FAO index page AG index page
Print this page | Close
Pigs at a farm in Vietnam (Porphyre; CIRAD)

Le secteur porcin et la santé humaine


La production et la consommation de viande de porc peuvent avoir un impact direct sur la santé humaine, il semble donc approprié d’adopter une approche holistique à la santé (« Une seule santé ») pour gérer les risques et bénéfices potentiels du secteur porcin sur le bien-être de la population.

Depuis la domestication de l’espèce Sus scrofa, l’Homme a mis à profit la capacité du porc à convertir en protéines les sous-produits et les déchets issus de l’alimentation des ménages ou de la transformation des aliments. Cette forme de « recyclage » des nutriments permet aux communautés où le porc est élevé d’avoir un meilleur accès à des protéines de haute qualité et joue par conséquent un rôle important dans le renforcement de la sécurité alimentaire des ménages. En plus des protéines, la viande de porc contient plusieurs types de micro-nutriments dont la biodisponibilité est élevée et qui améliorent sensiblement la qualité nutritionnelle des régimes alimentaires à base de végétaux s’ils sont ajoutés en quantités raisonnables.

 

Les risques pour la santé humaine peuvent être soit directement liés au processus de production soit à la consommation de viande de porc et de produits d’origine porcine. Le large éventail d'agents pathogènes qui causent des maladies chez le porc, l’Homme ou les deux espèces au niveau de l’interface porc-humain constitue une préoccupation majeure. La transmission peut se produire par contact direct entre les animaux et les humains, mais aussi lors de l'abattage, de la transformation et de la consommation.

Mis à part le rôle des agents infectieux, les risques pour la santé humaine comprennent également l'accumulation de substances toxiques dans les carcasses via l'alimentation des animaux. Les dioxines sont un exemple classique de substances potentiellement cancérigènes qui pourraient atteindre des niveaux préoccupants dans les produits de consommation si l'on n’empêche pas ces toxines de rentrer dans la chaîne de production d'aliments pour les animaux.