Bureau Sous-régional pour l’Afrique Centrale (SFC)

 

 Pour l’Afrique Centrale

 

 

Atelier de lancement des activités du Comité National du Codex Alimentarius au Gabon

©FAO SFC Du 30 au 31 octobre 2012 à Libreville, s'est tenu l'Atelier de lancement des Activités du Comité National du Codex Alimentarius, organisé par le Ministère de l'Agriculture, de l'Elevage, de la Pêche et du Développement Rural du Gabon, avec l'appui de la FAO.

En effet, le Gabon, encouragé par la commission mixte FAO/OMS, a créé par le Décret du 07 août 1981, un Comité National du Codex Alimentarius, dans le cadre de la politique économique et sociale du Gouvernement, à l'instar des autres pays d'Afrique Centrale. La FAO a, depuis l'ouverture du Bureau Sous Régional pour l'Afrique Centrale, accompagné le Ministère de l'Agriculture, de l'Elevage, de la Pêche et du Développement Rural, dans ses efforts de dynamisation de cette institution, à travers 2 Projets de Coopération technique d'appui au renforcement du système de contrôle.

Cet atelier a compté avec la participation de représentants de nombreuses administrations concernées par les aspects de sécurité sanitaire des aliments: Directions de l'Agriculture, de l'Elevage, des Pêches, Direction de la Concurrence et de la Consommation, Services de la Santé, Mairie, Secteur privé, associations de consommateurs.
La première phase des travaux a été consacrée à un état des lieux de la situation du système de contrôle des denrées alimentaires au Gabon avec les présentations suivantes:

L'historique du Comité National du Codex Alimentarius et son fonctionnement au niveau international,


La feuille de route de la réforme du système national de contrôle de la sécurité sanitaire des aliments;


L'état des lieux de la mise en oeuvre des activités de l'AGASA (Agence Gabonaise de Sécurité Alimentaire) et des administrations concernées par les questions de sécurité sanitaire des aliments;


L'analyse du décret réorganisant le Comité National du Codex Alimentarius.

La seconde phase a porté sur de nombreuses discussions et échanges émanant des différentes présentations. L'emphase a été mise sur les problèmes de chevauchement des missions des différents acteurs et de parafiscalité.

Enfin, la troisième phase a consisté en la mise en place des sous-comités techniques qui devront être le bras séculier du Comité National du Codex Alimentarius. Au fur et à mesure des travaux, ces sous-comités devront pouvoir proposer au Gouvernement une position nationale, qui sera défendue lors des réunions internationales.

Les principales recommandations formulées concernent, d'une part, le système actuel de régulation et de contrôle des aliments, qui devrait subir une refonte plus franche dans le cadre de la mise en place de l'Agence Gabonaise de Sécurité Alimentaire, afin d'éviter le chevauchement des compétences et des prérogatives des différentes administrations impliquées; d'autre part, le renforcement des capacités structurelles et des ressources humaines du Comité National du Codex.

Compte tenu des défis que représentent la mondialisation et l'évolution des systèmes de production et de consommation, le Comité National du Codex Alimentarius est appelé à jouer un rôle primordial en contribuant à alléger le fardeau des contrôles sanitaires et à améliorer la santé des consommateurs.

 Voir l'album de l'évènement