FAO :: Locust Watch :: Archives :: Briefs :: 2000-2009 :: 2007
2007 Briefs Criquet pèlerin

21 décembre. De nouveaux essaims se forment et envahissent le Kenya

La situation relative au Criquet pèlerin est devenue plus sérieuse au Kenya et en Éthiopie, où de nouveaux essaims se sont formés et commencent à se déplacer.

En Éthiopie, d’importantes infestations de bandes larvaires (criquets encore dépourvus d’ailes) sont présentes dans le sud-est et l’est du pays, s’étendant de l’Ogaden, au nord, jusqu’à la frontière avec le Kenya, au sud. La plupart des infestations sont localisées près de Warder et Gode. De nouvelles infestations ont été détectées plus à l’ouest vers la vallée du Rift, au sud, entre Negele et Teltele, et près du fleuve Dawa, le long de la frontière avec le Kenya. Les larves de certaines infestations ont effectué leur mue imaginale et les ailés immatures forment des essaims. Les larves ont causé des dégâts aux cultures et aux pâturages, en particulier dans la zone de Gode.

Au Kenya, de nombreuses petites bandes larvaires sont présentes dans les districts nord-est de Mandera et Moyale. Le 19 décembre, un essaim immature de densité moyenne a traversé le fleuve Dawa à partir du sud de l’Éthiopie et s’est posé à l’ouest de Mandera. Le survol a duré plus d’une heure et demie et sa taille a été estimée à environ 5 km de long sur 3 km de large. Un deuxième essaim a été vu le même jour.

Les équipes nationales de la protection des végétaux des deux pays réalisent des opérations de lutte terrestre contre ces infestations acridiennes. L’Organisation de lutte contre le Criquet pèlerin dans l’Est africain (DLCO-EA) renforce ces opérations avec un avion et des experts en prospection et lutte. Dans le nord-est du Kenya, beaucoup d’infestations larvaires ont été traitées mais, en Éthiopie, la lutte est limitée car de nombreuses zones ne sont pas sûres ni accessibles.

La situation est moins bien connue dans les zones adjacentes du centre et du sud de la Somalie, où il se peut que les infestations acridiennes de même type soient présentes.

D’ici la fin du mois de décembre, le nombre de nouveaux essaims immatures qui se formera dans l’est et le sud de l’Éthiopie (et probablement en Somalie) va augmenter. Certains de ces essaims peuvent être grands et denses; on s’attend à ce qu’ils soient très mobiles et voraces. Les essaims immatures sont ceux qui représentent la plus grande menace pour l’agriculture. Les essaims vont probablement se déplacer vers le sud et le sud-ouest vers le sud-ouest de l’Éthiopie et le nord du Kenya, entre Mandera et Turkana. Dès début janvier, de nouveaux essaims immatures se formeront également dans le nord-est du Kenya à partir de toutes infestations larvaires actuelles non traitées.

Bien qu’on s’attende à ce que la plupart des essaims se déplacent dans le sud de l’Éthiopie et le nord du Kenya, il existe un faible risque que quelques essaims puissent atteindre le nord-est de l’Ouganda et un très faible risque qu’ils atteignent le nord de la Tanzanie.

Toutes les mesures devraient être prises pour traiter les actuelles infestations, réduire la menace aux cultures et aux pâturages, et prévenir l’augmentation ultérieure du nombre d’essaims et leur dissémination.

21 décembre. De nouveaux essaims se forment et envahissent le Kenya
De nouveaux essaims se formeront et se déplaceront vers le sud et le sud-ouest en Éthiopie et au Kenya au cours des prochaines semaines.

11 décembre. Infestations significatives en Afrique de l’Est, nouvelles signalisations en Arabie

La situation relative au Criquet pèlerin reste sérieuse dans le nord-est du Kenya et le sud-est de l’Éthiopie. Il y a eu de nouvelles signalisations d’infestations plus à l’ouest, dans les deux pays.

Au Kenya, au moins un essaim mature a traversé la frontière éthiopienne dans le district de Moyale (à l’ouest de Mandera), et a été vu près de Goda le 30 novembre. Dans le district de Mandera, les éclosions ont commencé fin novembre et continué la première semaine de décembre. Actuellement, des bandes larvaires des premier et deuxième stades se sont formées dans les zones de Neboi, Fikow, Burabor et Bella à des densités de plus de 2 000 larves par m². Des équipes du DLCO-EA et de la protection des végétaux du Kenya ont commencé le 6 des opérations de lutte aérienne et terrestre. Jusqu’à présent, aucun criquet n’a été signalé plus au sud, dans le district de Wajir.

Bien que la situation semble être pour l’instant sous contrôle dans le district de Mandera, il y a eu un certain nombre de signalisations non confirmées de bandes larvaires passant la frontière, dans le sud de la Somalie (où les opérations de prospection et lutte ne sont pas possibles) et dans le sud-est de l’Éthiopie. Toute infestation larvaire non détectée et traitée, commencera à former de nouveaux essaims au cours de la première semaine de janvier.

Dans le sud-est de l’Éthiopie, des ailés ont été vus en vol dans la zone de Borena de la région d’Oromiya, à l’est de l’Ogaden et au nord du Kenya. Des effectifs importants d’ailés ont été signalés dans les districts de Moyale, Dire, Arero et Yabelo.

Au Soudan, des criquets sont encore présents dans l’intérieur, au nord de Khartoum, mais les effectifs diminuent. Deux essaims immatures ont été vus récemment sur le versant occidental des collines de la mer Rouge, ainsi qu’un essaim dans la région du Nord. Sur la côte, de nouvelles éclosions sont en cours dans le delta du Tokar. Des opérations de lutte sont en cours dans toutes les zones.

En Arabie Saoudite, de nouvelles signalisations indiquent que de petits groupes d’ailés grégaires immatures ont été observés sur la côte de la mer Rouge, entre Jeddah et Yenbo, et près de Medinah. Il se peut que ce soit des populations locales mélangées à quelques ailés ayant traversé la mer Rouge à partir du Soudan.

Dans le sud d’Oman, des opérations de lutte sont en cours contre de petits groupes d’ailés en ponte dans le nord-est de Salalah.

11 décembre. Infestations significatives en Afrique de l’Est, nouvelles signalisations en Arabie
Des criquets pèlerins sont présents dans le nord-est du Kenya, le sud-est de l’Éthiopie, le nord-est du Soudan, en Arabie Saoudite et au sud d’Oman.

3 décembre. Essaims de Criquet pèlerin dans le nord-est du Kenya, bandes larvaires dans l’est de l’Éthiopie

Pour la première fois depuis 1961, plusieurs essaims de Criquet pèlerin ont envahi le nord-est du Kenya et on pense qu’ils ont pondu entre Mandera et Elwak. On s’attend à ce que les œufs éclosent d’ici une semaine environ et de petites bandes larvaires vont probablement se former. Des dégâts aux cultures ont été signalés le long du fleuve Dawa, à la frontière entre l’Éthiopie et le Kenya. Le Gouvernement du Kenya et l’Organisation de lutte contre le Criquet pèlerin dans l'Est africain (DLCO-EA) prennent des mesures pour organiser une campagne de lutte anti-larvaire.

Dans l’est de l’Éthiopie, des bandes larvaires se forment dans la région de l’Ogaden. Une situation semblable peut être en cours dans les zones adjacentes du centre et du sud de la Somalie, où les opérations de prospection et lutte ne sont pas possibles. Toutes les bandes non traitées commenceront à former de nouveaux essaims vers la mi-décembre. On s’attend à ce que ces essaims se déplacent vers le Sud, vers l’intérieur du Kenya, en direction de la frontière avec la Tanzanie. Les bandes larvaires non traitées au Kenya pourraient former à la mi-janvier de nouveaux essaims qui se déplaceront vers le Sud.

En conséquence, tous les efforts devraient être faits pour suivre attentivement cette situation potentiellement dangereuse en cours de développement et, si besoin, entreprendre des opérations de lutte.

Au Soudan, suite à une reproduction estivale, plusieurs essaims se sont formés dans l’intérieur et se déplacent à l’Est, vers la côte de la mer Rouge, où une reproduction est déjà en cours. Sur la côte, de petites bandes larvaires se sont formées dans la principale zone agricole, le delta du Tokar. Des opérations de prospection et lutte sont en cours.

Des groupes d’ailés ont été signalés dans plusieurs oasis du désert Occidental, en Égypte, et quelques ailés ont été vus au Caire. Ces criquets sont probablement issus d’une reproduction estivale au Soudan ainsi que d’une reproduction localisée en Haute Égypte, près du lac Nasser et Jebel Uweinat. Des prospections sont en cours et des opérations de lutte limitées ont été réalisées.

Sauf au Soudan, seule une reproduction à petite échelle a eu lieu jusqu’à présent dans les zones de reproduction hivernale, le long des deux côtés de la mer Rouge et du Golfe d’Aden, principalement au sud-est de l’Égypte, au nord-est de l’Érythrée, au Yémen, au nord-ouest de la Somalie et probablement en Arabie Saoudite. La reproduction se poursuivra dans ces zones au cours des prochains mois, entraînant une augmentation graduelle des effectifs acridiens.

