LOGO AG
 

Convention de Rotterdam, FAO, OIT et OMS

Unir les forces pour protéger les groupes vulnérables de l'exposition aux pesticides
30/08/2011L'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), l'Organisation internationale du Travail (OIT) et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont organisé une manifestation parallèle à l'occasion de la cinquième réunion de la Conférence des Parties à la Convention de Rotterdam (COP 5), qui s’est tenue à Genève du 20 au 24 Juin 2011. La Conférence a réuni plus de 500 représentants issus du monde entier afin de discuter des produits chimiques dangereux, y compris les pesticides. Cette réunion a offert une occasion unique de rassembler des scientifiques de différents domaines pour débattre d'un aspect particulier de l'exposition aux pesticides.

L’événement parallèle "Les groupes vulnérables et l'exposition aux pesticides", s’est intéressé à l'exposition aux pesticides des groupes vulnérables, en accordant une attention particulière aux enfants qui travaillent dans l'agriculture et au travail des enfants.

L'agriculture est un secteur fortement dépendant de l'utilisation des pesticides. En outre, 60% du travail des enfants dans le monde se situe dans le secteur de l'agriculture.
 
Les présentations et les vidéos proposées par la FAO, l'OIT et l'OMS ont été suivies par un débat présidé par Peter Hurst, un expert dans le domaine de la santé internationale et la sécurité des travailleurs, avec la participation d'Eve Crowley (FAO), Frank Hagemann et Paola Termine (OIT), Ruth Etzel (OMS) et Christine Fuell (Secrétariat de la Convention de Rotterdam, FAO). Plus de 60 participants et des observateurs présents à la réunion de la COP ont participé à l'événement.
 
Messages clés:
FAO. Les enfants et les femmes constituent souvent une partie très importante de la main-d'œuvre agricole, en particulier en Afrique où ils représentent environ 70% de la main-d'œuvre rurale. A l’inverse des hommes, ces groupes vulnérables peuvent particulièrement souffrir des effets indésirables des pesticides pour des raisons culturelles et physiologiques.

OIT. Il y a une forte corrélation entre la pauvreté, les groupes vulnérables et l'exposition sur le lieu de travail: les plus pauvres sont particulièrement vulnérables car ils disposent de peu de capacité d’appréciation et d’évaluation des risques et des dangers liés aux pesticides. Ceux-ci sont d’ailleurs souvent appliqués sans protection ou formation.
 
OMS. Dans la mesure où les limites de sécurité fixées lors des essais des produits chimiques s'appliquent à tous les groupes, il n’existe aucune approche spécifique pour les enfants et les femmes, telles que des normes ou des limites différentes. Les limites existantes s’intéressent à la protection de tous avec une certaine marge d’incertitude.
 
Au cours du débat il a été souligné que la prévention est essentielle. Les problèmes des pauvres et des vulnérables peuvent être traités par des campagnes de sensibilisation au niveau local, par des lois et des règlements qui prennent en compte les pesticides dangereux et par une application rigoureuse de la législation et des règlements, y compris lors de contrôles et d’inspections.
 
Il est nécessaire de renforcer la collecte des données au niveau du terrain concernant l'utilisation de pesticides et les empoisonnements connexes afin de sensibiliser et créer un lien avec les décideurs des instituts nationaux, tels que les registres de pesticides.
 
La FAO, l'OIT et l'OMS s’intéressent respectivement aux thèmes de l'agriculture, du travail et de la santé tout en s’occupant d’éducation et de sensibilisation. Les membres du panel ont exprimé leur volonté d'unir leurs efforts et d’assumer des rôles complémentaires compte tenu de l’importance des défis concernant le bien-être des populations et la nécessité de protéger la santé des groupes vulnérables contre les risques causés par les pesticides dangereux. Les synergies entre les organisations sont l'une des voies à suivre pour rendre l'agriculture un milieu de travail sain et durable.
 
Pour plus d'informations, veuillez contacter elisabetta.tagliati@fao.org

Sites spécialisés