FAO.org

Accueil > À propos > Qui sommes-nous > Le Directeur général > Archives des nouvelles > Nouvelles

Effectuer le suivi des pertes et gaspillages alimentaires pour lutter contre la faim

Au Green Global Growth Forum de Copenhague, la FAO appelle à innover pour calculer et réduire pertes et gaspillages tout au long de la chaîne alimentaire
Photo: ©FAO/Giuseppe Bizzarri

21 octobre 2013, Copenhague/Rome - Il est capital d'effectuer un suivi du volume et de la typologie des pertes et gaspillages alimentaires si l'on veut réduire le phénomène et accélérer les efforts d'élimination de la faim dans le monde, a déclaré le Directeur général de la FAO José Graziano da Silva en s'adressant aux participants du Global Green Growth Forum (3GF) réunis les 21 et 22 octobre à Copenhague.

"La FAO estime que chaque année, un tiers de toute la nourriture produite pour la consommation humaine est perdue ou gaspillée - soit quelque 1,3 milliard de tonnes, pour un coût annuel d'environ 750 milliards de dollars. L'élimination des pertes et gaspillages alimentaires permettrait de nourrir 2 milliards d'êtres humains supplémentaires".

M. Graziano da Silva et d'autres dirigeants d'organisations partenaires se sont retrouvés au Forum 3GF pour examiner un projet de norme internationale de calcul des pertes et gaspillages alimentaires, annoncé au Forum par le World Resources Institute (WRI).

"Une de mes priorités à la FAO est d'ouvrir la porte à des alliés potentiels. La lutte contre les pertes et gaspillages alimentaires est résolument un secteur où la collaboration est nécessaire. La mise au point d'un protocole mondial peut servir à fournir des indicateurs clairs qui permettront de donner des orientations sur la manière de réduire les pertes et gaspillages alimentaires", a souligné M. Graziano da Silva.

La plupart des pertes alimentaires ont lieu durant les phases de post-production, récolte, transport et stockage et sont essentiellement dues à des infrastructures inadéquates dans les pays en développement. En revanche, dans les pays plus avancés, le gaspillage alimentaire est un problème qui touche surtout les stades de la commercialisation et de la consommation.

"Réduire à néant les pertes et gaspillages alimentaires est un des éléments du défi Faim Zéro lancé par le Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon à la Conférence Rio+20 qui s'est tenue l'an dernier. C'est pourquoi la FAO a un intérêt tout particulier à diminuer rapidement les pertes et gaspillages alimentaires", a souligné M. Graziano da Silva, "notamment pour ce qui est d'améliorer l'efficacité et la cohésion de nos systèmes alimentaires".

"Nous savons déjà bien comment réduire les pertes alimentaires. Mais il nous faut investir dans un certain nombre de domaines, notamment dans les infrastructures comme les routes et les chaînes du froid, mais aussi améliorer l'information sur le marché. Nous devons également combler le fossé entre les savoirs que nous détenons et ce que font réellement les agriculteurs et autres acteurs dans la chaîne alimentaire. Dès lors, nous pourrons constater de bons résultats", a-t-il ajouté.

Sur le problème du gaspillage alimentaire au niveau du consommateur, M. Graziano da Silva a appelé à une "pensée innovante" pour empêcher les détaillants et les ménages individuels de jeter la nourriture.

"Le gaspillage par consommateur et par an s'élève à environ 100 kg en Europe et en Amérique du Nord, contre moins de 10 kg en Afrique", a précisé le Directeur général de la FAO, en ajoutant: "Nous pouvons faire beaucoup, de l'échelle locale à l'échelle mondiale, du producteur au consommateur, des choix individuels aux décisions de politique qui créent un environnement propice à la réduction des pertes et gaspillages alimentaires". 

"Et quant aux gaspillages alimentaires, il est également important de tenir compte du fait que différentes cultures ont des traditions culinaires diverses. Nous devons le garder à l'esprit".

M. Graziano da Silva a exhorté les participants à maintenir leur engagement à travailler avec les producteurs, les consommateurs, les négociants, les gouvernements et les organisations internationales pour réduire les pertes et gaspillages alimentaires, sans oublier les différences culturelles susceptibles d'influencer les choix.

Passer à l'action

La FAO travaille à de nombreuses initiatives de réduction des pertes de nourriture au sein de la filière agricole et dans tout le système alimentaire de la fourche à l'assiette.

L'Initiative SAVE FOOD, lancée par la FAO avec le concours du PNUE et du groupe Messe Dusseldorf, a pour but de réduire les pertes et gaspillages alimentaires tout au long de la filière de production et de consommation. Elle fédère plus de 150 organismes publics et partenaires du secteur privé et conduit des études de cas sur les pertes alimentaires au sein de chaînes spécifiques, qui permettront d'élaborer des orientations sur les stratégies à suivre pour améliorer les secteurs concernés.

L'Organisation collabore également avec le PNUE, le Programme d'action sur les déchets et les ressources (WRAP- Royaume-Uni) et d'autres partenaires de la campagne "Pensez, Mangez, Préservez: réduisez votre empreinte" ayant pour but de cibler et de modifier les pratiques de gaspillage, en particulier au niveau des détaillants et des consommateurs.

La FAO a commencé à travailler à un indice des pertes alimentaires, et par le biais de sa Stratégie mondiale pour l'amélioration des statistiques rurales et agricoles, l'Organisation met au point des méthodologies d'évaluation pour se procurer des données sur les pertes après récolte pouvant alimenter les statistiques nationales.