Bureau Sous-régional pour l’Afrique Centrale (SFC)

 

 Pour l’Afrique Centrale

 

 

Appel à soumission pour la Revue Nature & Faune, Volume 27, Numéro 1, 2012

Appel à soumission  pour la Revue Nature & Faune, Volume 27, Numéro 1, 2012

©Coopération TCHAD-VIETNAM-FAO Nature & Faune est une publication bilingue internationale (Anglais et Français) du Bureau régional de la FAO pour l’Afrique. Son objectif est de disséminer l’information (savoirs scientifiques et techniques) et d’encourager l’échange d’expériences relatives à la faune sauvage, à la gestion des aires protégées et à l’utilisation et la conservation durables des ressources naturelles en Afrique. Son but ultime est de contribuer à améliorer la gestion des ressources naturelles pour la sécurité alimentaire en Afrique. Ce magazine est actuellement publié deux fois par an sous la coordination du Fonctionnaire principal chargé de la Foresterie au Bureau régional de la FAO pour l’Afrique basé à Accra.

Le Comité d’édition est particulièrement intéressé par les manuscrits relatant les expériences, leçons apprises et défis rencontrés, ainsi que les pratiques innovatrices pour l’amélioration de la gestion durable des ressources naturelles, en particulier dans le domaine de la gestion de la faune sauvage et de la conservation de la nature. Nous sommes également disposés à publier toute annonce concernant des opportunités de financement, des possibilités de recherche, des réunions ou autres activités d’intérêt.

Thème et date limite pour le prochain numéro :

Le thème du prochain numéro de Nature & Faune est “Gérer les ressources en eau de l’Afrique en intégrant l’utilisation durable des terres, des forêts et des pêches ”. L’année 2012 a été importante pour la gestion des ressources en eau. Cinq évènements majeurs ont eu lieu, et avaient pour objectif, entre autres, d’évaluer l’état des ressources en eau, et d’encourager leur gestion rationnelle. Ces cinq évènements marquants sont : le Forum Mondial de l’Eau à Marseille, en France, en Mars 2012 ; la Journée de la Terre et de l’Eau à Rome, en Italie, en Mai 2012 ; la Semaine africaine de l’Eau au Caire, en Égypte, en Mai 2012 ; la 38ème Session extraordinaire du Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’agriculture (FAO), laquelle a adopté les ‘directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale’, en Mai 2012 ; et la Conférence des Nations unies sur le développement durable (Rio+20) à Rio de Janeiro, au Brésil, en Juin 2012. La Semaine mondiale de l’eau de Stockholm devrait également avoir lieu dans la dernière semaine d’Août 2012.

Les problèmes relatifs à l’eau n’ont cependant pas été l’unique priorité de ces évènements (ex. CSA, Rio+20) car les discussions ont exploré de quelle façon les ressources hydrologiques, foncières, forestières et halieutiques pourraient être gérées de manière intégrée pour atteindre la sécurité alimentaire et nutritionnelle et le développement durable en général, dans un contexte de changement climatique, d’accroissement démographique et d’urbanisation rapide.

En avril 2012, la BBC a rapporté une nouvelle d’importance relative au potentiel en eaux souterraines en Afrique. (http://iopscience.iop.org/1748-9326/7/2/024009/articlehttp://iopscience.iop.org/1748-9326/7/2/024009/article , http://www.bgs.ac.uk/research/groundwater/international/africangroundwater/home.htmlhttp://www.bgs.ac.uk/research/groundwater/international/africangroundwater/home.html ,
http://www.nytimes.com/2012/06/18/opinion/africas-hidden-water-wealth.html?emc=eta1http://www.nytimes.com/2012/06/18/opinion/africas-hidden-water-wealth.html?emc=eta1)

Malgré ces rapports sur les eaux souterraines potentielles, en plus du fait que l’Afrique a la chance de disposer d’abondantes ressources en eau, y compris de grandes étendues d’eau telles que les fleuves Congo, Nil, Zambèze, Niger et le Lac Victoria, le continent est toujours confronté à une pénurie d’eau de type économique, en raison de son incapacité à exploiter ses riches ressources en eau. La gestion de l’eau pour l’agriculture en Afrique demeure minime et inefficace, le potentiel hydroélectrique du continent n’est pas totalement exploité et la plupart des pays sont à la traine dans la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement tels que l’éradication de la pauvreté et de la faim et la protection durable de l’environnement (avec pour but de réduire de moitié d’ici 2015 le nombre de personnes n’ayant pas accès à l’eau potable et à des installations sanitaires appropriées).

