> AGS > Finance et investissement agricoles  > Alliances du secteur financier
 

Alliances du secteur financier

Grâce au financement de la Fondation Ford, la FAO a passé en revue en 2005 les alliances innovantes qui existent entre les intermédiaires financiers, officiels ou non, en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Dans le cadre de cette étude, la FAO entendait analyser les relations offrant un accès plus large à une vaste gamme de services financiers, sans se limiter aux seules activités de crédit.

Les douze cas (disponibles sur le site web de RFLC) analysés dans cette étude montrent la grande diversité des alliances financières. Ces relations peuvent prendre bien des formes et l'émergence de différents types de relations ou les raisons de tels rapprochements s’expliquent par de multiples facteurs. Certaines relations sont spontanées et répondent à une logique de marché: c'est notamment le cas lorsqu'une grande banque commerciale ‘urbaine' prête à une coopérative ou à une ONG spécialiste du crédit rural. D'autres relations revêtent plus une forme d'aide: par exemple, lorsque des donateurs soutiennent la création d'institutions faîtières qui prêteront à de petites institutions rurales de détail. Certaines relations naissent conformément aux réglementations en vigueur, par exemple lorsqu'une compagnie d'assurance se rapproche d'une institution de microfinance rurale pour atteindre son quota de vente d'assurances-vie auprès de consommateurs ruraux. Parfois, les petites institutions souhaitent nouer des relations avec de plus grandes institutions pour avoir accès à davantage de fonds et d'expertise, tandis que ces dernières veulent créer des liens avec de plus petites institutions plus familières et plus proches de la demande de services financiers émanant de la clientèle rurale. Certaines relations seront permanentes si elles servent les intérêts commerciaux des deux partenaires sur le long terme. D'autres auront un cycle de vie naturel: la relation est alors conçue pour réaliser un objectif déterminé dans le temps, puis disparaît en fonction de l’évolution des réglementations, du marché, des institutions ou des clients.

Les premières expériences montrent que ces partenariats semblent permettre à chacune des deux parties de dépasser un point faible et d'obtenir plus qu'elle ne pourrait le faire seule. Mais ce premier attrait se traduit-il en quelque chose de durable et de reproductible? Si la réponse est prématurée, les relations financières, quoique prometteuses, s'avèrent difficiles à mettre en place et à gérer, requièrent des institutions fortes, qu'elles soient officielles ou non, mais génèrent rarement une réelle augmentation de services financiers, si ce n'est de crédit.

Transport de la récolte de maïs.

Publications