Bureau Sous-régional pour l’Afrique Centrale (SFC)

 

 Pour l’Afrique Centrale

 

 

Atelier de planification des activités du projet « Viande de Brousse »

©FAO SFC Photo de famille

Du 13 au 15 novembre 2012, au bureau sous-régional de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture), Libreville, s'est tenu l'Atelier de planification des activités du projet sur la Gestion durable du secteur de la faune sauvage et de la viande de brousse en Afrique centrale.

Ce projet sous-régional, impliquant quatre pays le Gabon, le Congo, la République Démocratique du Congo et la République Centrafricaine est mis en œuvre par la FAO, en collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC), les ministères en charge de la faune des pays cités ci–dessus, et d’autres partenaires techniques. Il a pour objectif principal d’assister les pays concernés à surmonter les barrières au développement et à la reproduction des systèmes de gestion participative de la faune sauvage. Plus précisément, le projet facilitera :
la conduite des réformes juridiques et stratégiques pour donner aux communautés des droits exclusifs sur la faune sauvage présente sur leurs terres ;

la production des outils appropriés pour l’élaboration de règles communautaires de gestion de la faune sauvage ;

la création de capacités institutionnelles des parties prenantes et

le renforcement des capacités des parties prenantes à reproduire et adapter ces systèmes de gestion participative de la faune sauvage ailleurs.
Ce projet, d’une durée de cinq ans, est financé principalement par le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM).

Cet atelier a compté avec la participation de l’équipe du projet, dont les représentants nationaux déjà en place (assistants techniques nationaux et coordonnateurs nationaux), et les représentants des gouvernements et partenaires concernés, dont l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature), le RAPAC (Réseau des Aires Protégées d’Afrique Centrale), Rougier Gabon, le CIFOR (Centre International pour la Recherche Forestière), TRIDOM (Projet de Conservation de la biodiversité transfrontalière dans la Tri nationale Dja-Odzala-Minkébé), la COMIFAC, le Cirad (Centre International pour la Recherche Agricole et le DéveloppementCentre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement), et TRAFFIC. Les ONG WWF et Conservation Justice, l’Ecole Nationale des Eaux et Forêts (ENEF), ainsi que l’ANPN (Agence Nationale des Parcs Nationaux) étaient également représentés.

La première journée de travail a été consacrée à une présentation générale du projet et au partage d’expérience de chacun, avec les présentations suivantes:

Les principaux concepts, enjeux et aspects stratégiques du projet;

La place du projet dans le mandat de la FAO;

La présentation des travaux menés par les différents partenaires, et les perspectives relatives à leur collaboration et cofinancement.

Les deuxième et troisième journées de travail ont porté sur les échanges autour d’une proposition de plan de travail et de budget pour les activités de la première année du projet. La revue critique de cette proposition s’est d’abord faite en petits groupes de travail, puis a été rapportée en plénière pour l’établissement d’une synthèse des contributions.

Les principaux résultats de cet atelier sont d’une part, la rencontre et la mise en réseau de tous les acteurs concernés par le projet, et, d’autre part, l’élaboration d’un plan de travail et de budget pour la première année du projet. Ce plan sera soumis pour revue et validation le 17 décembre prochain, lors de la première réunion du Comité de Pilotage Régional du projet, qui se tiendra au Ministère des Eaux et Forêts du Gabon, à Libreville. Cette journée comprendra aussi une cérémonie officielle de lancement du projet.