République arabe syrienne

RESUME

La République arabe syrienne souffre de précipitations limitées et de pénurie des ressources en eau, mais en dépit de ces conditions difficiles, la production agricole a augmenté de manière notable pendant les dernières décennies. La Syrie est aujourd'hui un pays à revenu moyen.

L'indice du développement humain a augmenté considérablement durant les 25 dernières années mais environ un cinquième des syriens vivent toujours au-dessous du seuil national de pauvreté.

Des progrès constants ont été accomplis en matière de services de santé maternelle et infantile entraînant une réduction significative de la mortalité maternelle et infantile, et une très bonne couverture vaccinale. Cependant, les maladies diarrhéiques constituent toujours l'une des principales causes de décès des enfants, en particulier dans le milieu rural où l'accès aux services de santé mais également à l'eau potable et à un assainissement adéquat est plus limité.

Les disponibilités énergétiques alimentaires satisfont largement les besoins énergétiques de la population. La diversification alimentaire augmente mais reste insuffisante puisque les aliments de base tels que les céréales, l'huile végétale et les édulcorants fournissent encore près des trois-quarts des disponibilités énergétiques. Les disponibilités alimentaires de lipides, qui représentent 30% de l'énergie, atteignent la limite supérieure des recommandations. L'urbanisation croissante entraîne des modifications du régime alimentaire. La densité énergétique élevée du régime contribue au développement du surpoids et de l'obésité parmi les adultes.

Les taux d'allaitement maternel et d'allaitement maternel exclusif sont très élevés, mais l'alimentation complémentaire doit être améliorée. Malgré les progrès réalisés dans les soins de santé, la prévalence de malnutrition par carence des enfants d'âge préscolaire ne régresse pas. En 2001, un quart des enfants d'âge préscolaire avait un retard de croissance et plus d'un sur dix souffrait encore d'insuffisance pondérale. La région Est était la plus touchée par la malnutrition par carence. En même temps, le pays subit une transition nutritionnelle et une prévalence élevée de surpoids et d'obésité a été observée chez les femmes adultes.

Les carences en micronutriments demeurent un important problème de santé publique. La prévalence de la carence en iode était forte dans les années 1990, mais un programme efficace d'iodation du sel est maintenant en place. Des prévalences élevées d'anémie ferriprive affectent les enfants d'âge préscolaire et les femmes, mais davantage de données sont nécessaires pour définir les régions vulnérables du pays, et des interventions plus étendues et systématiques sont nécessaires.

© FAO 2010