Selon le Fonds mondial pour la nature (2002)[1], 14 pays en Afrique sont déjà en situation de stress hydrique ; 11 autres pays se retrouveront dans la même situation d’ici 2025 lorsque près de 50 pourcent de la population africaine (que les prévisions estiment à 1, 45 milliards d’habitants) seront confrontés au stress hydrique ou à la pénurie d’eau. Près de 51 pourcent de la population (à savoir 300 millions habitants) en Afrique sub-saharienne n’ont pas accès à une source d’approvisionnement en eau potable et 41 pourcent ne disposent pas d’installations sanitaires appropriées (http://www.unep.org/themes/Freshwater/Regions/index.asp?case=roa). Plus de 80 des bassins fluviaux et lacustres de l’Afrique traversent au moins deux pays et un grand nombre de pays dépendent de l’eau coulant des captages, largement en dehors de leurs frontières nationales. De plus, une nouvelle étude publiée par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) à la Conférence de Rio+20, révèle que 40 pays africains ont fait des progrès appréciables grâce à l’adoption de méthodes intégrées de la gestion des ressources en eau. Plus de 75 pourcent des pays membres du Conseil des ministres africains chargés de l’eau (AMCOW) ont adopté des règlementations sur l’eau, et presque la moitié d’entre eux (à savoir 40 pourcent) exécute des plans nationaux de Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE) conformément à la Vision africaine de l’eau pour 2025 (McMullen, 2012)[2].

Une intégration plus poussée nécessite une gestion globale de toutes les ressources naturelles (eaux, terres, forêts et pêches) ; compte tenu du fait qu’elles sont intimement liées et que leurs valeurs respectives, intrinsèques et autres, sont largement interdépendantes. À la suite de ces événements marquants, le prochain numéro de Nature & Faune sera donc consacré à la gestion intégrée des ressources hydriques, foncières, forestières et halieutiques. Le thème du numéro de décembre 2012 de Nature & Faune est “Gérer les ressources en eau de l’Afrique en intégrant l’utilisation durable des terres, des forêts et des pêches ”. Nous souhaitons recevoir des articles qui reflètent l’interface entre la gestion des ressources en eau et des terres, des forêts et des pêches continentales en Afrique, et naturellement un plan d’action qui préservera ces dernières afin de satisfaire les besoins des générations futures. Le contenu et le sujet traité dans ces articles devraient contribuer au débat sur l’évaluation des meilleures pratiques, et offrir des mesures applicables pour assurer un accès sécurisé à une eau abondante et à des terres, des forêts et des pêches de qualité en Afrique. Les directives et instructions pour la soumission de manuscrits sont disponibles sur notre site web. Nous préférons les articles courts et précis.

Veuillez visiter notre site web ou nous envoyer un email pour recevoir une copie des ‘Directives à l’intention des auteurs’.

Veuillez nous envoyer votre (vos) article (s) par email aux adresses suivantes : Nature-faune@fao.org , Ada.NdesoAtanga@fao.org
Site Web: www.fao.org/africa/publications/nature-and-faune-magazine/ La date limite pour la soumission des manuscrits et autres contributions est fixée au 1er Novembre 2012.
Cliquez ici pour lire les directives destinées aux auteurs.

[1] World Wide Fund. "The Facts on Water in Africa." (Fonds Mondial: “Les faits sur l’eau en Afrique”) Living Waters: Conserving the Source of Life, July 2002 (Eaux vives: Conserver la Source de vie, Juillet 2002)  www.panda.org/downloads/waterinafricaeng.pdf
L’Afrique semble dotée de ressources en eau abondantes: les grands fleuves comprennent le Congo, le Nil, le Zambèze, le Niger, et le Lac Victoria est le deuxième lac au monde en termes d’importance.

[2] McMullen, C (ed.). "Rapport de situation  sur l’application des méthodes intégrées de la gestion des ressources en eau de l’Afrique." Abuja: Conseil des ministres africains chargés de l’eau (AMCOW). Disponible sur: <http://bit.ly/KcwqMb>. Consulté le 2 Août 2012