Bureau Sous-régional pour l’Afrique Centrale (SFC)

 

 Pour l’Afrique Centrale

 

 

Problématique du financement des plans d'urgence du Sahel et de la Corne de l'Afrique

©Problématique du financement des plans d'urgence du Sahel et de la Corne de l'Afrique Dans son allocution prononcée ce jeudi 26 avril 2012 lors de l’ouverture officielle de la 27ème Conférence régionale de la FAO pour l'Afrique, José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO, a mis en garde contre le déficit de financement pour les plans d'urgence au Sahel et dans la Corne de l'Afrique. Selon Monsieur José Graziano da Silva, le déficit de financement pour aider les éleveurs, les agro-pastoralistes et les agriculteurs pendant la saison des pluies en cours dans le Sahel et la Corne de l'Afrique dépasse les 110 millions de dollars.

"Dans la Corne de l'Afrique, nous manquons l’opportunité de construire sur nos récents acquis et d'assurer la résilience des communautés rurales. Dans le Sahel, cela signifie ne pas pouvoir mettre en place des mesures qui pourraient empêcher l'aggravation de la situation de sécurité alimentaire", a averti Graziano da Silva. Actuellement, le déficit de financement des deux régions s’élève à 239 millions de dollars.

Le Directeur général de la FAO a reconnu les efforts accomplis par les pays donateurs pour maintenir leur aide internationale et a ajouté que «c’est dans ces périodes de crise que les populations vulnérables ont le plus besoin de nos soutiens."

S’adressant aux ministres et aux autres autorités du continent africain, Monsieur Graziano da Silva a expliqué la nouvelle approche de la FAO pour combattre la faim en Afrique. Parmi les aspects essentiels, une coopération plus accrue avec les partenaires dans le cadre d’actions menées au niveau national et régional pour établir le lien entre les urgences et le développement ; développer la résilience des familles et des communautés rurales ; porter les initiatives à succès à une échelle plus grande ; encourager les investissements publics et privés dans l'agriculture et la sécurité alimentaire ; gérer les risques et renforcer les capacités des institutions locales.

Appui aux petits exploitants

José Graziano da Silva a aussi souligné l’'importance du commerce intra-africain et le soutien des petits exploitants, les éleveurs et les pêcheurs pour la sécurité alimentaire en Afrique.

"Le continent dépense plus de 50 milliards de dollars par an pour les importations de produits alimentaires. En même temps, plus de 50 pour cent de sa main d'œuvre est constituée de petits agriculteurs, éleveurs, forestiers et pêcheurs. Trouvons des moyens de conjuguer leurs efforts afin que l'Afrique puisse nourrir l'Afrique ", a t-il déclaré.