La situation reste calme en Afrique de l’Ouest et du Nord-Ouest, et en Asie du Sud-Ouest.

3 décembre. Essaims de Criquet pèlerin dans le nord-est du Kenya, bandes larvaires dans l’est de l’Éthiopie
Des essaims ont pondu dans l’est de l’Éthiopie et les éclosions entraînent la formation de bandes larvaires. Certains essaims ont continué vers le sud et pondu dans le nord-est du Kenya.

21 novembre. Des essaims de Criquet pèlerin envahissent le nord-est du Kenya et y pondent

Pour la première fois en plus de 45 ans, plusieurs petits essaims de Criquet pèlerin ont envahi le nord-est du Kenya au cours des derniers jours. Les essaims sont matures, de faible densité et sur le point de pondre dans les districts de Mandera et Kalala, près des frontières de l’Éthiopie et de la Somalie. Des dégâts aux cultures ont été signalés près du fleuve Dawa, à la frontière avec l’Éthiopie.

Ces essaims sont issus de la reproduction estivale dans l’intérieur du Yémen, à partir d’où ils ont traversé le golfe d’Aden en septembre jusqu’au nord de la Somalie. En octobre, les essaims ont effectué leur maturation et ont dérivé à travers le nord de la Somalie, se déplaçant vers l’est de l’Éthiopie, où ils ont pondu dans la région d’Ogaden vers la fin du mois. Quelques essaims ont également été signalés dans les zones adjacentes de Somalie, près de Belet Weyne, et, plus récemment, dans la région de Juba, près du Kenya. Au cours des prochains jours, quelques autres petits essaims pourraient apparaître dans le nord-est du Kenya, mais il est extrêmement peu probable qu’une importante intrusion ait lieu en raison du faible nombre d’essaims actuellement présents dans la région. Des équipes terrestres sont en cours de mobilisation pour clarifier la situation, évaluer l’ampleur des infestations et, si besoin, entreprendre des opérations de lutte. Un avion est prêt à intervenir.

On s’attend à ce que des éclosions aient lieu et que de petites bandes larvaires se forment dans le nord-est du Kenya au cours de la première semaine de décembre. Il faudra environ quatre semaines avant que ces larves (criquets dépourvus d’ailes) effectuent leur mue imaginale et deviennent des ailés. Par la suite, on s’attend à ce que de petits essaims commencent à se former début janvier et que cela se poursuive jusqu’à la fin du mois. Il existe un risque modéré à grand que ces essaims nouvellement formés se déplacent plus au sud au Kenya et menacent l’agriculture.

Dans l’est de l’Éthiopie, les éclosions ont commencé début novembre dans la région de l’Ogaden, entre Kebri Dehar et Warder, et les larves forment de petites bandes denses. D’ici la fin du mois de décembre, on s’attend à ce que la plupart des larves effectuent leur mue imaginale et il existe un risque modéré que de petits essaims se forment et puissent se déplacer au sud, vers le Kenya, en janvier.

Dans le nord-est du Soudan, une résurgence du Criquet pèlerin est toujours en cours et de petites bandes larvaires se sont formées dans le désert de Baiyuda, au nord de Khartoum, sur le versant occidental des collines de la mer Rouge et au nord-ouest de Kassala. La plupart des larves ont effectué leur mue imaginale et les jeunes ailés immatures forment de petits groupes. Des opérations de lutte sont en cours. Comme la végétation continue à se dessécher dans l’intérieur, ces ailés formeront davantage de petits groupes et peut-être quelques petits essaims. Ces populations se déplaceront à l’est, vers les plaines côtières de la mer Rouge, et pondront, principalement entre Port Soudan et la frontière avec l’Érythrée. Certaines populations pourraient également se déplacer vers le nord des collines de la mer Rouge et du Wadi Diib. Les œufs vont éclore et les larves probablement former de petites bandes en décembre.

Une reproduction localisée a déjà eu lieu sur la côte de la mer Rouge, dans le delta du Tokar, au Soudan, où des larves ont formé de petits groupes et bandes. Une reproduction a aussi eu lieu sur la côte du Yémen et se poursuivra si davantage de pluie tombe. Il y a aura probablement aussi une reproduction à plus petite échelle le long des deux côtés de la mer Rouge, en Arabie Saoudite, dans le nord de l’Érythrée et le sud-est de l’Égypte.

En conséquence, cet hiver sera très important car il existe une forte possibilité que les effectifs acridiens augmentent de manière significative sur la côte de la mer Rouge, au Soudan, et, à moindre échelle, au Yémen, en novembre et décembre. On s’attend à une situation semblable dans la Corne de l’Afrique. Tous les efforts devraient être faits pour suivre attentivement cette situation potentiellement dangereuse en cours de développement et, si besoin, entreprendre des opérations de lutte.

Ailleurs, la situation reste calme et on ne s’attend à aucun développement significatif.

21 novembre. Des essaims de Criquet pèlerin envahissent le nord-est du Kenya et y pondent
Éclosions et formation de bandes larvaires (en orange) sont en cours dans l’est de l’Éthiopie alors que des essaims (en rouge) pondent dans le nord-est du Kenya.

5 novembre. Résurgence du Criquet pèlerin au Soudan

Une résurgence du Criquet pèlerin s’est développée dans le nord du Soudan où de petites bandes larvaires se sont formées dans le désert du Baiyuda, au nord de Khartoum, sur le versant occidental des collines de la mer Rouge et au nord-ouest de Kassala. Beaucoup de larves ont effectué leur mue imaginale et les jeunes ailés immatures forment de petits groupes. Des opérations de lutte terrestre sont en cours et plus de 5 000 ha ont été traités au cours des derniers jours. Comme la végétation continue à se dessécher dans l’intérieur, les ailés formeront davantage de petits groupes et peut-être quelques petits essaims. On s’attend à ce que ces populations se déplacent à l’Est, vers les plaines côtières de la mer Rouge, et pondent principalement entre Port Soudan et la frontière avec l’Érythrée. Certaines populations pourraient également se déplacer vers les collines septentrionales de la mer Rouge et le Wadi Diib. Les œufs vont éclore et ces larves probablement former de petites bandes en novembre.

Une reproduction localisée a déjà eu lieu sur la côte de la mer Rouge, dans le delta du Tokar, au Soudan, où les larves ont formé de petits groupes et bandes. Une reproduction a également eu lieu sur la côte du Yémen et continuera si davantage de pluie tombe. Une reproduction à plus petite échelle va probablement avoir lieu le long de certaines zones de la côte de la mer Rouge, en Arabie Saoudite, au nord de l’Érythrée et au sud-est de l’Égypte.

En conséquence, cet hiver sera très important car il existe une forte possibilité que les effectifs acridiens augmentent de manière significative sur la côte de la mer Rouge, au Soudan, et, à moindre échelle, au Yémen en novembre et décembre. Tous les efforts devraient être faits pour suivre attentivement cette situation potentiellement dangereuse en cours de développement et, si besoin, entreprendre la lutte.

Le mois dernier, dans la corne de l’Afrique, quelques essaims se sont déplacés du nord de la Somalie vers l’Ogaden, dans l’est de l’Éthiopie. Ils vont probablement pondre en novembre. Il existe un faible risque que quelques criquets puissent atteindre le nord-est du Kenya.

Ailleurs, la situation reste calme et on ne s’attend à aucun développement significatif.

5 novembre. Résurgence du Criquet pèlerin au Soudan
D’importantes infestations acridiennes sont présentes dans l’intérieur du nord du Soudan et vont se déplacer vers la côte de la mer Rouge.

30 octobre. Essaims de Criquet pèlerin et reproduction dans l’Ogaden, en Éthiopie

La semaine dernière, il y a eu plusieurs signalisations d’essaims de Criquet pèlerin dans la région Somali de l’est de l’Éthiopie. Des criquets ont d’abord été vus dans la zone orientale de Warder en provenance du nord de la Somalie, au cours de la troisième semaine d’octobre. Ils se sont rapidement propagés à l’ouest dans l’Ogaden, vers les zones de Degehabur (district de Gashamo), Korahe (districts de Kebridahar, Dobowien et Sheygosh) et, plus récemment, Fik. Le nombre total d’essaims est vraisemblablement faible mais comme ils se déplacent, il y a probablement eu des observations différentes du même essaim. Les ailés sont déjà matures et vont donc plutôt pondre dans des zones où la végétation est verte et le sol humide que se déplacer sur de vastes distances. Néanmoins, il existe un risque modéré que des criquets atteignent la partie occidentale de la région Somali et se déplacent plus au sud vers le fleuve Shebele.

Des pontes ont déjà eu lieu dans le Warder début octobre. Le 27 octobre, une équipe de prospection et de lutte du Ministère de l’agriculture et du développement rural a confirmé que de petites bandes larvaires de deuxième stade se sont formées sur deux sites, dans la zone de Warder, mais les opérations de lutte n’étaient pas possibles. Ces larves effectueront leur mue imaginale et pourraient former un petit essaim immature d’ici un mois environ.

