FAO.org

Accueil > A propos > Que faisons-nous

La FAO a identifié les secteurs clé dans lesquels elle est la mieux placée pour intervenir afin de répondre aux tendances mondiales en matière de développement agricole et aux défis auxquels doivent faire face ses pays membres. Un examen exhaustif des avantages comparatifs de l’Organisation a permis de définir les objectifs stratégiques dans les principaux domaines d’activité de la FAO sur lesquels se concentreront tous ses efforts pour mener à bien sa mission et atteindre ses objectifs mondiaux

Notre défi: Il y a dans le monde assez de moyens pour produire les volumes de nourriture nécessaires pour que tout le monde mange à sa faim; pourtant, en dépit des progrès enregistrés durant les deux dernières décennies, 842 millions de personnes souffrent encore de faim chronique. Pour ce qui est des enfants, on estime que 171 millions des moins de cinq ans souffrent de malnutrition chronique (attestée par des retards de croissance), que près de 104 millions présentent un déficit pondéral, et qu’environ 55 millions sont émaciés par suite de malnutrition aiguë.

Notre mission consiste à aider nos Membres à faire en sorte que leurs ressortissants aient régulièrement accès à une nourriture de qualité, en quantité suffisante. Nous pouvons contribuer à atteindre cet objectif en soutenant les politiques et les engagements en faveur de la sécurité alimentaire et d'une bonne nutrition et en veillant à ce que soient disponibles et accessibles des informations actualisées sur les problèmes et les solutions relatifs à la faim et à la nutrition.

À l’horizon 2050, la planète devrait compter 9 milliards d’habitants. L’accroissement démographique devrait être particulièrement marqué dans les zones qui sont fortement dépendantes de l’agriculture (culture, élevage, foresterie et pêche) et dans lesquelles on enregistre déjà des taux élevés d’insécurité alimentaire. Favoriser la croissance du secteur agricole est l'un des meilleurs moyens de réduire la pauvreté et d'instaurer la sécurité alimentaire. Nous devons veiller à ce que l'augmentation de la productivité ne profite pas qu'à une minorité réduite de personnes, et à ce que la base de ressources naturelles puisse rendre des services qui renforcent la durabilité (pollinisation, cycle des éléments nutritifs dans les sols, eau de qualité, etc.).

La plupart des pauvres de la planète vivent dans des zones rurales. La faim et l'insécurité alimentaire sont, avant toute autre chose, des expressions de cette pauvreté rurale. La réduire est donc l'un des objectifs fondamentaux de l'Organisation. Au cours de ces dernières décennies, de nombreux habitants des zones rurales sont sortis de la pauvreté. En 1990, 54 pour cent des personnes vivant dans les régions rurales des pays en développement vivaient avec moins de 1,25 USD par jour et étaient considérés comme extrêmement pauvres. En 2010, ce chiffre était tombé à 35 pour cent. Malheureusement, la pauvreté rurale reste très répandue, surtout en Asie du Sud et en Afrique; c'est également dans ces régions que les moyens d'existence des populations rurales ont le moins évolué. La FAO s'efforce d'aider les petits exploitants à améliorer leur productivité agricole, tout en cherchant à multiplier les possibilités d'emploi non agricole, et à trouver de meilleures solutions pour permettre aux populations rurales de gérer et d’affronter les risques associés à leur environnement.

Du fait de la mondialisation croissante, l'agriculture va cesser d'exister en tant que secteur indépendant pour devenir l'un des nombreux maillons d'une chaîne de valeur intégrée. Cette chaîne de valeur existe à la fois en amont et en aval, de la production au traitement et à la vente, et tous les éléments en sont aujourd'hui hautement concentrés, intégrés et mondialisés. Ceci représente un défi considérable pour les petits exploitants et les producteurs agricoles dans de nombreux pays en développement, car même les plus économiquement viables d'entre eux peuvent facilement se retrouver exclus de maillons importants de la chaîne.

Il est capital d'accroître la participation de ces acteurs aux systèmes alimentaires et agricoles pour atteindre l'objectif que la FAO s'est fixé: celui d'un monde libéré de la faim.

Chaque année, des millions de personnes qui dépendent de la production, de la commercialisation et de la consommation des produits de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche et de la foresterie ainsi que d’autres ressources naturelles doivent faire face à des catastrophes naturelles et à des crises. Celles-ci peuvent frapper brutalement – c’est le cas d’un séisme ou d’un coup d’état  – ou se développer lentement – comme dans le cas des cycles sécheresses-inondations. Il peut s’agir d’événements ponctuels, d’une crise en déclenchant une autre, ou d’événements multiples qui convergent et entrent simultanément en action, avec des effets en cascade amplifiés. Ces situations d’urgence menacent la production de denrées et l’accès à l’alimentation au niveau local, national et, parfois, régional et mondial. La mission de la FAO consiste à aider les pays à gouverner, à prévenir et atténuer les risques et les crises, et à leur fournir un appui pour se préparer aux catastrophes et y répondre.