Bureau Sous-régional pour l’Afrique Centrale (SFC)

 

 Pour l’Afrique Centrale

 

 

La FAO et la lutte contre la maladie du Konzo en RDC (TCP/DRC/3303)

©La FAO et la lutte contre la maladie du Konzo en RDC (TCP/DRC/3303) La maladie du Konzo se caractérise par une atteinte du système neurologique causée par une intoxication aiguë au cyanure présent en grande quantité dans le manioc de variété amère. Lorsqu’il est traité de manière inadéquate, ce type de manioc est chargé en cyanure ce qui entraîne une paralysie irréversible des membres inférieurs. De plus, la faible consommation de protéines soufrées (présentes dans la viande) par les populations ne permet pas d’éliminer physiologiquement ce toxique. La préparation du manioc (sous forme de « foufou » ou de « chikwangue ») nécessite rouissage (trempage et fermentation) et séchage permettant notamment d’éliminer le cyanure par solubilisation puis évaporation. Durant la saison sèche, les populations réduisent le temps de rouissage à cause des problèmes d’accès à l’eau et la pression économique (volonté de vendre rapidement la production de manioc pour des raisons de subsistance). Cela engendre un risque élevé d’être atteint par le Konzo, risque accentué par la faible diversification alimentaire.

Dans le cadre du TCP (Technical Cooperation Programme) « Amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et lutte contre le Konzo dans la province du Bandundu », la FAO agit sur certains paramètres qui permettront de réduire l’incidence et l’évolution de la maladie. Le projet, qui se décline dans 3 localités (Kahemba, Feshi et Bulungu) de la province du Bandundu - qui comporterait plus de 90% des cas de Konzo en RDC - consiste à :

Sensibiliser les bénéficiaires et communiquer sur les risques, les causes et les moyens de prévention de la maladie : qualité du rouissage, diversification de l’alimentation, nutrition ;

Dispenser un appui technique pour le traitement post récolte, la transformation et la bonne gouvernance des associations;

Renforcer les capacités de producteurs et promouvoir la diversification alimentaire par le biais de la distribution de boutures saines de manioc doux, niébé et soja et le soutien de la pratique du petit élevage ;


Afin de s’entretenir avec les acteurs participant à la mise en œuvre du projet et suivre la mobilisation de la population à l’adhésion au processus engagé par ledit projet, Florence Tonnoir, chargée de la nutrition au Bureau SFC, a effectué du 27 mars au 4 avril 2012, une visite sur les sites de déploiement du projet en compagnie du Dr Nicole Mashukano, du PRONANUT (Programme National de Nutrition), partenaire national d’exécution du projet.

La mission a comporté des entretiens avec les ménages et des séances de travail avec les agents du ministère de l’Agriculture de la RDC. A Kahemba, un atelier regroupant les chefs de groupements bénéficiaires et les agents de santé communautaire, a permis d’identifier de manière participative, les causes du Konzo dans la localité, de clarifier les activités pouvant améliorer la situation, de situer l’intervention de la FAO, et d’en identifier les lacunes afin de proposer des recommandations pour une meilleure coordination.

La sensibilisation et la communication constituent des aspects essentiels du projet dont le défi réside essentiellement dans la prise de conscience des bénéficiaires du lien entre l’appui agricole de la FAO et l’amélioration de l’état nutritionnel des ménages.
Voir l'abum de l'évènement