Actuellement, le risque d’essaims se déplaçant plus au sud et atteignant le Kenya est estimé très faible. Des prospections intensives devraient se poursuivre dans l’Ogaden au cours des prochaines semaines en terme d’alerte précoce pour le Kenya.

Des signalisations récentes indiquent que la situation relative au Criquet pèlerin est calme dans le nord de la Somalie.

Au Soudan, des opérations de lutte terrestre et aérienne ont commencé contre de petites bandes larvaires qui se sont formées dans les États du Nil, Nord, Kassala et mer Rouge. Ces larves effectuent actuellement leur mue imaginale et on s’attend à ce qu’ils forment des groupes d’ailés et peut-être quelques petits essaims qui se déplaceront vers la côte de la mer Rouge au cours des prochains mois.

30 octobre. Essaims de Criquet pèlerin et reproduction dans l’Ogaden, en Éthiopie
La semaine dernière, des essaims ont été vus en déplacement dans plusieurs zones et districts (en rouge) de l’est de l’Éthiopie.

17 octobre. Bandes larvaires au Soudan et au Yémen

Dans le nord du Soudan, plusieurs petites bandes se sont formées plus tôt au cours du mois à partir d’une reproduction localisée qui a eu lieu au nord de Khartoum, le long du fleuve Atbara et sur le versant occidental des collines de la mer Rouge. Trois petits essaims ont été observés en accouplement près du Nil, à Merowe, et vers le nord-ouest de Kassala. Une reproduction à petite échelle est en cours sur la côte de la mer Rouge, dans le delta du Tokar.

Au Yémen, une demi-douzaine de bandes larvaires s’est formée sur la côte septentrionale de la mer Rouge, près du Suq Abs. Ailleurs, une reproduction à petite échelle est en cours le long des plaines côtières, entre Bayt Al Faqih et la frontière avec l’Arabie Saoudite. Des ailés épars sont présents sur la côte méridionale, près d’Aden.

Des opérations de lutte terrestre limitées ont été réalisées au Soudan et au Yémen. La situation exige un suivi attentif et régulier dans les deux pays.

Dans le nord de la Somalie, quelques essaims très mobiles se sont déplacés du nord-ouest vers Puntland, au nord-est, puis au sud, vers Galkacyo. Ils ont été observés la dernière fois franchissant la partie nord-est de l’Ogaden, en Éthiopie.

En Mauritanie, une reproduction à petite échelle a eu lieu à l’ouest de Nbeika. Des ailés épars sont présents dans le Tagant, le Brakna, le Trarza et le sud-ouest des régions Adrar.

17 octobre. Bandes larvaires au Soudan et au Yémen
Les infestations acridiennes vont se concentrer le long des deux rives de la mer Rouge pendant l’hiver et leurs effectifs augmenter.

3 octobre. Formation de bandes larvaires sur la côte de la mer Rouge, au Yémen

Des reproductions localisées sont en cours dans les plaines côtières de la mer Rouge, au Yémen, où les conditions ont été inhabituellement favorables depuis plusieurs mois. Ces derniers jours, des larves ont formé plusieurs petites bandes sur la côte nord, près de Suq Abs. Sur la côte centrale, les larves se groupaient au sud d’Hodeidah. Des groupes d’ailés continuent à pondre dans beaucoup de zones mais jusqu’à présent aucun essaim n’a atteint la côte à partir de l’intérieur du Yémen.

Des reproductions localisées sont également en cours le long des plaines côtières en Érythrée et au Soudan, où ces groupes d’ailés ont pondu le mois dernier. On s’attend à des éclosions au cours des prochains jours dans le delta du Tokar, au Soudan, et en Érythrée, près de Méhimet, au nord, et de Shieb, sur la côte centrale. En octobre, on s’attend à ce que la reproduction s’étende vers d’autres zones le long de la côte, dans les deux pays, ainsi que dans le sud-ouest de l’Arabie Saoudite, près de Jizan.

Cette année, la reproduction a eu lieu le long des deux côtés de la mer Rouge plusieurs mois plus tôt que d’habitude suite aux bonnes pluies depuis août. En conséquence, il existe un grand risque que les effectifs acridiens augmentent considérablement au cours des prochains mois.

Avec le dessèchement de la végétation, les infestations acridiennes continuent à diminuer dans les zones de résurgence à l’intérieur du Yémen. En octobre, quelques autres essaims pourraient encore se former à partir de populations résiduelles et se déplacer vers les hautes terres du centre et la côte méridionale près d’Aden. Il existe un risque modéré que certains de ces essaims puissent traverser le golfe d’Aden en direction du nord de la Somalie. De récentes signalisations d’essaims dans le nord-est de la Somalie sont en cours de vérification.

Les pluies saisonnières sont terminées dans les zones de reproduction estivale en Afrique de l’Ouest et le long de la frontière indo-pakistanaise, où, cette année, la poursuite de la reproduction est peu probable.

3 octobre. Formation de bandes larvaires sur la côte de la mer Rouge, au Yémen
Les infestations acridiennes vont se concentrer le long des deux rives de la mer Rouge pendant l’hiver et leurs effectifs augmenter.

24 septembre. Des essaims signalés dans le nord de la Somalie et l'est de l'Ethiopie

Un essaim de Criquet pèlerin a été observé hier après-midi au-dessus d’Hargeisa, dans le nord de la Somalie. Il a été indiqué qu’il volait à haute altitude, ce qui laisse penser qu’il peut être venu du sud Yémen où des reproductions ont lieu depuis avril dans l’intérieur. Des opérations de prospection et de lutte sont en cours d’organisation près d’Hargeisa.

Dans le nord-est de la Somalie, il y a eu plusieurs signalisations acridiennes ces derniers jours. La première observation date du 16 septembre, près d’Iskushuban (1017N/5014E) et hier, des essaims ont été signalés au-dessus de Gardo (0930N/4905E). Il n’est pas établi s’il s’agit d’infestations locales ou venant du Yémen.

Des essaims ont également été signalés depuis le 21 septembre dans l'est de l'Ethiopie, le long de la frontière avec Djibouti et le nord de la Somalie, entre Aysha et Teferi Ber. Des équipes de prospection sont en cours de déploiement dans les zones infestées.

D’ici la fin du mois de septembre, il existe un risque que davantage d’essaims traversent le golfe d’Aden à partir du sud du Yémen et atteignent le plateau de l’est de l’Ethiopie et du nord de la Somalie. Il est probable que les essaims arrivant près d’Hargeisa se déplacent vers l’Est, en direction de Burao, Erigavo, Gardo et Iskushuban (voir carte).

Toutes les signalisations acridiennes, qu’elles soient ou non confirmées, devraient être immédiatement transmises au Service d’information de la FAO sur le Criquet pèlerin (eclo@fao.org), si possible accompagnées de photos numériques.

La situation demeure calme dans les autres pays.

24 septembre. Des essaims signalés dans le nord de la Somalie et l'est de l'Ethiopie
C’est avec des vents de haute altitude que les criquets traversent le golfe d’Aden, du Yémen au nord de la Somalie. Ce trajet d’une journée amène probablement les essaims sur le plateau somali. A partir de là, les criquets peuvent se déplacer le long d’une zone de convergence vers Burao, Gardo et Iskushuban, comme l’indique un modèle sur les trajectoires.

18 septembre. Déplacement d’essaims vers le sud de la côte yéménite

La semaine dernière, la majeure partie des activités relatives au Criquet pèlerin est restée concentrée au Yémen. Les effectifs acridiens diminuent à l’intérieur où la reproduction a eu lieu depuis avril, et où la végétation est en cours de dessèchement. La plupart des criquets se déplacent vers la côte et certains peuvent se trouver dans les hautes terres centrales. Jusqu’à présent, plusieurs petits essaims sont arrivés sur la côte sud-ouest, près d’Aden, et des opérations de lutte sont en cours. Certains essaims ont essayé de traverser le golfe d’Aden en direction du nord de la Somalie. Plus tôt au cours de cette semaine, des pêcheurs ont signalé des criquets morts dans la mer, près d’Aden, et des habitants de faibles effectifs d’ailés grégaires dans le nord de la Somalie, près d’Hargeisa et d’Erigavo. On s’attend aussi à ce que des criquets arrivent sur la côte de la mer Rouge, au Yémen, et peut-être sur la côte au Soudan et en Érythrée. Cette année, la reproduction de populations locales a commencé plus tôt que d’habitude sur la côte du Soudan et de l’Érythrée et des équipes de prospection suivent attentivement la situation.

