Bureau Sous-régional pour l’Afrique Centrale (SFC)

 

 Pour l’Afrique Centrale

 

 

Sixième Réunion du SFC

Le Sixième Management meeting du Bureau Sous Régional de la FAO pour l’Afrique Centrale (SFC) s’est tenu à Libreville au Gabon, du 9 au 13 mai 2011. La rencontre a réuni 38 participants venus des 8 pays de la sous région, du Siège de la FAO, du Bureau Régional pour l’Afrique de la FAO (RAF), du Bureau Sous régional de la FAO pour l’Afrique Centrale (SFC), des Organisations sous régionales d’Afrique Centrale (CEEAC) et de leurs Agences spécialisées (CICOS et COMIFAC).

La cérémonie d’ouverture a connu la participation de nombreux partenaires et Ambassadeurs de la sous région : UNICEF, UNDP, UNFPA, Doyen du Corps Diplomatique, Ambassadeurs des sept pays ou leurs Représentants, Ambassadeurs de France, du Japon, AFD, JICA,…etc.

Un panel de discussion animé par le Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et des Pêches du Gabon, la Représentant Régionale de la FAO et le Représentant de la CEAAC a eu lieu en présence de nombreux partenaires et Ambassadeurs.

La cérémonie de clôture a eu lieu le 13 Mai à la fin de la session de formation sur la Gestion axée sur les résultats

1. Objectifs de l’atelier

Le but de la rencontre était de faire le point sur la situation de l’agriculture en Afrique Centrale ; sur les programmes de la FAO en cours dans la sous-région ; sur le suivi des priorités définies dans une optique de gestion axée sur les résultats.

2. Recommandations

Aux Etats

  • Investir d’avantage dans l’agriculture la recherche et la vulgarisation afin de limiter l’exode rural des producteurs et rendre attrayant et rentable le milieu rural pour la jeunesse appartenant à la « génération Facebook ».
  • Subventionner l’agriculture en Afrique à partir des ressources nationales ; penser à un schéma qui couple subvention et crédit pour accroitre l’accessibilité des petits producteurs aux intrants.
  • Faire preuve de transparence dans les transactions liées à la terre ; déterminer sa valeur  qualitative  et son potentiel productif  qui doivent être pris en compte dans la détermination de son  coût monétaire Développer l’irrigation de complément pour les périodes plus sèches a partir du large potentiel en eau disponible 
  • Encourager les productions et la consommation  des produits locaux.

Aux Etats et aux Communautés économiques régionales (CERs)

  • Réduire la dépendance aux importations  pour les pays de la sous région
  • Se doter de la technologie pour la mise en normes des productions locales  pour le  marché extérieur ; niches a définir et label a rechercher
  • Faciliter la commercialisation interafricaine par un développement d’infrastructures appropriées dans le cadre d’une intégration régionale
  • Se baser sur l’existant (PNSA, DSRP, le CPF de la FAO…etc) dans la formulation du Compaq du CAADP.