Classification des systèmes de production animale

La classification est adaptée de celle de Sere et Steinfeld (1996) qui définit comme systèmes uniques d'élevage ceux dans lesquels plus de 90% de la matière sèche donnée aux animaux proviennent des terres de parcours, des pâtures, du fourrage annuel et des aliments achetés et moins de 10% de la valeur totale de la production provient d'activités non liées à l'élevage. Sere et Steinfeld ont également définis les systèmes mixtes (voir ci-dessous).

Dans cette Boîte à outils, des sous-systèmes supplémentaires ont été identifiés pour créer des groupes relativement homogènes afin d'en décrire les impacts sur l'environnement. Cependant, bien que les définitions supposent des systèmes distincts, les contraintes actuelles sur la production animale estompent les limites entre un système et un autre, ex. : les systèmes mixtes qui utilisent une alimentation produite hors de l'exploitation peuvent devenir difficiles à différencier des systèmes industriels.

Retrouvez ci-dessous les définitions générales des trois types de systèmes utilisés dans la Boîte à outils.
 
Systèmes à l'herbe
Systèmes mixtes
Systèmes industriels

Vous pourrez trouver aussi des descriptions plus détaillées dans d'autres pages en cliquant sur les boutons suivants.
 
Description des systèmes pastoraux par zones agroécologiques
Description des systèmes mixtes par zones agroécologiques
Description des systèmes industriels par zones agroécologiques

Systèmes à l'herbe

Ce sont les systèmes d'élevage dans lesquels plus de 90% de la matière sèche consommée par les animaux proviennent des terres de parcours, des pâtures, du fourrage annuel et des aliments achetés et moins de 10% de la valeur totale du produit de l'exploitation provient d'activités non liées à l'élevage. Le taux de charge animale annuelle est inférieur à 10 unités animales par hectare de terre agricole.

En terme de production totale, les systèmes à l'herbe ne fournissent que 9% de la production de viande mondiale. Les animaux herbivores sont souvent associés au surpâturage, à la dégradation des sols et à la déforestation, mais il existe également des effets positifs des systèmes à l'herbe sur l'environnement et le bétail constitue la seule source de revenus de plus de 20 millions de familles de pasteurs.

Les systèmes à l'herbe sont décrits pour chacune des régions agroécologiques suivantes :

Vous trouverez les caractéristiques de ces régions avec une carte dans la rubrique Zones agroécologiques .

Les impacts sur l'environnement dépendent en détail : a) de la nécessité ou non pour le bétail de faire de grands déplacements pour rechercher de la nourriture (mobilité) ; b) du recours ou non à des pâturages communautaires (sédentarisation) ; c) de l'accès ou non à suffisamment de fourrage ou d'aliments à l'intérieur des limites de l'exploitation (ranch ou ferme d'élevage).
 

Systèmes mixtes

Les systèmes mixtes sont définis par Sere et Steinfeld (1996) comme étant ceux dans lesquels plus de 10% de la matière sèche donnée au bétail provient des sous-produits des cultures de l'exploitation et/ou des chaumes, ou bien pour lesquels plus de 10% de la valeur des produits de l'exploitation proviennent des activités agricoles non liées à l'élevage.

Au niveau mondial, les systèmes mixtes agricultures-élevage produisent la plus grande partie de la viande (54%) et du lait (90%), et l'agriculture mixte est le principal système de production pour les petits exploitants de la plupart des pays en voie de développement. L'agriculture mixte est probablement le système de production agricole le moins défavorable à l'environnement, étant donné qu'il comprend plusieurs possibilités de recyclage des nutriments.

De façon plus précise, les impacts de ces systèmes sur l'environnement vont dépendre de l'origine des ressources fourragères et alimentaires, c'est pourquoi des sous systèmes distincts ont été décrits d'après la provenance de l'alimentation :


Systèmes industriels

Ces systèmes ont des taux de charge en bétail supérieurs à 10 unités animales par hectare de terre agricole et moins de 10% de la matière sèche donnée est produite sur l'exploitation même. (Définition identique à la classification de Sere et Steinfeld : systèmes d'élevage hors-sol).

Au niveau mondial, les système industriels produisent plus de 50% de la production totale de viande de porc et de volaille et 10% de la production de bœuf et de mouton. Ils dépendent d'un approvisionnement extérieur de nourriture, d'énergie et d'autres intrants susceptibles d'avoir un impact sur l'environnement dans les régions autres que celles où se situent ces productions.

Les impacts de l'élevage sur l'environnement dans ces systèmes dépendent à la fois des espèces :

Et des processus de transformation des intrants (approvisionnement) et de la production (produits animaux).
 

Références

Sere & Steinfeld, 1996. World livestock production systems: current status, issues and trends (Systèmes de production animale dans le monde : état actuel, problèmes et tendances). Animal production and health , article n°127. FAO. Rome. 

[Accueil Élevage & Environnement]