et des agences spécialisées, des organisations intergouvernementales et d'acteurs non étatiques. Ce dernier groupe inclut les représentants de la société civile; d’entités du secteur privé (y compris les fondations philanthropiques); du monde universitaire et d’institutions de recherche et d’organisations de producteurs et de coopératives.

Les représentants des gouvernements, des organes des Nations Unies (NU), des agences spécialisées et des organisations intergouvernementales seront officiellement invités par la FAO. Les représentants d'acteurs non étatiques intéressés à participer au symposium peuvent répondre à un appel de manifestation d’intérêt ouvert qui sera publié sur le site Internet de la FAO.

Des experts et des acteurs principaux seront invités à donner des présentations et à participer aux réunions. Environ 400-500 participants sont attendus.