De fortes pluies ont entraîné des inondations en Afrique de l’Ouest et au Soudan. En Afrique de l’Ouest, ces pluies et ces inondations se sont surtout produites bien au sud des zones de reproduction du Criquet pèlerin alors qu’au Soudan certaines aires de reproduction étaient concernées. Des prospections sont en cours en Mauritanie où, pour l’instant, seule une reproduction à petite échelle a été détectée, ce qui est normal à cette période de l’année. En raison de l’insécurité, aucune prospection n’est possible dans le nord du Mali, le nord-ouest du Niger et l’ouest du Soudan. En dépit des allégations récentes de la presse, il est très peu probable qu’une invasion acridienne ait lieu en Afrique de l’Ouest à cause des inondations de cette année.

Ailleurs, une reproduction à petite échelle est en cours dans le nord-est d’Oman, affecté en juin par le cyclone Gonu. Une reproduction estivale se termine le long des deux côtés de la frontière indo-pakistanaise, où seuls de faibles effectifs acridiens sont présents.

18 septembre. Déplacement d’essaims vers le sud de la côte yéménite
Infestations acridiennes actuelles.

3 septembre. Déplacement d’essaims vers les hautes terres du Yémen et le sud d’Oman

La situation relative au Criquet pèlerin s’est aggravée au Yémen avec, dans les régions intérieures d’Hadhramaut et d’Al-Mahara, la formation d’essaims immatures qui se sont déplacés vers les hautes terres du centre la semaine dernière. Des essaims se forment encore dans l’intérieur et on s’attend à ce que la plupart d’entre eux se dirigent à l’ouest, vers les régions de Shabwah, Marib et Al-Jawf, y effectuent leur maturation et y pondent au cours des prochaines semaines. Par conséquent, une autre génération de reproduction pourrait avoir lieu dans l’intérieur, ce qui entraînera une nouvelle augmentation des effectifs acridiens.

Il est peu probable que tous les essaims atteignant les hautes terres du centre au Yémen s’y reproduisent mais ils peuvent y rester pour quelques jours ou semaines et menacer les cultures. Par la suite, les essaims devraient atteindre les plaines côtières de la mer Rouge au Yémen et en Arabie Saoudite, où des pluies sont tombées pendant les trois derniers mois. En conséquence, les conditions sur la côte sont déjà favorables pour permettre aux ailés d’effectuer leur maturation et de pondre à partir de fin septembre. Jusqu’à présent, seules des infestations solitaires localisées sont présentes sur la côte yéménite et, il y a quelques jours, des signalisations non confirmées faisaient état de criquets près de Jizan, en Arabie Saoudite.

Certains essaims atteignant la côte de la mer Rouge pourraient la traverser en direction des plaines côtières de l’Érythrée et du Soudan. Des populations localisées d’ailés solitaires sont déjà présentes sur la côte nord de l’Érythrée, entre Méhimet et Karora, et dans le Delta de Tokar, au Soudan. La végétation est en cours de verdissement sur la côte suite aux bonnes pluies et aux récents écoulements venant des hautes terres.

Au cours des périodes de forts vents de secteur nord, des essaims provenant de l’intérieur du Yémen pourraient également atteindre les plaines côtières près d’Aden et peut-être traverser le golfe vers le nord de la Somalie. D’autres essaims peuvent se déplacer de l’est du Yémen vers le sud d’Oman, où ils pourraient continuer plus au nord, vers la région de Sharqiya, en Oman. Si tel est le cas, il existe un faible risque que quelques essaims puissent poursuivre vers la frontière indo-pakistanaise au cours des deux prochaines semaines. Par la suite, ce risque devrait disparaître.

Des opérations de lutte aérienne et terrestre sont en cours dans l’intérieur du Yémen. Toutes les zones infestées n’ont pu être prospectées ou traitées à cause de l’insécurité et de la présence de ruches.

Le mois dernier, de fortes pluies ont causé des inondations dans l’intérieur du Soudan et l’ouest de l’Érythrée. Cela permettra aux conditions de reproduction de devenir favorables et en conséquence, les effectifs acridiens augmenteront et les criquets pourront grégariser au cours des prochains mois dans les zones traditionnelles de reproduction estivale des deux pays.

La situation actuelle pourrait donner une augmentation significative des effectifs acridiens dans la région au cours des prochains mois, d’abord dans les zones de reproduction estivale, puis dans celles de reproduction hivernale sur les côtes de la mer Rouge et du golfe d’Aden. Les pays devraient prendre des mesures immédiates pour surveiller ces zones et réaliser des opérations de lutte si besoin. Certaines de ces activités peuvent nécessiter une assistance supplémentaire de la part de la communauté internationale.

3 septembre. Déplacement d’essaims vers les hautes terres du Yémen et le sud d’Oman
Infestations acridiennes actuelles au Yémen et migrations possibles.

2 août. Une situation extrêmement sérieuse perdure au Yémen

Pour le troisième mois consécutif, la situation relative au Criquet pèlerin reste menaçante et extrêmement sérieuse au Yémen, dans les zones de reproduction estivale. Pontes, éclosions et formation de bandes se sont poursuivies le mois dernier dans une partie de l’intérieur. Les infestations les plus importantes se localisent dans les oueds éloignés du plateau, au nord du Wadi Hadhramaut, s’étendant d’Al Abr à l’ouest, vers la frontière avec Oman, à l’est. D’autres infestations sont présentes dans le Wadi Hadhramaut ainsi que dans les zones traditionnelles de reproduction, dans la région de Shabwah, près de Bayan et Ataq.

La semaine dernière, la mue imaginale a concerné beaucoup d’infestations larvaires et les jeunes ailés immatures forment des groupes et de petits essaims. Certains essaims se déplacent vers les cultures. Au cours des derniers jours, de nouvelles infestations ont été découvertes dans des zones qui n’avaient pas été prospectées précédemment. Par exemple, des groupes de larves et d’ailés sont présents dans des oueds éloignés de l’intérieur de la région d’Al-Mahara, près de la frontière avec Oman. D’autres infestations ont été trouvées dans les oueds, sur le plateau, au sud du Wadi Hadhramaut.

Des équipes terrestres utilisant des pulvérisateurs montés sur véhicule ont traité près de 19 000 hectares depuis le 4 juillet dans quelques zones. Toutefois, des opérations de lutte sont gênées par la présence de ruches et parce que beaucoup d’infestations se trouvent dans des zones extrêmement reculées. Près d’une douzaine d’équipes sont déployées sur le terrain. Un avion réalise des opérations de lutte qui ont commencé hier. Un hélicoptère assistera les équipes terrestres en prospectant pour déterminer l’ampleur des infestations et identifier les cibles.

Davantage d’essaims se formeront en août. Comme la végétation se dessèche, les essaims se déplaceront probablement dans le vaste intérieur, entre Marib et la frontière avec Oman, où ils vont effectuer leur maturation dans des zones restées vertes. S’il y a davantage de pluie, des pontes pourraient commencer vers la fin du mois d’août avec une nouvelle génération d’éclosions et de formation de bandes en septembre. On s’attend à ce que la plupart des essaims formés en août restent dans l’intérieur mais il existe un faible risque que certains puissent se déplacer vers les hautes terres de Sana’a et vers les plaines côtières de la mer Rouge où de bonne pluies sont tombées, ou vers le sud d’Oman et continuer vers la frontière indo-pakistanaise.

Ailleurs, la situation reste calme. Une reproduction à petite échelle aura lieu en août, dans le nord du Sahel, en Mauritanie, au Mali, au Niger, au Tchad et au Soudan, entraînant une faible augmentation des effectifs acridiens. Une reproduction à petite échelle est en cours dans des zones du désert, le long des deux côtés de la frontière indo-pakistanaise.

2 août. Une situation extrêmement sérieuse perdure au Yémen
La plupart des essaims vont probablement rester au Yémen.

6 juillet. Déclin de la menace d’une possible migration d’essaims vers l’Inde et le Pakistan

Fin juin, après le déplacement de plusieurs essaims de Criquet pèlerin vers l’Est, à travers le nord de la Somalie, il existait un risque qu’ils poursuivent à travers l’océan Indien et atteignent le Pakistan et l’Inde.

Jusqu’à présent, seuls quelques petits groupes d’ailés immatures ont été signalés les 3-4 juillet dans les zones côtières du Kutch, au Gujarat, en Inde. Bien que ces criquets puissent être arrivés du nord-est de la Somalie, ils ne sont pas suffisamment nombreux pour constituer un essaim ou représenter une menace pour la région. En outre, il n’y a eu aucune signalisation d’essaims de la part des autres pays de la région et seuls des ailés épars persistent dans le nord de la Somalie.

Actuellement, seuls des ailés solitaires épars sont présents dans les zones traditionnelles de reproduction estivale dans des parties du Rajasthan et du Gujarat, ainsi qu’au sud-est du Pakistan. Il est normal que de faibles effectifs acridiens soient présents dans ces zones pendant l’été, quand une génération de reproduction a lieu dans des aires de désert qui reçoivent des pluies de mousson.

S’il n’y a aucune observation d’essaims au cours des 2-3 prochains jours à Gujarat ou dans des zones adjacentes du Pakistan, il est probable que la menace d’une invasion d’essaims disparaisse.

