Détails des nouvelles

12/08/2013

Des sessions de formation sur la transformation des fruits et légumes organisées par la Division des Infrastructures Rurales et des Agro-industries (AGS) de la FAO se sont déroulées en Angola

Deux sessions de formation théorique et pratiquess sur la transformation des fruits et légumes ont été organisées récemment par un spécialiste des Agro-industries de la Division des Infrastructures Rurales et des Agro-Industries (AGS) de la FAO.

La première session s’est tenue du 21 au 24 juin 2013 à l’Instituto Superior Politecnico de Namibe, où 35 personnes furent formées selon les pratiques de la Formation des Formateurs. La formation faisait partie des activités du Programme de Coopération Technique de la FAO  soutenant le développement des capacités de production agricole et des moyens de subsistance dans la province de Namibe dans le Sud-Est de l’Angola (TCP/ANG/3402).

La deuxième session a eu lieu du 26 juin au 1er juillet 2013 au centre de formation Salésien Cidadela Jovens de Sucesso dans le district Cabiri de la province de Luanda, où 24 personnes ont été formées dans le cadre du projet financé par les Nations-Unies sur la conservation et la transformation des aliments afin de réduire les pertes après-récoltes, la pauvreté et la sous-nutrition (UNFA/ANG/050/UND).

Le programme de formation couvrait les méthodes de transformation telles que le séchage solaire, les produits sucrés (marmelade, jus, confiture, nectars), les produits marinés, les produits à base de tomate (jus, pur, tomates entières en boite) et les produits surgelés; toutes ces méthodes utilisant des matériaux bruts locaux. Outre les problématiques technologiques, les formations incluaient aussi les aspects fondamentaux de qualité, sécurité et du marketing. Dans les deux sessions de formation, la majorité des participants a exprimé de manière assertive leur motivation à continuer à former dans ces régions. D’autres aussi ont exprimé leur volonté de lancer eux-mêmes de petites entreprises agro-industrielles.

Bien que les deux événements se soient tenus dans des centres de formation, celui situé à Cabiri envisage de créer une unité technique de transfert de technologie dans la région et de produire des aliments transformés, afin de générer des revenus et de promouvoir sa durabilité économique.

Les deux sessions de formation ont reçu une visibilité élevé dans la presse angolaise car elles aident à construire des capacités en créant de la valeur pour produire depuis l’horticulture réduisant ainsi les pertes après récolte, en créant des emplois et en assurant la sécurité alimentaire. Le gouvernement a déjà mobilisé 600 000 USD pour un projet de suivi qui va démultiplier cette approche à travers le pays.

AGS est prêt à continuer à fournir une assistance technique aux stagiaires angolais et à leurs institutions, à l’intérieur du cadre de futurs projets et de  programmes de coopération technique.