Manioc
 
Les activités d'amélioration classiques ont tenté d'apporter une solution à un grand nombre de freins à la productivité du manioc, mais sans guère de succès

Recherche et développement

La SMDM fournit des informations sur les activités stratégiques de recherche et développement réalisées par ses associés dans des domaines comme l'amélioration génétique et la biotechnologie, les systèmes de production améliorés, l'après-récolte et la transformation, les problèmes d'environnement, le développement institutionnel et la recherche de politiques. Elle appuie également l'élaboration de plans d'intervention pour l'amélioration, l'après-récolte et la commercialisation du manioc à l'échelle mondiale. Elle donne en outre des informations sur des projets importants nationaux, régionaux et mondiaux en matière de recherche et développement sur le manioc.

Amélioration génétique et biotechnologie

La SMDM suggère que l'amélioration génétique du manioc soit liée à son utilisation. C'est pourquoi le « meilleur » manioc n'est plus celui qui a le rendement le plus élevé ni le plus résistant mais celui qui est le mieux adapté pour obtenir un produit déterminé.

Les activités d'amélioration classiques ont tenté d'apporter une solution à un grand nombre de freins à la productivité du manioc, mais sans guère de succès. Les progrès ont été lents car la constitution génétique de cette plante rend son amélioration difficile. La biotechnologie fournit de nouveaux outils pour surmonter certains obstacles à son amélioration. Les nouvelles technologies peuvent augmenter considérablement la productivité du manioc, sa valeur nutritive et sa rentabilité.

Ressources génétiques du manioc

Étant donné que le manioc joue un rôle de plus en plus important dans le monde pour la consommation humaine, l'alimentation animale et les applications industrielles, il faudra de plus en plus de ressources génétiques très variées (matériel génétique, espèces sauvages et apparentées) pour mettre au point des cultivars dotés de caractéristiques spécifiques leur permettant de s'adapter à différents milieux. Pour ce faire, la biodiversité du manioc doit bénéficier du soutien et de la coopération internationale en matière de collection, de conservation, d'étude et d'utilisation.

La conservation, le maintien et la duplication sans risque des ressources génétiques du manioc grâce à la combinaison de diverses méthodes de conservation faciliteront:

Les collections ex situ présentent des lacunes dues au manque de diversité génétique de nombreuses zones géographiques. Les collections d'espèces sauvages apparentées au manioc qui ont été constituées et conservées dans des banques de gènes ex situ sont peu nombreuses.

À cause de la destruction des habitats naturels où poussent les espèces sauvages apparentées au manioc et à la tendance des agriculteurs à abandonner les anciens cultivars de la plante pour utiliser des variétés améliorées, il est nécessaire de recueillir la biodiversité qui n'est pas représentée dans les collections actuelles pour les conserver ex situ. De même, il faudrait intensifier la caractérisation du matériel génétique en utilisant des descripteurs agro-botaniques et des marqueurs moléculaires afin de contribuer à la sélection des collections essentielles et à la suppression des doublons, ce qui améliorerait l'efficacité de la gestion du matériel génétique et son utilisation.

Il conviendrait de mettre au point et d'encourager des stratégies appropriées de conservation in situ chez l'exploitant des ressources génétiques du manioc afin de compléter la conservation ex situ. Les politiques qui réglementent les zones de conservation, l'utilisation et l'accès à la biodiversité du manioc devraient être bien articulées de façon que les usagers aient accès aux ressources génétiques. La SMDM appuiera l'effort pour réduire la perte des variétés et des ressources génétiques, créer des outils plus efficaces et harmoniser les protocoles et les méthodologies en vue de la caractérisation de la diversité génétique du manioc.