Programme de la FAO pour l'hHorticulture urbaine et périurbaine
Villes plus vertes
Partager
Photo: FAO/Giulio Napolitano

Un environnement sûr et propre

En associant la gestion des déchets à l'horticulture, on peut préserver la propreté de l'environnement, réduire les risques sanitaires et encourager la production de produits frais

La pollution des villes à croissance rapide pose un grave problème de santé publique. Nombre de villes qui ne possèdent pas de réseau d'égouts ni de stations de traitement des eaux adéquates déversent jour après jour d'énormes quantités de déchets humains non traités et d'effluents industriels dans la nature. Dans les bidonvilles, la diarrhée provoquée par l'eau contaminée est la principale cause de mortalité infantile.

Les ordures qui pourrissent dans les rues ou qui sont jetées non triées dans les décharges contaminent les nappes phréatiques. Les industries et la circulation produisent la pollution atmosphérique, qui est responsable à Jakarta d'un tiers des affections respiratoires. Les pauvres des villes sont exposés à d'autres dangers environnementaux: les établissements humains construits sur des zones marginales sont vulnérables aux glissements de terrain et aux crues éclair.

L'horticulture urbaine et périurbaine peut permettre de recycler les déchets après transformation. Les villes nord-américaines ont coutume de recycler les déchets organiques en compost que les habitants utilisent pour leur jardin. À Addis-Abeba, une compagnie privée recueille environ 3,5 tonnes de déchets organiques par jour qu'elle transforme en un peu moins de 2 tonnes d'engrais d'excellente qualité. Le programme national d'HUP mis en oeuvre à Cuba interdit l'utilisation d'engrais chimiques dans les villes et encourage plutôt le compostage organique.

L'utilisation des eaux usées en horticulture est plus problématique: les pathogènes des légumes cultivés à l'aide des eaux usées non traitées peuvent provoquer des maladies gastro-intestinales, et même le choléra. Mais lorsque les eaux usées domestiques sont correctement recyclées à des fins agricoles, elles peuvent fournir la plupart des éléments nutritifs nécessaires à la culture des arbres fruitiers, des légumes et des plantes d'ornement.

Afin de réduire les risques de contamination, la FAO contribue à former les horticulteurs pour qu'ils puissent manipuler sans risques les eaux usées et sélectionner des cultures adaptées. À Gaza et sur la Rive occidentale, elle a construit des unités de traitement des eaux peu onéreuses qui permettent aux résidents d'arroser leurs jardins et leurs potagers à l'aide des eaux grises provenant des cuisines et des douches.

L'alimentation des villes en eau étant de plus en plus confrontée à la concurrence, il est indispensable que le recyclage des eaux usées à des fins agricoles soit intégré dans l'urbanisme. Les étangs de stabilisation peu profonds où les algues et les bactéries servent à éliminer les pathogènes tout en conservant les éléments nutritifs constituent une solution prometteuse pour les villes en expansion.

L'HUP a d'autres effets positifs sur l'environnement. Elle évite d'acheminer vers les villes des produits agricoles provenant de zones rurales éloignées, ce qui permet de réduire les dépenses de carburant, les émissions de dioxyde de carbone et la pollution atmosphérique. Elle fait en outre baisser la température des villes - au Caire, sur les toits-jardins il fait 7 degrés Celsius de moins que sur les toits voisins - et, lorsqu'elle est pratiquée sur les ceintures végétales, elle améliore les paysages et la qualité de vie des habitants. Sur la côte aride du Pérou, l'horticulture a contribué à rendre plus vertes un grand nombre de municipalités.

Les ceintures vertes stabilisent par ailleurs les terres écologiquement fragiles, comme les versants et les berges, et les protègent contre toute construction résidentielle à risque. À Bogotá, Hanoi et Sao Paulo (Brésil), les jardins urbains contribuent à maintenir une structure et une porosité du sol adéquates, ce qui améliore la réalimentation des nappes et réduit le ruissellement, empêchant de ce fait les glissements de terrain et les inondations.