Au Yémen, la situation reste extrêmement sérieuse et potentiellement dangereuse. Pontes et éclosions d’envergure sont en cours dans une grande partie de l’intérieur, entre Marib et Thamud. Les jeunes larves forment de petites bandes. La plupart des infestations sont concentrées dans les nombreux oueds qui découpent et drainent le plateau entre Al Abr et Thamud. Des infestations sont également présentes en bordure du Croissant Vide et se sont étendues aux zones de Ramlat Sabatyn et Shabwah. Des opérations limitées de lutte terrestre ont été organisées contre quelques infestations présentes dans les zones cultivées; toutefois, le gros des traitements commencera plus tard ce mois-ci, lors d’une campagne aérienne impliquant deux hélicoptères en cours d’organisation par la FAO. Ces opérations sont financées par le Fonds d’urgence des Nations Unies, l’assistance japonaise et les ressources du Gouvernement du Yémen.

La situation relative au Criquet pèlerin reste calme dans les autres régions.

6 juillet. Déclin de la menace d’une possible migration d’essaims vers l’Inde et le Pakistan
Migration d’essaims de Criquet pèlerin avec le vent. Des vents dominants pourraient transporter des essaims du nord-est de la Somalie vers l’Inde et le Pakistan.

4 juillet. ALERTE ACRIDIENNE ! Possible migration d’essaims vers l’Inde et le Pakistan

Plusieurs essaims de Criquet pèlerin se sont déplacés vers l’Est à travers le nord de la Somalie, à partir de l’est de l’Éthiopie, en direction d’Hargeisa et Sanaag, atteignant Bossasso (1118N/4904E) la semaine dernière. Depuis lors, il n’y a eu aucune nouvelle signalisation de criquets dans le nord-est de la Somalie et seuls des ailés épars sont présents sur l’escarpement et la côte, près de Berbera, dans le nord-ouest.

Ces essaims vont probablement continuer à migrer lors de vents de secteur sud-ouest associés à la mousson d’Asie méridionale. Cette semaine, ces vents pourraient transporter les criquets du nord-est de la Somalie à travers l’océan Indien, vers la côte du Pakistan et le nord-ouest de l’Inde (Bhuj, Gujarat). Cette migration pourrait durer 3 à 4 jours et les criquets peuvent se poser temporairement sur la côte du centre d’Oman. Jusqu’à présent, il n’y a eu aucune observation en Oman ni à partir de bateaux dans l’océan Indien.

La semaine dernière, le cyclone Yemyin a infligé de fortes pluies et des inondations aux zones côtières et intérieures, du Baluchistan, dans l’ouest du Pakistan, jusqu’à Sindh, dans le sud-est du Pakistan, et Gujarat et Rajasthan, en Inde. En conséquence, quelques essaims pourraient apparaître au cours des prochains jours dans ces zones. Si tel est le cas, ils vont probablement effectuer rapidement leur maturation et pondre et les œufs vont éclore plus tard au cours du mois.

Les deux pays ont été avertis et prennent les mesures nécessaires, telles que la mobilisation d’équipes de terrain et de ressources pour la lutte dans les zones menacées. Il est important que des suivis intensifs des zones de reproduction estivale soient réalisés et que des opérations de lutte efficaces et sûres puissent être organisées rapidement, si nécessaire.

La situation reste extrêmement sérieuse et potentiellement dangereuse au Yémen. Pontes et éclosions d’envergure sont en cours dans une grande partie de l’intérieur, entre Marib et Thamud. Les jeunes larves forment de petites bandes. La plupart des infestations sont concentrées dans les nombreux oueds qui découpent et drainent le plateau entre Al Abr et Thamud. Des infestations sont également présentes en bordure du Croissant Vide et se sont étendues aux zones de Ramlat Sabatyn et Shabwah. Des opérations de lutte terrestre limitées ont été organisées contre certaines infestations présentes dans les zones cultivées; toutefois, la majorité des traitements commencera plus tard au cours du mois lors d’une campagne aérienne impliquant deux hélicoptères, en cours d’organisation par la FAO. Ces opérations sont financées par le Fonds d’urgence des Nations Unies, l’assistance japonaise et les ressources du Gouvernement du Yémen.

Les signalisations de criquets dans le bassin fluvial de Juba, au sud de la Somalie, de ces derniers jours concernaient des infestations de sauteriaux.

La situation relative au Criquet pèlerin reste calme dans les autres régions.

4 juillet. ALERTE ACRIDIENNE ! Possible migration d’essaims vers l’Inde et le Pakistan
Migration d’essaims de Criquet pèlerin avec le vent. Des vents dominants pourraient transporter des essaims du nord-est de la Somalie vers l’Inde et le Pakistan.

27 juin. ALERTE ACRIDIENNE ! Possible migration d’essaims vers l’Inde et le Pakistan

Des essaims de criquets ont été observés dans le nord-est de la Somalie, près de Bosasso (1118N/4904E), du 23 au 25 juin. Les vents dominants sont de secteur sud-ouest -les mêmes que ceux associés aux moussons d’Asie méridionale. S’il s’agit d’essaims de Criquet pèlerin, les calculs d’un modèle de trajectoire suggèrent qu’ils pourraient se déplacer avec les vents de mousson selon une direction nord-est, du nord-est de la Somalie à travers l’océan Indien, vers Bhuj, en Inde, et le sud de Sindh, au Pakistan. Cette migration prendrait de 3 à 4 jours.

En conséquence, il existe une grande probabilité que plusieurs essaims puissent arriver dans les aires de reproduction estivale du Tharparkar, au Pakistan, et du Rajasthan, en Inde, à tout moment au cours des 7 à 10 prochains jours. Cette zone a récemment reçu de fortes pluies associées au cyclone Yemyin. Il existe une faible possibilité que les essaims se posent temporairement dans les zones côtières d’Oman et peut-être dans le sud du Yémen, où ils pourraient passer la nuit avant de reprendre leur vol dans la matinée.

L’Inde et le Pakistan devraient être en alerte maximum et prendre les mesures nécessaires pour assurer un suivi intensif des zones de reproduction estivale et l’organisation rapide, si nécessaire, d’opérations de lutte efficaces et sûres.

Au Yémen, des équipes de prospection ont trouvé davantage d’infestations larvaires et ailées dans des zones reculées de l’intérieur, entre Al Abr et Thamud. Des pontes, des éclosions et la formation de bandes sont en cours. La FAO, en collaboration avec le Programme alimentaire mondial (PAM), prépare des opérations aériennes qui commenceront mi-juillet. Elles sont financées par le Fonds d’urgence des Nations Unies, l’assistance du Japon et les ressources du Gouvernement du Yémen.

La semaine dernière, des essaims ont été également signalés dans le nord-ouest de la Somalie, près d’Hargeisa. La situation actuelle est en cours de clarification.

27 juin. ALERTE ACRIDIENNE ! Possible migration d’essaims vers l’Inde et le Pakistan
Migration d’essaims de Criquet pèlerin avec le vent. Des vents dominants pourraient transporter des essaims du nord-est de la Somalie vers l’Inde et le Pakistan.

20 juin. Opérations aériennes en cours de préparation au Yémen

La situation relative au Criquet pèlerin est extrêmement sérieuse dans l’intérieur du Yémen, où une importante reproduction a eu lieu à cause des pluies exceptionnellement fortes qui sont tombées sur une zone vaste et éloignée, en bordure méridionale du Croissant Vide. Une deuxième génération de ponte est en cours et les éclosions ont déjà commencé dans quelques sites. Davantage d’éclosions auront lieu et des bandes larvaires se formeront au cours des prochaines semaines. Au cours des récentes prospections, des infestations supplémentaires ont été trouvées dans certains oueds reculés de la région de Hadhramaut. Une reproduction est également en cours dans le gouvernorat de Shabwah.

La FAO organise des opérations aériennes grâce au Fonds d’urgence des Nations Unies et l’assistance du Gouvernement du Japon et du Programme alimentaire mondial (PAM). Il est prévu que les opérations commencent mi-juillet ; elles auront pour cibles les bandes larvaires et les essaims afin de minimiser la menace aux cultures, pâturages et pays voisins.

En Asie du sud-ouest, les opérations de lutte ont concerné des larves et des ailés qui formaient des groupes sur la côte sud-est de l’Iran, dans les zones affectées par le cyclone Gonu plus tôt au cours du mois. De plus petites infestations ont été traitées près de Uthal, au Pakistan. Des pontes sont en cours dans les zones de reproduction estivale, au Rajasthan, en Inde, près de la frontière pakistanaise.

On s’attend à ce qu’une reproduction à petite échelle ait lieu dans le Sahel d’Afrique de l’Ouest (Mauritanie, Mali, Niger et Tchad) avec le début des pluies saisonnières.

20 juin. Opérations aériennes en cours de préparation au Yémen
Tout essaim qui se formera et ne sera pas traité dans l’intérieur de l’Arabie Saoudite, pourrait se déplacer vers le Soudan, le Yémen et, peut-être, vers Oman et l’Iran.

