LOGO AG
 

lntensification durable de la production et réduction des risques liés aux pesticides en Afrique de l’Ouest

30/05/2008

Le programme de Gestion Intégrée de la Production et des Déprédateurs des cultures, mis en oeuvre par la Division de la production des plantes et de la protection des végétaux, appuie une agriculture plus productive et durable pour les populations d’Afrique de l’Ouest. Le programme de formation cible 130.000 producteurs et leurs familles au Bénin, Burkina Faso, Guinée, Mali, Mauritania, Niger et Sénégal. Les cultures ciblées à travers l’approche de formation des Champs Ecoles de Producteurs incluent le riz, les légumes, le coton, les mangues et le sésame. Parmi les résultats attendus figurent ainsi une réduction significative de l’utilisation des pesticides de synthèse, l’adoption de pratiques de production améliorées basées sur la Gestion Intégrée de la Production et des Déprédateurs et les Bonnes Pratiques Agricoles, la diversification des exploitations, la gestion des vecteurs des maladies humaines, l’amélioration des capacités des producteurs et de leurs organisations en matière de gestion de l’exploitation et de marketing des produits agricoles sains et durables, et des réformes des politiques nationales et régionales.

 

Le premier contributeur financier du programme est le gouvernement des Pays Bas à travers le projet de Gestion Intégrée de la Production et des Déprédateurs pour un montant de US$ 9,5 millions, actuellement dans  sa seconde année de mise en oeuvre. S’y ajouteront en juillet 2008 US$ 4,5 millions du projet FEM/PNUE, introduisant une composante innovante de suivi des pesticides coordonnée par une équipe de l’Université de l’Oregon et le laboratoire CERES Locustox au Sénégal. Les autres donateurs du Programme incluent la Suède, la Commission Européenne et la Norvège.

 

Le programme renforcera aussi les capacités d’utilisation de nouvelles technologies pour le suivi des pesticides, en particulier des modèles pour la mesure et l’évolution des polluants dans les systèmes aquatiques, de l’échelle locale au niveau transnational. Des analyses détaillées au niveau des communautés permettront d’estimer les niveaux de risques liés aux pesticides en agriculture.

 

Des tests pilotes dans trois villages le long du fleuve Sénégal ont mis en évidence la présence de 19 pesticides dans l’eau du fleuve, avec pour 90% des échantillons des niveaux de pesticides dix à plusieurs centaines de fois supérieurs aux Limites Maximales de Résidus acceptables en Europe et aux Etats-Unis en terme de risques environnementaux et de santé humaine. Un des traits innovants du système de suivi évaluation du programme sera de dresser un tableau complet des niveaux de contaminants dans plusieurs dizaines de communautés le long des fleuves Niger et Sénégal, avant et après les formations par le biais des Champs Ecoles des Producteurs. Le programme pourra ainsi mesurer avec précision l’impact des formations non seulement sur la productivité et la rentabilité des exploitations mais aussi sur la réduction des risques liés aux pesticides sur la santé humaine et l’environnement.

Sites spécialisés