Programme de la FAO pour l'hHorticulture urbaine et périurbaine

Projets

Partager
Photo: FAO/Fiorita Botts

Le programme de la FAO pour l'horticulture urbaine aide les gouvernements et les administrations locales à accroître l'efficacité des politiques, des structures institutionnelles et des services de soutien de l'HUP

État plurinational de Bolivie

Financement : Belgique. La FAO a apporté son soutien à un programme de micro-jardins pour les familles à faible revenu à El Alto, une municipalité de La Paz. 1 500 ménages environ ont été formés à la culture biologique de fruits, de légumes et de plantes aromatiques dans de petites serres de 40 m2. Les serres fournissent toute l'année des légumes frais destinés à la consommation des ménages et à la vente sur les marchés des environs. Résultat : la consommation de légumes frais et les revenus ont beaucoup augmenté, ce qui permet aux familles d'acheter des oeufs et de la viande. El Alto a aussi créé une unité d'HUP pour gérer l'expansion du projet, qui vient de se voir décerner par la municipalité le prix Innovaciones municipales.


Burundi

Financement : Belgique. Ce projet de deux ans lancé en 2010 contribue à mettre en oeuvre un programme d'horticulture urbaine et péri-urbaine dans la capitale, Bujumbura. L'objectif principal est d'établir un comité consultatif d'HUP, présidé par le maire de la ville, afin de faciliter le dialogue entre les partenaires, les parties prenantes et les bénéficiaires. Le projet améliorera l'accès au crédit, aux moyens de production et à la formation de quelque 7 500 à 10 000 habitants qui pratiquent l'HUP, en particulier des femmes, car c'est souvent sur elles que repose la sécurité alimentaire de la famille. Le projet contribuera également à réduire l'utilisation de pesticides et à développer des activités agro-forestières.


Colombie

Financement : Colombie, Italie. La FAO a exécuté trois projets en Colombie, qui ont dispensé une formation et une assistance technique à l'horticulture urbaine et péri-urbaine à Bogotá, Medellín et Carthagène ainsi que dans des zones urbaines des départements d'Antioche et de Tolima. L'aide de la FAO et d'autres organisations a permis d'introduire divers types de jardinage urbain, entre autres des parcelles dans les arrière-cours et des micro-jardins sur les terrasses et les toits, au profit de 5 0 000 urbains. Dans 90 municipalités d'Antioche, plus de 7 500 familles participent aux programmes d'HUP. Les spécialistes formés par un projet de la FAO ont ensuite participé à un projet de développement de l'HUP au Sénégal.


République démocratique du Congo

Financement : Belgique. La FAO apporte son soutien au développement de l'HUP dans cinq villes de la République démocratique du Congo. Elle a donné des conseils au sujet de la régularisation des titres de propriété de 1 600 hectares de jardins cultivés par 20 000 horticulteurs à plein temps. Le projet a permis d'introduire des variétés améliorées de légumes et d'installer ou réhabiliter 40 appareillages d'arrosage afin d'accroître la production tout au long de l'année. Quelque 450 associations de cultivateurs ont été formées aux bonnes pratiques agricoles et les bénéficiaires ont pu créer de petites entreprises rentables grâce au micro-crédit. Les jardins maraîchers de Kinshasa produisent à présent 75 000 à 85 000 tonnes environ de légumes par an et assurent 65% de l'approvisionnement de la ville. Voir aussi Lubumbashi plus verte.


Guatemala

Financement : Espagne. Ce projet, initié en 2010, vise à accroître la sécurité alimentaire et les revenus de 11 500 habitants de la capitale, Guatemala City, et de la périphérie en améliorant les disponibilités en eau de bonne qualité pour la culture de légumes. Il aide le Ministère de l'Agriculture, de la Production animale et de l'Alimentation à installer sur les toits des systèmes de drainage des eaux pluviales et de stockage de l'eau ainsi que des unités de traitement des eaux qui permettront d'irriguer quelque 1 000 micro-jardins cultivés par les ménages, 20 serres communautaires et cinq jardins potagers scolaires. Il associera les autorités municipales au suivi de la qualité de l'eau et formera des spécialistes du pays aux pratiques améliorées de l'HUP.