6 juin. La situation a atteint le niveau d’alerte « MENACE »; des opérations aériennes sont nécessaires au Yémen

La situation relative au Criquet pèlerin est devenue extrêmement sérieuse dans l’intérieur du Yémen, où une importante reproduction a eu lieu en raison de pluies exceptionnellement fortes. Des bandes larvaires se sont formées sur une vaste zone reculée, en bordure méridionale du Croissant Vide. On s’attend à ce que des essaims se forment en juin, restent dans la zone et y pondent vers la fin du mois. Ces œufs vont éclore en juillet et une autre génération de bandes larvaires se formera.

En conséquence, des opérations aériennes, nécessitant un appui extérieur, devront être organisées en juillet pour éviter la formation d’une deuxième génération d’essaims et réduire au minimum la menace aux cultures et aux pâturages.

Des opérations de lutte aérienne et terrestre se poursuivent contre des bandes larvaires dans l’intérieur de l’Arabie Saoudite. Il existe un risque que des essaims puissent se former et, en l’absence de lutte, se déplacent vers le Yémen et le Soudan. Il existe également une possibilité que quelques essaims puissent atteindre des zones d’Oman et du sud de l’Iran affectés par le cyclone tropical Gonu.

Des traitements de lutte sont aussi en cours contre des infestations de bandes larvaires de plus petite envergure sur la côte sud-est de l’Iran, la côte du Pakistan occidental et à la frontière entre l’Éthiopie et le nord de la Somalie.

Une reproduction à petite échelle est en cours dans la vallée du Nil, au Soudan, au nord de Khartoum.

La reproduction estivale commencera dans le Sahel de l’Afrique de l’ouest (Mauritanie, Mali, Niger et Tchad) et au Soudan avec le démarrage des pluies saisonnières. Au début, les populations resteront faibles.

Cette année, plus que d’habitude, des populations seront présentes au début de l’été le long de la frontière indo-pakistanaise, où la reproduction commencera avec l’arrivée des pluies de mousson.

6 juin. La situation a atteint le niveau d’alerte « MENACE »; des opérations aériennes sont nécessaires au Yémen
Tout essaim qui se formera et ne sera pas traité dans l’intérieur de l’Arabie Saoudite, pourrait se déplacer vers le Soudan, le Yémen et, peut-être, vers Oman et l’Iran.

10 mai. Opérations de lutte en cours en Arabie Saoudite, Éthiopie, Soudan et Inde

La situation relative au Criquet pèlerin reste sérieuse dans la péninsule Arabique et dans la Corne de l’Afrique, mais s’est améliorée le long de la rive occidentale de la mer Rouge.

En Arabie Saoudite, des opérations de lutte aérienne et terrestre se poursuivent sur la côte de la mer Rouge, contre des bandes larvaires de dernier stade et des groupes résiduels d’adultes, et, dans l’intérieur, contre des essaims matures en ponte. Des équipes ont traité près de 13 000 hectares du 1er au 10 mai. On s’attend à ce que les éclosions aient lieu cette semaine dans l’intérieur; de petites bandes larvaires pourraient se former et, en l’absence de lutte, faire leur mue imaginale et constituer peut-être de petits essaims à partir de mi-juin.

Au Yémen, éclosions et formation de bandes larvaires sont en cours dans l’intérieur, près d’Al-Abr et de Thamud. De petits groupes d’ailés et peut-être quelques essaims pourraient se former dans les zones de reproduction sur la côte méridionale, près de Sayut, et se déplacer vers l’intérieur de Hadhramaut. Il n’y a pas encore eu de traitements à cause de la présence d’apiculteurs dans la zone.

En Éthiopie, des opérations de lutte sont en cours contre des larves nouveau-nées et de jeunes bandes larvaires près de Dire Dawa.

Au Soudan, quelques groupes d’ailés immatures et matures ont été traités dans les cultures le long du Nil, entre Atbara et Dongola. On s’attend à une reproduction à petite échelle au cours des prochaines semaines. Les opérations de prospection et de lutte diminuent sur la côte de la mer Rouge, près de la frontière avec l’Érythrée.

En Inde, les équipes terrestres ont traité des larves en cours de grégarisation, de jeunes ailés et un essaim mature, à l’ouest de Jaisalmer, près de la frontière avec le Pakistan.

Tous les efforts devraient être faits pour suivre attentivement la situation potentiellement en cours de développement.

10 mai. Opérations de lutte en cours en Arabie Saoudite, Éthiopie, Soudan et Inde
Les flèches rouges indiquent les déplacements possibles du Criquet dans le pire des scénarios.

3 mai. Reproduction printanière en cours en Arabie Saoudite, au Yémen, en Éthiopie et au nord de la Somalie

Suite aux pluies exceptionnellement bonnes du mois d’avril, des essaims de Criquet pèlerin ont pondu dans l’intérieur de l’Arabie Saoudite, le long des deux côtés de la frontière éthiopienne et dans le nord de la Somalie, et, à une échelle moindre, dans l’intérieur du Yémen. Les éclosions ont commencé hier en Éthiopie, près de Dire Dawa, et on s’attend à ce qu’elles commencent dans les prochains jours dans les autres pays. Des bandes larvaires vont probablement se former et, en l’absence de lutte, des nouveaux essaims se formeront à partir de la mi-juin.

Tous les essaims qui se formeront en juin dans l’intérieur de l’Arabie Saoudite vont probablement se déplacer vers l’intérieur du Soudan pour y pondre avec le début des pluies estivales. Quelques essaims pourraient aussi se déplacer au sud, vers l’intérieur du Yémen.

Les essaims qui se formeront dans l’intérieur du Yémen et le long de la frontière nord entre la Somalie et l’Éthiopie pourraient se maintenir pour une autre génération de reproduction si les conditions demeurent favorables. Sinon, ils pourraient se déplacer fin juin au nord-est, vers la frontière indo-pakistanaise, à la rencontre de la mousson, et se reproduire.

Des opérations de lutte sont en cours en Arabie Saoudite et au Soudan. Des opérations de plus petite envergure sont en cours d’organisation en Éthiopie, au nord de la Somalie et au Yémen.

La menace immédiate pour l’Afrique de l’Ouest est faible pour l’instant. Néanmoins, si des essaims provenant de la côte de la mer Rouge ou de la péninsule Arabique atteignent la vallée du Nil ce mois-ci ou en juin, avant les pluies estivales, il existerait alors un risque qu’ils puissent continuer vers l’Ouest, à travers le Sahel, en direction du Niger, du Mali et de la Mauritanie.

Tous les efforts devraient être faits pour suivre attentivement la situation potentiellement en cours de développement.

3 mai. Reproduction printanière en cours en Arabie Saoudite, au Yémen, en Éthiopie et au nord de la Somalie
Les flèches rouges indiquent les déplacements possibles du Criquet dans le pire des scénarios.

25 April. Déplacement de criquets vers l’intérieur de l’Arabie Saoudite, le Soudan et l’Éthiopie

En Arabie Saoudite, quelques essaims de Criquet pèlerin se sont déplacés de la côte de la mer Rouge vers les zones de reproduction printanière du centre, où ils sont en ponte. Les œufs devraient éclore pendant la première semaine de mai et on s’attend à la formation de bandes larvaires. En l’absence de lutte, ces larves effectueront leur mue imaginale début juin et des essaims pourraient se former vers la mi-juin. Ces nouveaux essaims vont probablement traverser la mer Rouge en direction des zones de reproduction estivale de l’intérieur du Soudan. Des opérations de lutte sont en cours.

Au Soudan, des ailés sont apparus dans la vallée du Nil, entre Dongola et Atbara, et d’autres ont été signalés dans le sud de l’Égypte. Ces populations sont probablement issues des infestations le long de la côte de la mer Rouge, au Soudan et en Arabie Saoudite. Il existe un risque que quelques essaims puissent apparaître le long du Nil; ils pourraient y rester ou continuer à se déplacer vers l’Ouest.

Au Yémen, aucun autre essaim n’a été signalé depuis le 13 avril, mais on s’attend à ce que éclosions et formation de bande se produisent sous peu près de Thamud. De faibles effectifs acridiens sont présents et en ponte dans l’intérieur, près d’Ataq.

Quelques autres essaims ont été signalés cette semaine le long des deux côtés de la frontière, en Éthiopie et au nord de la Somalie, entre Dire Dawa et Hargeisa, et certains d’entre eux étaient en ponte. Ces essaims sont issus de la reproduction qui a eu lieu dans le nord-ouest de la Somalie plus tôt cette année. Des opérations de lutte ont été entreprises en Éthiopie.

Dans le sud-est de l’Iran et l’ouest du Pakistan, une reproduction à petite échelle est en cours dans les zones de reproduction printanière, à l’intérieur et sur la côte, où des larves solitaires en faibles effectifs sont présentes.

25 April. Déplacement de criquets vers l’intérieur de l’Arabie Saoudite, le Soudan et l’Éthiopie
Les flèches rouges indiquent les déplacements possibles du Criquet dans le pire des scénarios.

