Approche fondée sur l'alimentation

De nombreuses personnes, notamment de pauvres, participent directement ou indirectement aux activités agricoles et tirent de multiples bénéfices de son caractère multifonctionnel. Lorsque le développement agricole fait défaut ou échoue dans les pays où il n'existe pas d'autres secteurs en forte croissance pour employer la population, les personnes démunies ont peu de chance de dépasser le seuil de la pauvreté pour participer pleinement au développement économique de leur pays. Le secteur agricole offre donc les meilleures capacités de parvenir à des améliorations durables de la sécurité alimentaire des ménages et au bien-être nutritionnel individuel.

Il faut donc veiller à accroître la production et la consommation alimentaires, et s'assurer que les populations appauvries peuvent se procurer des aliments sains, de bonne qualité et en quantité suffisante pour se nourrir correctement. Cela concerne non seulement les glucides, les protides et les lipides mais aussi les micronutriments, c'est-à-dire les vitamines, minéraux et autres oligo-éléments indispensables à une croissance et à un développement normaux.

Les approches fondées sur l'alimentation considèrent les produits alimentaires - naturels, transformés, enrichis ou en association - constituent le principal moyen d'améliorer la qualité de l'alimentation et de prévenir la malnutrition et les déficiences nutritionnelles. Elles reconnaissent le rôle essentiel que jouent les aliments pour se nourrir correctement et l'importance des secteurs alimentaire et agricole pour soutenir les moyens d'existence des populations rurales. Elles s'appuient à la base sur la participation des communautés et des gouvernements locaux à la conception, à l'exécution, à la gestion, au suivi et à l'évaluation de programmes flexibles visant à augmenter la production et la consommation alimentaire, en particulier des produits riches en micronutriments, ainsi que leur absorption et leur utilisation par le corps. La promotion de jardins potagers familiaux est l'une des méthodes les plus efficaces pour lutter contre les carences en micronutriments car ils permettent de produire et de consommer les aliments qui conviennent.

Outre la valeur nutritionnelle des aliments, cette approche reconnaît également la signification sociale de l'alimentation et souligne les bienfaits multiples liés à la variété des produits consommés. Elle aide les gens à examiner eux-mêmes leur régime alimentaire dans sa globalité en fonction de leurs préférences, de leur style de vie, de leurs besoins physiologiques et de leur activité physique ; de ce fait, elle peut contribuer au développement physiologique, mental et social, à l'accroissement des capacités d'apprentissage, à la réduction des nutritionnels et à la prévention des maladies d'origine alimentaire qui peuvent survenir plus tard dans la vie.

La FAO appuie les projets alimentaires à base communautaire en utilisant des méthodes de planification et d'évaluation participatives qui encouragent les populations pauvres à participer activement à la conception et à l'exécution des activités proposées et leur en fournit les moyens. L'Organisation soutient directement les initiatives et les programmes nationaux et locaux intéressant la nutrition et la sécurité alimentaire des ménages dans plusieurs pays afin de renforcer les capacités, de définir et de mettre en place des stratégies et des actions plus efficaces. Des projets novateurs, multidisciplinaires et à base communautaire sont en cours en Éthiopie, au Mozambique et en Zambie, et sont prévus au Nigéria et au Viet Nam. L'expérience tirée de l'intégration de la nutrition dans de tels programmes est appliquée à plusieurs autres initiatives, dont principalement le Programme spécial de la FAO pour la sécurité alimentaire.

© FAO 2010