FAO index page AG index page
Print this page | Close
foto

Le secteur avicole et La protection des moyens d’existence


La production avicole familiale de petite taille est pratiquée par la plupart des ménages ruraux à travers le monde en développement, et peut également être trouvée dans les milieux périurbains et urbains. Les petits élevages en semi-liberté d'oiseaux de race indigènes et de volailles de basse-cour fournissent des protéines animales rares sous forme de viande et d’œufs, et sont vendus ou troqués pour répondre aux besoins essentiels de la famille.


Ces élevages sont généralement tenus et gérés par les femmes et les enfants, et sont souvent essentiels pour les revenus et la position des femmes au sein de leur ménage. La volaille joue un rôle social et culturel important dans la vie des populations rurales, notamment dans le renforcement des relations sociales entre villageois. La productivité des volailles dans les villages est inférieure à celle des volailles élevées dans les systèmes de production commerciale intensifs, mais elle est obtenue avec un minimum de moyens en termes de logement, de lutte contre les maladies, de gestion et de compléments alimentaires. Les volailles élevées dans les villages présentent de nombreux avantages dans les systèmes agricoles mixtes car elles sont petites, se reproduisent facilement, n'ont pas besoin de gros investissements et peuvent chercher leur nourriture. La poule est l’espèce la plus commune, mais des troupeaux mixtes incluant des espèces telles que les canards, les oies, les dindes ou les pintades sont fréquentes.

 

Les interventions qui pourraient améliorer la productivité de la volaille sont bien connues, mais les ressources et les services nécessaires pour promouvoir ces interventions sont, en général, limités. Les mesures appropriées se concentrant sur les facteurs qui limitent la productivité des différents systèmes de production comprennent le contrôle efficace de la maladie de Newcastle et la réduction de la mortalité à six semaines d'âge environ. Cette mortalité est souvent très élevée - généralement en raison des effets combinés de la prédation, de la maladie, de la malnutrition et des conditions climatiques - et peut être traitée efficacement par une alimentation d'appoint et le confinement des poussins avec les poules