19 April. Lente amélioration de la situation acridienne sur la côte de la mer Rouge

Bien que les infestations acridiennes diminuent graduellement le long des deux rives de la mer Rouge et dans la Corne de l’Afrique, les opérations de prospection et de lutte doivent se poursuivre dans les pays affectés.

Les opérations de lutte aérienne se sont terminées sur la côte de la mer Rouge, en Érythrée et au Soudan, suite au déclin des infestations acridiennes et au manque d’avgas. Quelques essaims ont atteint le delta du Tokar et la côte voisine et pondu. En conséquence, une troisième génération d’éclosion est en cours et, localement, de petites bandes se forment. Des populations résiduelles sont toujours présentes le long des deux côtés de la frontière soudano-érythréenne.

En Arabie Saoudite, des traitements terrestres et aériens se poursuivent contre des essaims sur la côte, au nord et au sud de Jeddah.

Quelques essaims originaires des zones de reproduction du nord-ouest de la Somalie se sont déplacés vers l’intérieur de Djibouti et le plateau du nord-ouest de la Somalie. Certains d’entre eux ont traversé les zones adjacentes de l’est de l’Éthiopie. Aucun nouvel essaim n’a été signalé dans ces régions depuis le 6 avril.

Au Yémen, un essaim mature a été signalé en ponte le 13 avril en bordure du Croissant Vide, au nord-ouest de Thamud. Cet essaim peut être arrivé du nord-ouest de la Somalie lors de vents associés aux bonnes pluies tombées à l’intérieur du Yémen la semaine dernière.

Dans l’ouest du Pakistan, un essaim mature a été traité sur la côte, à l’ouest de Karachi. Une prospection conjointe entre l’Iran et le Pakistan a trouvé des ailés solitaires à l’intérieur du Pakistan occidental ainsi qu’une reproduction à petite échelle près de la côte.

19 April. Lente amélioration de la situation acridienne sur la côte de la mer Rouge
Les flèches rouges indiquent les déplacements possibles du Criquet dans le pire des scénarios.

5 April. Les opérations de lutte aérienne se poursuivent au Soudan, en Érythrée et en Arabie Saoudite.

Des opérations de lutte terrestre et aérienne sont en cours le long des deux côtés de la frontière entre le Soudan et l’Érythrée contre des bandes larvaires de dernier stade et des essaims immatures, dans une zone d’environ 80 km sur 40 km, sur la côte de la mer Rouge. Au Soudan, des ailés dispersés sont présents sur la côte près du Delta de Tokar et quelques groupes d’ailés ont été signalés plus au nord, vers Suakin.

En Arabie Saoudite, deux essaims petits et matures ont été observés en ponte sur la côte de la mer Rouge, le 1er et 2 avril, à environ 230 km au sud de Jeddah.

Dans le sud-est de l’Égypte, une reproduction localisée est en cours sur la côte de la mer Rouge, entre Halaib et la frontière avec le Soudan, où de faibles effectifs de larves solitaires sont présents.

La situation s’est améliorée dans le nord de la Somalie la semaine passée. À l’exception d’un groupe d’ailés et d’un petit essaim mature près de la côte, seuls de faibles effectifs d’ailés sont présents à l’est de Berbera. Aucun criquet n’a été signalé sur le plateau, près de la frontière avec l’Éthiopie.

5 April. Les opérations de lutte aérienne se poursuivent au Soudan, en Érythrée et en Arabie Saoudite.
Les flèches rouges indiquent les déplacements possibles du Criquet dans le pire des scénarios.

29 mars. Opérations de lutte le long de la mer Rouge et au Pakistan

Des opérations de lutte contre le Criquet pèlerin sont en cours des deux côtés de la mer Rouge et au Pakistan.

Frontière soudano-érythréenne sur la côte de la mer Rouge.

Des opérations de lutte terrestre et aérienne sont en cours dans les plaines côtières de la mer Rouge, près de la frontière soudano-érythréenne. Les équipes traitent des bandes larvaires de dernier stade et des essaims immatures nouvellement formés. Ces infestations se sont développées suite à une résurgence commencée en décembre 2006. Les infestations non traitées formeront des essaims qui vont probablement se déplacer plus au Nord le long de la côte du Soudan, ainsi qu’à l’Ouest, dans les hautes terres d’ Érythrée. Il existe un faible risque que certains traversent la mer Rouge vers la côte de l’Arabie Saoudite. Dans le pire des scénarios, ces essaims pourraient se déplacer vers l’intérieur du Soudan et finir par atteindre l’Afrique de l’ouest en mai ou juin, ce qui coïnciderait avec le début des pluies estivales.

Une reproduction locale est en cours plus au nord sur la côte de la mer Rouge, dans le sud-est de l’Egypte, près d’Abu Ramad.

Arabie Saoudite

Des opérations de lutte sont en cours contre des reproductions localisées sur la côte de la mer Rouge. Quelques essaims ont été signalés au nord et au sud de Jeddah. Il existe un faible risque que les ailés et quelques essaims puissent se diriger vers l’intérieur de l’Arabie Saoudite ou traverser la mer Rouge vers le Soudan.

Nord-ouest de la Somalie

De petites bandes larvaires et des essaims immatures sont en cours de formation sur la côte nord-ouest, dans la zone du Silil, près de Djibouti. Quelques autres petits essaims se formeront au cours des prochaines semaines. Ils pourraient remonter l’escarpement vers la frontière avec l’Ethiopie, se déplacer vers le nord-ouest vers les hautes terres de l’Érythrée, se diriger vers l’Est le long de la côte, traverser le golfe d’Aden vers le sud du Yémen ou simplement rester sur la côte et finir par se reproduire avec le début des longues pluies. Jusqu’à présent, il y a eu des signalisations d’essaims atteignant l’Ethiopie, près de la frontière entre Djibouti et la Somalie. Des opérations de lutte aérienne sont en cours de préparation dans le nord de la Somalie.

Asie du Sud-Ouest

Plus tôt au cours du mois, des pluies exceptionnellement bonnes sont tombées sur une très vaste zone s’étendant du nord d’Oman jusqu’au Balouchistan, dans le sud-est de l’Iran et l’ouest du Pakistan. Au printemps, le Criquet pèlerin se reproduit généralement dans ces zones. Par conséquent, en avril et mai, les conditions écologiques vont probablement être favorables pour une génération de reproduction. Jusqu’à présent, une reproduction a eu lieu sur la côte du Pakistan occidental et des traitements sont en cours contre des infestations larvaires près de Pasni. Il existe un faible risque que des ailés et des essaims arrivent dans le sud-est de l’Iran en provenance d’Arabie Saoudite en avril, et nord-ouest de la Somalie en mai. Une prospection conjointe de quatre semaines entre l’Iran et le Pakistan aura lieu en avril dans le Balouchistan, des deux cotés de la frontière, pour clarifier la situation.

Les pays susmentionnés ont été alertés et il leur a été fortement conseillé de prendre les mesures nécessaires pour suivre attentivement l’évolution de cette situation potentiellement dangereuse.

29 mars. Opérations de lutte le long de la mer Rouge et au Pakistan
Les flèches rouges indiquent les déplacements possibles du Criquet dans le pire des scénarios.

22 mars. La situation relative au Criquet pèlerin est sérieuse sur les côtes de l’Érythrée, du Soudan et du nord de la Somalie

Il y a eu plusieurs nouveaux développements ces derniers jours dans trois zones clés :

Zone frontalière entre le Soudan et l’Érythrée, sur la côte de la mer Rouge

Des infestations de deuxième génération qui se sont développées à partir d’une résurgence en Érythrée en décembre 2006, se concentrent maintenant dans une zone de 60 km sur 60 (360 000 ha) sur la côte de la mer Rouge, chevauchant la frontière entre le Soudan et l’Érythrée. Des bandes larvaires de dernier stade et de jeunes ailés sont présents dans les champs de millet perlé des oueds et dans la végétation naturelle des plaines côtières. D’ici une semaine, la majorité de ces populations sera ailée et formera de petits essaims immatures. Comme la végétation se dessèche sur la côte, les essaims vont probablement se déplacer plus au nord, le long de la côte du Soudan ainsi qu’à l’ouest, dans les hautes terres de l’Érythrée. Des traitements terrestres sont en cours dans ces deux pays. Ils seront renforcés par des opérations aériennes qui devraient commencer cette semaine pour essayer de réduire l’échelle de la migration prévue.

Nord-Ouest de la Somalie

Suite aux bonnes pluies et à la reproduction de ces derniers mois, de petites bandes larvaires sont présentes dans la zone du Silil, sur la côte nord-ouest près de Djibouti. Quelques petits essaims immatures se sont déjà formés et davantage se formeront au cours des prochaines semaines. Ces essaims pourraient remonter l’escarpement vers la frontière avec l’Ethiopie, se déplacer vers le Nord-Ouest vers les hautes terres de l’Érythrée, voler vers l’Est le long de la côte, traverser le golfe d’Aden vers le sud du Yémen ou simplement rester sur la côte et finir par se reproduire avec le début des longues pluies. Jusqu’à présent, un essaim a été vu le 19 mars dans la zone ferroviaire de l’Ethiopie, près de Aysha (1045N/4234E), à côté de la frontière entre Djibouti et la Somalie. Des opérations de lutte aérienne sont en cours de préparation dans le nord de la Somalie.

