Congo

SUMMARY (French only)

Au Congo, la manifestation principale des problèmes nutritionnels chez les jeunes enfants est le retard de croissance, traduisant un état de malnutrition chronique. Elle atteint près d'un tiers des enfants en age préscolaire. Lors de l'enquête nationale de 1986-87, les prévalences les plus inquiétantes s'observaient dans le sud-ouest du pays, notamment les régions de Lékoumou (48,9%), Kouilou (37,5%), Niari (34,2%) et des Plateaux (34,5%). Ces régions affichaient aussi les taux les plus élevés d'insuffisance pondérale et d'émaciation, atteignant 24% et 6% respectivement au niveau national. En 1995 et 1996, ces données montrent que la situation s'est aggravée dans la région des Plateaux (38,5%) et à Brazzaville (17%).

L'insuffisance pondérale chez les adultes touche essentiellement le milieu rural (en 1987, 8,4% des mères présentaient un IMC <18,5 kg/m2). Actuellement, cette prévalence semble s'être accrue, aussi bien chez les femmes que chez les hommes et tant en milieu rural qu'en milieu urbain. En revanche, le taux d'excès pondéral est loin d'être négligeable en milieu urbain (24% d'IMC >25 kg/m2 chez les mères à Brazzaville) et a même encore augmenté en 1991 (29%).

La carence en iode est un problème majeur de santé publique au Congo. Les zones d'endémies goitreuses sont situées essentiellement dans l'extrême nord (région de la Likouala). L'ampleur du problème des carences en vitamine A et en fer est encore mal connu.

Il n'existe aucune donnée nationale issue d'enquêtes de consommation alimentaire au Congo. Celle-ci est caractérisée avant tout par l'importance du manioc, aliment de base des congolais, qui peut représenter près de 84% de l'apport énergétique total. Cependant, la part prise par les céréales (pain et autres dérivés du blé) a augmenté considérablement ces dernières décennies. L'apport protéique du régime alimentaire reste faible (30 à 50 g/pers./jour) et provient traditionnellement en grande partie du poisson et de plus en plus de la viande de chasse et d'importation. En milieu urbain, le modèle de consommation est essentiellement monétarisé, bien que l'on observe ces derniers temps un développement de l'agriculture intra- et péri-urbaine en raison des difficultés économiques.

En conclusion, ces dernières années, la situation nutritionnelle au Congo s'est détériorée dans toutes les tranches d'âge et tous les milieux. Ceci est un effet des répercussions de l'ajustement structurel que traverse le pays depuis le milieu des années 80. A ceci est venu s'ajouter l'instabilité du climat politique et enfin récemment les troubles civils. En conséquence, une proportion considérable des ménages est passée en dessous du seuil de pauvreté, frappant essentiellement le milieu rural mais aussi les personnes déplacées par les troubles civils en milieu urbain.

© FAO 2010