Namibie

Financement : Belgique. Les bénéficiaires de ce projet mis en oeuvre par la FAO de 2001 à 2007 étaient des chômeurs des bidonvilles, des cultivateurs sans terre et des agriculteurs marginaux de Windhoek, de Rundu et de la périphérie. La FAO a fourni un spécialiste en horticulture et a envoyé des vulgarisateurs namibiens faire un voyage d'études au Sénégal. Avec l'aide du Ministère de la Jeunesse, le projet a contribué à établir des parcelles témoin communautaires et à former de jeunes horticulteurs à la gestion intégrée de la production végétale et de la protection des plantes, à la technologie du micro-jardinage et de la micro-irrigation ainsi qu'à la culture de variétés horticoles améliorées et adaptées.


Nicaragua

Financement : Espagne. Ce projet, initié en 2010, vise à établir dans la capitale, Managua, et alentour 500 micro-jardins et 12 centres de démonstration et de formation dans les quartiers et les écoles. Conjointement avec l'Institut nicaraguayen de technologie agricole, il fournira des systèmes d'arrosage au goutte-à-goutte et dispensera une formation à la production intensive de légumes à quelque 9 500 bénéficiaires à faibles revenus. Afin de garantir la durabilité du projet, les bénéficiaires seront formés à l'utilisation et à l'entretien des infrastructures d'HUP, entre autres des serres et des planches de semis sous tunnel, ainsi qu'au suivi de la qualité de l'eau de pluie collectée aux fins d'irrigation.


Rwanda

Financement : Italie. La FAO a appuyé les efforts du Gouvernement rwandais pour développer l'agriculture urbaine et péri-urbaine dans la capitale, Kigali. Entre 2004 et 2009, elle a mis en oeuvre un projet axé sur la gestion des sols et des eaux, l'horticulture, la production animale et la foresterie. Dans le cadre de la composante horticulture, la FAO a apporté son soutien à la création de 40 micro-jardins, entre autres de jardins scolaires, et à l'introduction de systèmes de collecte de l'eau de pluie. Elle a participé à l'ébauche d'un cadre stratégique de l'HUP à Kigali et a conseillé l'administration de la ville sur les mesures visant à intégrer l'horticulture dans le plan de développement urbain à long terme.


Sénégal

Financement : Italie et Espagne. Conjointement avec le Ministère de l'Agriculture, la FAO a participé à l'introduction de la technologie des micro-jardins et au lancement de centres de jardinage communautaires dans des quartiers de Dakar où les habitants ont de faibles revenus ainsi que dans la ville voisine de Pikine. Plus de 4 000 urbains, des femmes pour la plupart, ont commencé à cultiver des micro-jardins qui produisent en moyenne 30 kg de légumes/m2 et par an, ce qui est suffisant pour couvrir les besoins des familles et leur permet de tirer des revenus de la vente de l'excédent. En 2008, le programme de micro-jardins a gagné le prix international de Dubaï UN-Habitat Meilleures pratiques en vue d'améliorer le cadre de vie. Il s'est vu accorder 30 000 dollars, qui ont été investis dans la consolidation et l'expansion du programme.


Venezuela

Financement : Venezuela. La FAO a apporté son soutien à un programme financé par le gouvernement et mis en oeuvre dans les villes de Caracas, Aragua et Carabobo, qui a aidé 7 200 familles des barrios densément peuplés à planifier et à développer leurs propres micro-jardins. Les projets ont établi 23 unités de production horticole communautaires qui utilisent l'hydroponique, ainsi que 14 jardins potagers intensifs et 17 jardins scolaires. La production des jardins communautaires, estimée à quelque 100 tonnes en 2009, est distribuée aux familles vulnérables. L'aide de la FAO incluait également la coopération Sud-Sud: le projet a permis au Venezuela de bénéficier des services de spécialistes de l'HUP venus de Cuba et du Sénégal.