Pluies dans la zone de reproduction printanière d’Asie du Sud-Ouest.

Du 17 au 20 mars, des pluies exceptionnellement bonnes sont tombées sur une très vaste zone s’étendant du nord d’Oman jusqu’au Balouchistan dans le sud-est de l’Iran et l’ouest du Pakistan. Pendant le printemps, le Criquet pèlerin se reproduit généralement dans les zones où ces pluies sont tombées. Les conditions écologiques vont s’améliorer au cours des prochaines semaines et il existe une forte possibilité d’une génération de reproduction en avril et mai dans le nord d’Oman, le sud-est de l’Iran et l’ouest du Pakistan. Il y a un faible risque que si d’autres essaims se forment dans le nord-ouest de la Somalie, certains puissent atteindre ces zones de reproduction printanière. Une prospection conjointe de quatre semaines entre l’Iran et le Pakistan aura lieu en avril des deux cotés de la frontière, dans le Balouchistan, pour clarifier la situation.

Les pays susmentionnés ont été alertés et il leur a été fortement conseillé de prendre les mesures nécessaires pour suivre attentivement l’évolution de cette situation potentiellement dangereuse.

22 mars. La situation relative au Criquet pèlerin est sérieuse sur les côtes de l’Érythrée, du Soudan et du nord de la Somalie
De petits essaims se formeront dans le nord-ouest de la Somalie et pourraient se déplacer dans les pays limitrophes.

2 mars. Éclosion et formation de bandes larvaires sur la côte du Soudan

Les œufs pondus par les essaims sont en cours d’éclosion sur la côte de la mer Rouge, au Soudan, près de la frontière de l’Érythrée. Les larves nouveau-nées forment de petites bandes larvaires de forte densité. Les infestations sont concentrées dans une relativement petite zone de végétation verte (environ 7 km sur 15), dans les plaines côtières. Des traitements terrestres et aériens sont en cours. Un essai avec le biopesticide Green Muscle® sera réalisé en mars. La situation est moins claire dans les zones côtières adjacentes d’Érythrée où les opérations de prospection et de lutte se poursuivent probablement contre de petits groupes, bandes et essaims.

La situation au Soudan et en Érythrée est très sérieuse car les conditions de reproduction demeurent favorables. Si davantage de pluie tombe en mars, une reproduction supplémentaire entraînera une augmentation rapide des effectifs acridiens, et des bandes larvaires et des essaims pourraient se former et menacer la région de la mer Rouge.

Ailleurs dans la région, des signalisations non confirmées laissent penser que les effectifs acridiens augmentent sur la côte nord-ouest de la Somalie. Des reproductions localisées sont en cours sur la côte de la mer Rouge, en Arabie Saoudite, où des traitements ont été récemment entrepris, et au Yémen.

Début mars, des missions FAO vont être réalisées en Érythrée et en Somalie afin de clarifier la situation.

La situation est restée calme en Afrique de l’Ouest et du Nord-Ouest et seules des populations isolées étaient présentes dans le nord-ouest de la Mauritanie et près de la frontière entre le Maroc et l’Algérie. La situation est également calme en Asie du Sud-Ouest où de faibles effectifs acridiens sont présents le long de la côte, dans les zones de reproduction printanière de l’ouest du Pakistan.

2 mars. Éclosion et formation de bandes larvaires sur la côte du Soudan
Niveau d’alerte: Prudence (Région centrale)

16 février. Les opérations de lutte contre le Criquet pèlerin continuent sur la côte de la mer Rouge

Les opérations de lutte terrestre continuent sur la côte de la mer Rouge, en Erythrée, où une résurgence s’est développé début décembre. Des larves et des ailés sont en cours de grégarisation et forment de petits groupes entre Massawa et la frontière avec le Soudan. Il y a eu une extension des infestations de l’autre côté de la frontière, dans les plaines côtières du Soudan, près de Karora, où quelques essaims sont apparus et où des traitements aériens sont en cours. La semaine dernière, des pluies sont tombées dans les zones infestées des deux pays. En conséquence, une deuxième génération de reproduction a commencé et pourrait résulter en de petites bandes larvaires et petits essaims en mars. Les ailés pourraient se déplacer vers le Nord ou le Sud le long de la côte ou traverser la mer Rouge vers le Yémen ou l’Arabie Saoudite. Davantage de pluie pourrait entraîner une nouvelle détérioration de la situation qui deviendrait potentiellement dangereuse au cours des prochains mois.

La FAO a alerté les pays voisins qui ont augmenté le nombre d’équipes de prospection dans les zones de reproduction hivernale, le long des deux côtes de la mer Rouge. Jusqu’à présent, seules des reproductions à petite échelle ont été signalées sur la côte de l’Arabie Saoudite et du Yémen. Ailleurs dans la région, les ailés forment de petits groupes sur la côte nord-ouest de la Somalie où les conditions sont inhabituellement favorables à la poursuite de la reproduction. Un essaim a été signalé dans cette zone mais cela n’a pas pus être confirmé.

La situation reste calme en Afrique de l’Ouest et du Nord-Ouest et en Asie du Sud-Ouest.

16 février. Les opérations de lutte contre le Criquet pèlerin continuent sur la côte de la mer Rouge
Niveau d’alerte: Prudence (Région centrale)

2 février. La résurgence du Criquet pèlerin se poursuit sur la côte érythréenne de la mer Rouge

Une résurgence du Criquet pèlerin qui s’est développée en décembre dans les plaines côtières septentrionales de la mer Rouge, en Érythrée, se poursuit malgré les efforts de lutte. Certaines infestations se sont propagées de l’autre côté de la frontière, dans les zones côtières adjacentes du Soudan. Les larves et les ailés forment de petits groupes et une deuxième génération est en cours, qui pourrait donner naissance à des petites bandes larvaires et de petits essaims en mars. Il est possible que des ailés se déplacent vers le Nord ou le Sud le long de la côte, ou au-dessus de la mer Rouge vers le Yémen ou l’Arabie Saoudite. Davantage de pluies pourraient entraîner une nouvelle détérioration de la situation avec des développements potentiellement dangereux à partir de mai.

Les pays voisins ont été informés et déploient un plus grand nombre d’équipes de prospection dans les zones de reproduction hivernale le long des deux rives de la mer Rouge. Jusqu’à présent, seule une reproduction de petite échelle a été détectée sur la côte de l’Arabie Saoudite ; une reproduction de même type va probablement commencer au Yémen. Ailleurs, les ailés forment des groupes sur la côte nord-occidentale de la Somalie où les conditions sont inhabituellement favorables à la poursuite de la reproduction.

La situation est calme en Afrique de l’Ouest et du Nord-Ouest ainsi qu’en Asie du Sud-Ouest.

2 février. La résurgence du Criquet pèlerin se poursuit sur la côte érythréenne de la mer Rouge
Niveau d’alerte: Prudence (Région centrale); en particulier l'Erythrée.

8 janvier. La résurgence du Criquet pèlerin se poursuit sur la côte de la mer Rouge

Une résurgence localisée est en cours sur la côte centrale de la mer Rouge, en Erythrée, où elle se développe grâce aux bonnes pluies de novembre et décembre 2006 et à la végétation verte. Les infestations sont limitées à une petite zone près des périmètres agricoles de Shieb et Shelshela où des groupes de larves et d’ailés sont présents. Les larves effectuent leur mue imaginale et les adultes sont en ponte. Plus au nord sur la côte, une seconde zone, Meleet, est infestée près de la frontière avec le Soudan, et des populations de même type y ont été signalées. Des ailés solitaires sont dispersés ailleurs le long de la côte, vers Tio, et pontes et éclosions auront probablement lieu au cours du mois. Sept équipes de prospection et de lutte sont déployées sur le terrain et plus de 11 000 hectares ont été traités du 9 au 27 décembre.
Dans les autres pays, il n’y a eu aucun développement significatif au cours des deux dernières semaines. Des opérations de lutte terrestre contre des larves et des ailés se poursuivent dans les plaines centrales du Tamesna, au Niger. Les infestations acridiennes ont décliné dans le nord-ouest de la Mauritanie et le Sahara occidental où seules subsistent de petites populations résiduelles. Une reproduction à petite échelle aura lieu en janvier sur la côte de la mer Rouge au Soudan, en Arabie Saoudite et au Yémen, et le long de la côte du nord-ouest de la Somalie.

Autres locustes : des opérations de lutte sont en cours contre des infestations du Criquet brun –les pires depuis de nombreuses années- dans le sud-ouest du Lesotho et le Karoo, en Afrique du Sud. Des traitements sont également réalisés dans le sud-est du Zimbabwe contre le Criquet migrateur africain.