Bureau Sous-régional pour l’Afrique Centrale (SFC)

 

 Pour l’Afrique Centrale

 

 

Tchad: opération de plantation de 1,5 millions de « Prosopis juloflora » dans les Ouadis du Kanem

©FAO Tchad Mahamat Ali Seid, Gouverneur du Kanem et sa Majesté Ali Mouta Zezerti, Sultan du Kanem, ont lancé le mardi 17 juillet 2012 dans le Ouaddi de Rombou, l’opération de plantation de 1,5 millions de Prosopis juliflora sur 234,5 km dans 59 ouaddis de la région.

Cette opération mise en œuvre conjointement par la FAO et le PAM, avec un appui financier de l’Union européenne à travers ‘European Commission Humanitarian Office (ECHO)’, vise à protéger les Ouaddis de l’ensablement et de la divagation des animaux domestiques qui détruisent les cultures et diminuent ainsi la productivité agricole dans cette région durement affectée par la crise alimentaire.

« C’est un geste humaniste que nous venons de poser. J’exhorte toutes les populations du Kanem à faire comme celles de Rombou pour préserver les Ouaddis et améliorer la productivité » a déclaré le Gouverneur Mahamat Ali Seid. Et à sa Majesté Ali Mouta Zezerti, le Sultan du Kanem, d’ajouter «Nous sommes derrière nos populations pour qu’elles aillent de l’avant ».

Le responsable des opérations d’urgence de la FAO dans le Sahel Ouest, Emmanuel Gondo, a rappelé l’engagement de son organisation à travailler aux côtés du Gouvernement tchadien pour aider les populations à assurer leur sécurité alimentaire.

Dénomée « Vivres Contre Travail » , cette opération menée conjointement par les deux agences depuis février 2012 avec l’appui des partenaires locaux, a consisté à la préparation des pépinières de Prosopis, l’ouverture de tranchées autour des Ouaddis par des populations vulnérables en échange de rations alimentaires. Elle est une réponse à la crise alimentaire qui vise, à terme, l’amélioration de la productivité et la sécurisation de 1200 ha de terres cultivables autour des Ouaddis et la distribution de 1400 tonnes de vivres à 6000 ménages affectés sur une période de 6 mois. Les bénéficiaires identifiés au sein des communautés riveraines des Ouaddis, l’ont été à travers une approche participative impliquant les autorités coutumières, les populations bénéficiaires, les partenaires techniques et la FAO.

Voir l'abum de l'évènement