Bureau Sous-régional pour l’Afrique Centrale (SFC)

 

 Pour l’Afrique Centrale

 

 

Appui du processus de réconciliation et de paix dans la province de l’Equateur(RDC).

Le Ministre provincial de l’Agriculture, Pêche et Elevage et du Développement rural de l’Equateur, Jean–Faustin Mokoma, et le Coordonnateur des Opérations agricoles d’urgence et de réhabilitation de la FAO en RDC, Serge Tissot, ont procédé le jeudi 09 février 2012 à Dongo (localité du territoire de Kungu dans le District du Sud Ubangi, province de l’Equateur) au lancement officiel du projet "Relance de l’économie locale de Kungu en appui au processus de réconciliation et de paix" financé par le Royaume de Suède et mis en œuvre par la FAO pour un montant de 4 565 660 dollars américains.

A cette occasion, Serge Tissot n’a pas manqué de souligner que la relance de l’économie dans le territoire de Kungu passait nécessairement par le renforcement de l’entreprenariat privé local, des associations paysannes et des opérateurs locaux. Ainsi, le projet prévoit d’assister 170 groupements de producteurs, 34 organisations paysannes et 4 pré-coopératives. Il permettra également de promouvoir les synergies et la complémentarité avec les opérateurs présents dans le district afin d’optimiser l’impact attendu.

Jean–Faustin Mokoma a, pour sa part, exhorté les différentes communautés à prendre en compte les valeurs africaines de sagesse pour résoudre leurs conflits mais aussi à s’approprier le projet afin d’en pérenniser les activités.

Les activités prévues dans le cadre de ce projet visent à encourager le retour d’environ 5 000 familles dans le territoire de Kungu et également à promouvoir les opportunités économiques et la réconciliation. Au total, ce sont 30 000 personnes qui vont directement bénéficier des retombées du projet à travers les formations techniques et la participation aux activités agricoles, d’élevage et de pêche.

Au terme de ce projet, les ménages bénéficiaires devraient non seulement parvenir à diversifier et améliorer leurs productions en quantité et en qualité, mais aussi à augmenter leur revenu grâce à l’amélioration des conditions de transformation et de commercialisation. Ce projet permettra également le renforcement de la société civile grâce à la structuration d’organisations paysannes économiquement viables où les femmes et les hommes ayant développé des filières agricoles seront équitablement représentés et auront accès à une information agricole radiodiffusée.