Construction routière

La construction de nouvelles routes a conduit à une extension massive du réseau routier dans les régions humides d'Amérique Latine au cours des quelques dernières décennies. Les routes ont été construites par le gouvernement, soit pour relier les populations, soit pour ouvrir de façon formelle les zones forestières ou pour des raisons de sécurité. Les routes ont également été construites par des opérateurs du secteur privé tels que les compagnies du bois ou les compagnies minières. Les constructions routières représentent le seul facteur qui a été vraiment déterminant dans la déforestation en Amérique Latine, comme le prouvent les analyses statistiques de différents pays, et qui continuent à entraîner une déforestation même après la fin des subventions et le déclin des exportations de bœuf. La déforestation due aux troupeaux est la conséquence de la construction routière qui a, de façon directe, facilité le transport des produits animaux vers les marchés, et de façon indirecte, permis la spéculation des ravitaillements en carburant (cliquer ici pour discuter des questions sur la conservation foncière). Il convient également de noter que les tentatives de réglementation directe contre le défrichement forestier le long des nouvelles routes ont invariablement conduit à un échec.

Méthodes d'évaluation/de recherche

La probabilité de déforestation basée sur les modes de déforestation liés aux routes existantes devrait idéalement être calculée selon le pays/la région concernée. L'utilisation et la gestion des ressources forestières doivent se baser sur la cartographie et l'inventaire du contexte forestier. En complément de ces données statiques, les changements du milieu forestier, résultat de causes naturelles ou induites par l'homme (abattage, défrichement, incendie, déforestation, baisse de la régénération, etc.) doivent également être contrôlés. Les satellites et les Systèmes d'Information Géographiques (SIG) offrent un moyen de contrôle continu des développements forestiers en détectant les changements, et intègrent les résultats dans des bases de données existantes. Par exemple, les récentes évaluations sur la déforestation par l'Instituto Nacional de Pesquisas Espaciais (INPE), basées sur l'imagerie satellite, révèlent qu'environ 8,5 % de la forêt primaire d'Amazonie a été défrichée depuis 1991. (Pour obtenir plus d'informations, se reporter aux Références.)

Options politiques

Compte tenu de l'importance des constructions routières pour les gouvernements, la principale option politique visant à décourager les constructions routières est controversée, cependant les gouvernements et les donateurs doivent mettre en place des programmes d'analyse critique des constructions routières.

Références

D. Kaimowitz, 1995. 1980 Livestock and Deforestation in Central America in the 1980s and 1990s : A Policy Perspective (L'élevage et la déforestation en Amérique centrale dans les années 80 et les années 90 : Une perspective politique). EPTD Article, IFPRI, Washington DC, 1995. Cliquer ici pour afficher le document au format Word . (Vous retrouverez d'autres informations ainsi que des copies du rapport sur le site http://www.ifpri.cgiar.org).

Smithsonian, National Air and Space Museum. Center for Earth and Planetary Studies. La déforestation et le développement en Amazonie. http://www.nasm.edu/ceps/research/AMAZON/amazon.html

Instituto Nacional de Pesquisas Espaciais (INPE) : http://www.inpe.br/

Les satellites au service des décideurs, étude pilote de gestion forestière au Maroc. http://www.fao.org/sd/eidirect/EIre0069.htm
 


[Accueil Élevage & Environnement]