> AGS > Commercialisation agricole  > Vulgarisation de la commercialisation
 

Vulgarisation de la commercialisation

Les agriculteurs étant de plus en plus dépendants des marchés, les vulgarisateurs doivent être en mesure de les conseiller, non seulement sur les techniques culturales, mais aussi sur la commercialisation de leurs produits. Ils doivent également maîtriser les connaissances et les compétences relatives à la manutention des produits, leur stockage et leur emballage. Pour aider les gouvernements à développer des compétences de vulgarisation dans le domaine de la commercialisation, la FAO dispose d’une gamme d’outils de formation. Elle peut également apporter un appui aux gouvernements pour élaborer des programmes et des matériaux de formation spécifiquement adaptés aux besoins de chaque pays.
 
Vulgarisation de la commercialisation horticole. Les horticulteurs considèrent souvent la commercialisation comme leur principal problème. Bien qu’ils soient capables d’identifier un certain nombre de problèmes comme la faiblesse des prix, le manque de moyens de transport et l’étendue des pertes après-récoltes, ils ne disposent généralement ni des éléments d’information ni des compétences nécessaires pour identifier les solutions potentielles. Améliorer l’efficacité de la commercialisation suppose l’apprentissage de nouvelles compétences, de nouvelles techniques, ainsi qu’un meilleur accès à l’information. Les responsables de la vulgarisation qui travaillent en lien avec les Ministères de l’agriculture ou les ONG sont souvent bien formés sur les techniques de production horticole, mais manquent généralement de connaissances en matière de commercialisation ou de gestion après-récolte. Notre guide de Comercialisation horticole a pour objectif d’aider ces responsables de vulgarisation à améliorer leurs propres connaissances sur ces sujets afin de disposer d’éléments fiables pour mieux conseiller les agriculteurs sur l’horticulture de marché. Le guide accorde une importance particulière à l’assistance aux agriculteurs pour les aider à bâtir des relations mutuellement bénéfiques avec les négociants et les transformateurs agroalimentaires du secteur privé.

Coûts de la commercialisation. Il existe de graves malentendus sur la question des coûts de la commercialisation. Dans la plupart des cas, les agriculteurs n’identifient pas les véritables coûts associés à la commercialisation de leurs produits. Les marges des négociants sont souvent considérées comme excessives par les décideurs politiques et les fonctionnaires, dans la mesure où ces derniers ne disposent pas d’une vision et d’une appréciation globale de l’ensemble des coûts engagés. Notre Guide pratique des coûts de commercialisation et de leur mode de calcul  devrait aider les responsables de la commercialisation et de la vulgarisation à mieux conseiller les agriculteurs sur la commercialisation et les prix. Il contribuera également à lever certaines incompréhensions sur la nature des coûts.

Documents vidéo sur la commercialisation horticole. La FAO a produit deux documents vidéo qui serviront de matériel d’appui à la formation, en complément du guide de commercialisation horticole. Ces deux vidéos offriront un outil supplémentaire aux vulgarisateurs dans leur action auprès des agriculteurs dans le domaine de la commercialisation. Elles pourront surtout être utilisées dans les collèges agricoles des pays en développement, pour la formation des futurs vulgarisateurs et le recyclage des vulgarisateurs déjà en poste.

Ils peuvent également servir à introduire le thème de la commercialisation horticole au niveau universitaire et à former tous les agents intervenant dans le secteur de l’industrie horticole, comme les directeurs des ventes et des marchés de gros, les responsables d’exploitations horticoles, les transporteurs, les transformateurs, etc. Les ONG travaillant avec les agriculteurs pourraient aussi en tirer parti.

Titre des deux documents vidéo:

1.   Horticultural marketing - a training video

2.   Horticultural Marketing - Extension Techniques (également disponible sur YouTube)

Commercialisation du maïs. Jusqu’au début des années 90, la commercialisation et le stockage des principales cultures de céréales dans la plupart des pays africains étaient pris en compte par des agences gouvernementales. La situation a changé au cours des années 90, lorsque de nombreux pays africains se sont orientés progressivement vers un système où des négociants privés se sont substitués aux offices gouvernementaux pour acheter les récoltes aux agriculteurs, en assurer le transport jusque dans les villes et les vendre aux transformateurs, aux minotiers et aux consommateurs. Ces changements ont conduit les vulgarisateurs à se doter de nouvelles compétences, afin d’être en mesure d’apporter aux agriculteurs des conseils appropriés à cette nouvelle situation, notamment sur la nature des cultures à mettre en œuvre, ainsi que sur les modalités et les lieux de vente de leurs récoltes. Ils doivent également être capables de répondre aux questions que se posent les agriculteurs sur le stockage ou la vente immédiate de leurs récoltes. De même, ils devront pouvoir répondre aux questions sur les engrais et les semences: où les acheter, combien les payer, etc. Notre publication Techniques de commercialisation de céréales à l'usage des vulgarisateurs agricoles a été réalisé pour apporter aux vulgarisateurs une information de base sur les systèmes de commercialisation des céréales dans le secteur privé ainsi que sur le séchage et le stockage des récoltes. Le guide s’intéresse principalement au maïs, mais les autres cultures sont également rapidement évoquées.

Agriculteurs retirant des plants d'une pépinière pour les transplanter dans une rizière jusqu'à la récolte.

Pour commander nos publications

Pour commander nos publications, veuillez écrire à AGS-Publications@fao.org

Publications