Philippines

RESUME

Aux Philippines, la malnutrition protéino-énergétique (MPE) et les carences en micronutriments sont les principaux problèmes nutritionnels. La tendance générale au recul du nombre de cas d'insuffisances pondérales, d'émaciation et de retards de croissance parmi les enfants philippins, enregistrée au cours des dix dernières années, a été contrariée par l'accroissement du taux de prévalence en 1998. Environ 4 millions (31,8 pour cent) d'enfants d'âge pré-scolaire avaient un poids inférieur à celui qu'ils auraient dû avoir pour leur âge, 3 millions (19,8 pour cent) d'adolescents et 5 millions (13,2 pour cent) d'adultes, dont des personnes âgées, souffraient d'insuffisance pondérale ou étaient atteints de carences énergétiques chroniques.

La malnutrition liée à des carences en micronutriments représente un problème sérieux pour le pays. Les carences en vitamine A sont considérées comme graves et touchent les enfants de 6 mois à 5 ans (8,2 pour cent) et les femmes enceintes (7,1 pour cent).L'anémie, due à un manque de fer dans l'organisme est la plus préoccupante des carences en micronutriments et concerne un nombre important de nourrissons (56,6 pour cent), de femmes enceintes (50,7 pour cent), de mères allaitantes (45,7 pour cent) et d'hommes âgés (49,1 pour cent). La prévalence des troubles liés à la carence en iode était faible (71mg/L) ; Toutefois, 35,8 pour cent des enfants de 6 à 12 ans en souffrent encore gravement ou sous une forme modérée.

Les cas de surcharge pondérale et d'obésité sont nombreux dans le pays et concernent une part importante d'enfants, d'adolescents et d'adultes menacés de problèmes nutritionnels et de santé qui se traduisent par la tendance accrue aux maladies cardio-vasculaires.

Aux Philippines, la malnutrition est due à divers facteurs distincts étroitement liés entre eux ( sanitaires, physiques, sociaux, économiques et autres). Les modalités de distribution et de consommation des disponibilités alimentaires influent sur l'état nutritionnel. Alors que les rapports indiquent que la nourriture est suffisante, nombre de Philipins continuent à souffrir de la faim et de la malnutrition en raison d'un apport insuffisant de nourriture et de micronutriments. En fait, sauf pour les protéines , le régime alimentaire courant des Philipins est très déséquilibré, tant du point de vue de l'apport énergétique que des nutriments. Afin de compenser l'apport énergétique insuffisant, le corps utilise les protéines, ce qui se traduit pas des problèmes de MPE.

Actuellement, la situation économique du pays aggrave encore les problèmes de malnutrition car environ 28 millions de Philippins sont incapables d'acheter la nourriture nécessaire à couvrir leurs besoins nutritionnels et fondamentaux. L'état de santé des Philippins s'est amélioré du fait du recul du taux de mortalité des mères et des nourrissons mais l'accroissement du nombre de cas de maladies infectieuses (comme la diarrhée) et des maladies respiratoires, est responsable de l'état nutritionnel médiocre de nombreux Philippins. Les répercussions liées à la crise financière asiatique de 1997, ainsi qu'au phénomène météorologique El Niño, ont également favorisé la recrudescence des cas de malnutrition, dans l'enquête sur la nutrition de 1998.

© FAO 2010