Bureau Sous-régional pour l’Afrique Centrale (SFC)

 

 Pour l’Afrique Centrale

 

 
Foire agricole internationale

Libreville accueille sa première Foire internationale agricole


Lancée le 21 octobre 2013 par le Premier ministre gabonais, Raymond Ndong Sima, la première Foire internationale agricole de Libreville, a été un rendez-vous majeur qui a vu la participation d’exposants venus du Maroc, du Rwanda, de la Suisse et des neuf provinces du Gabon. Organisé au Jardin Botanique de Libreville, l’événement, abritant également les Premières Assises de l’Agriculture sur le thème «Transformer le secteur agricole pour favoriser une croissance économique durable et inclusive », a drainé des foules jusqu’au 27 octobre.

Le nouveau virage agricole du Gabon

Lors de la cérémonie d’ouverture de la foire, diverses interventions ont permis de cadrer la nouvelle vision de l’agriculture dans ce pays, qui s’inscrit dans celle du Plan stratégique Gabon Émergent (PSGE). Il s’agit selon le Ministre de l’ Agriculture, Julien Nkoghe Békalé, d’«une agriculture capable de répondre à la demande nationale, qui contribue significativement à la croissance et à l’emploi, une agriculture qui s’exporte et qui constitue la locomotive du développement territorial». En accord avec le pilier Gabon Vert contenu dans le PSGE, le Gouvernement veut booster l’agriculture gabonaise et la rendre capable de répondre aux besoins de sa population, tout en diminuant sa dépendance vis-à-vis de l’extérieur.



Alors que le Gabon importe environ 350 milliards de francs CFA de produits agricoles, le désir de voir l’agriculture y occuper la place de choix qui lui revient a été porté comme un écho par les différents intervenants.

«Aujourd’hui, nous importons plus de 75% de nos produits alimentaires et notre agriculture contribue à moins de 5% de notre PIB, alors même que notre pays dispose de conditions agro-écologiques favorables et d’importantes ressources en eau et terres cultivables» a souligné Raymond Ndong-Sima, Premier ministre gabonais.

Invité d’honneur de cette foire aux côtés du Rwanda, le Maroc était représenté par Aziz Akhannouche, Ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime . «Le Plan Maroc Vert a déjà changé le visage de l'agriculture marocaine et posé les fondements d'un nouvel ordre agraire» a affirmé ce dernier en partageant l’expérience agricole de son pays.

La deuxième phase majeure de la Foire reposait sur les Assises de l’agriculture, qui se sont tenues sur deux jours. À cet effet, les experts et différents participants ont planché sur la problématique de la transformation de l’agriculture gabonaise en s’appuyant sur deux réflexions complémentaires, à savoir le Plan National d’Investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire et Nutritionnel (PNIASAN) et la Stratégie d’Opérationnalisation du plan sectoriel agriculture, élevage, pêche et aquaculture du Plan stratégique Gabon Emergent. Les recommandations qui en ont découlé souhaitent, entre autres, que le budget alloué à la promotion de l’agriculture soit revu à la hausse et que les producteurs agricoles nationaux soient pris en compte dans le processus de validation du plan national d’investissement agricole.

La visite des stands, temps fort de la foire
L’engouement suscité par cet événement de grande envergure s’est confirmé par la présence massive de personnes de tout âge, environ 50 000 selon les organisateurs, venant de tous les horizons.

Dans le dédale des stands dédiés à l’agriculture, aux produits halieutiques et du terroirs, à l’élevage et à la mécanisation, les visiteurs pouvaient apprécier des produits variés.

Le stand de la FAO, situé dans l’allée des institutions, ne désemplissait pas. Le public s’est particulièrement intéressé aux livres et documents offerts par l’organisation et était également désireux de connaître les activités menées sur le terrain par l’organisation. Ce fut donc l’occasion de présenter les actions initiées tout en entrant en contact avec les associations et autres organisations locales.

La clôture de la Foire internationale agricole de Libreville, le dimanche 27 octobre 2013, s’est faite sur un satisfecit des autorités gabonaises quant au bon déroulement de cet événement qui se veut annuel.