> AGS > Gestion après récolte  > Racines et tubercules
 

Racines et tubercules

Les racines et tubercules sont un aliment de base et une source essentielle de calories pour 700 millions de pauvres vivant en Afrique, en Asie et en Amérique latine.  La culture la plus diffuse est le manioc, mais d’autres cultures importantes de cette catégorie sont l’igname, la patate douce et diverses plantes de la famille des aracées. Les racines et tubercules sont extrêmement périssables, et les pertes après récolte peuvent être conséquentes. Elles nécessitent donc des techniques spécialisées de manutention, de stockage et de conservation pour limiter les pertes au minimum, allonger la durée de conservation et maintenir la qualité

Le manioc est la principale culture de racines et tubercules et la troisième source de calories sous les tropiques, après le riz et le maïs. Il joue un rôle essentiel pour la sécurité alimentaire et les revenus de millions de paysans pauvres et de leurs familles.  C’est une culture à faible risque en raison de sa tolérance à la sécheresse, de ses rendements raisonnables sur sols de qualité médiocre et de sa vaste gamme d’utilisations et de produits à valeur ajoutée comme le gari, les chips et la farine, destinés aussi bien à la consommation des ménages  qu’aux applications agro-industrielles.  Le manioc a longtemps constitué une culture de sécurité alimentaire traditionnelle des ménages, mais son potentiel pour les utilisations agro-industrielles est désormais largement reconnu, ce qui ouvre d’importants débouchés pour les agriculteurs.  Toutefois, la valeur ajoutée a jusqu’à présent été limitée à la transformation à petite échelle pour la consommation des ménages, ou à la vente sur des marchés traditionnels, le tout à l’aide de techniques de transformation à fort coefficient de main d’œuvre, inefficaces et insalubres qui donnent des produits de qualité médiocre. 

La FAO peut aider les agriculteurs à accéder à de nouveaux créneaux industriels pour le manioc en encourageant des technologies de transformation améliorées se traduisant par des produits de qualité supérieure conformes aux normes des acheteurs industriels.  La promotion de ces techniques passe par la formation en manutention après récolte, gestion de la qualité et achats de gros et commercialisation collective, essentiels pour accumuler les volumes de produits requis par les industries.  Cette approche aide les agriculteurs à transformer le manioc en une culture commerciale. L’igname, la patate douce et les aracées revêtent également une importance croissante en tant que cultures de rente.  A cet égard, la formation et les conseils techniques sur les bonnes pratiques après récolte et les méthodes de stockage permettent d’allonger la durée de conservation, maintenir la qualité et conférer une valeur ajoutée à ces produits, permettant ainsi aux agriculteurs d’accroître leurs débouchés et partant, leurs revenus. 

Les publications de la FAO sur la gestion après récolte des racines et tubercules figurent ci-contre, dans la colonne de droite. 

©FAO/Giulio Napolitano

Pour commander nos publications

Pour commander nos publications, veuillez écrire à AGS-Publications@fao.org

Publications