Produire plus avec moins

Chapitre 4
Les cultures et variétés

Les agriculteurs auront besoin de toute une gamme de variétés améliorées de plantes cultivées, d'origine génétique diverse, qui soient adaptées à toute une série d'écosystèmes agricoles et de méthodes d'exploitation agricole et capables de s'adapter aux changements climatiques.

Pour intensifier de manière durable les cultures, il faudra que les plantes cultivées et les variétés soient mieux adaptées aux méthodes de production tenant compte de la variabilité écologique, car les plantes et variétés actuelles ont été conçues pour un type d'agriculture à forte intensité d'intrants. L'emploi ciblé d'intrants externes exigera des plantes cultivées qui sont plus productives, qui absorbent les nutriments et l'eau de manière efficace, qui résistent mieux aux insectes nuisibles et aux maladies et qui tolèrent mieux la sécheresse, les inondations, le gel et les températures élevées. Les variétés choisies pour une intensification durable devront être adaptées à des zones géographiques et à des systèmes de production moins favorables, produire des aliments ayant une meilleure teneur nutritionnelle, tout en possédant les caractéristiques organoleptiques souhaitables, et aider à améliorer les services écosystémiques fournis.

Ces nouvelles plantes cultivées et variétés seront introduites dans des systèmes de production de plus en plus variés, où la biodiversité agricole – animaux d'élevage, pollinisateurs, prédateurs des organismes nuisibles, organismes du sol et arbres fixant l'azote – est également un facteur important. Les variétés se prêtant à l'intensification durable devront pouvoir s'adapter à l'évolution des méthodes de production et des systèmes agricoles (voir le chapitre 2) et à la protection intégrée contre les ravageurs (voir le chapitre 6).

L'intensification durable des cultures ira de pair avec l'adaptation aux changements climatiques, qui devraient entraîner une modification du calendrier, de la fréquence et de la quantité des précipitations, provoquant de graves sécheresses dans certaines régions et des inondations dans d'autres. Il est probable que les épisodes météorologiques extrêmes se fassent plus fréquents et que l'on assiste à l'érosion des sols, à la dégradation des terres et à la perte de biodiversité. Nombre des conditions à réunir pour pouvoir s'adapter aux changements climatiques sont identiques à celles nécessaires à l'intensification durable des cultures. L'amélioration de la diversité génétique permettra d'améliorer les capacités d'adaptation, alors que la résistance accrue au stress biotique et abiotique viendra améliorer les facultés d'adaptation du système d'exploitation agricole.

Intensifier durablement les cultures, cela veut dire non seulement mettre au point une nouvelle gamme de variétés, mais aussi élargir l'éventail des variétés en puisant dans un plus grand nombre de cultures qui, de nos jours, sont souvent négligées par les obtenteurs du secteur public ou privé. Les agriculteurs devront également avoir le moyen et la possibilité d'insérer ce matériel végétal dans leurs différents systèmes de production. On comprend donc pourquoi la gestion des ressources phytogénétiques, la mise au point de nouvelles plantes cultivées et variétés et la fourniture de semences et de matériel de plantation appropriés et de qualité aux agriculteurs revêtent une telle importance pour l'intensification durable des cultures.

Principes, concepts et contraintes

Le système appelé à fournir aux agriculteurs des variétés à haut rendement et bien adaptées se subdivise en trois parties:la conservation et la distribution des ressources phytogénétiques, la mise au point de variétés et la production et la fourniture de semences. Le bon fonctionnement de tout le système dépendra étroitement de la solidité des liens existant entre les différentes parties. Il faudra disposer de matériel conservé et amélioré pour la mise au point de variétés et celle-ci devra se faire à un rythme suffisant pour répondre à l'évolution de la demande et des besoins. Il est essentiel de fournir, en temps voulu, aux agriculteurs du matériel bien adapté, en qualité et en quantité suffisantes et à un prix abordable. Pour bien fonctionner, le système a besoin d'un cadre institutionnel approprié, ainsi que des politiques et des méthodes appuyant ses composantes et les liens existants entre elles.

Des efforts coordonnés devront être déployés au niveau international, national et local afin d'améliorer la conservation des ressources phytogénétiques –ex situ, in situ et à l'exploitation – et de fournir de manière plus efficace du matériel génétique aux différents utilisateurs1. De nos jours, les banques de gènes du monde entier contiennent environ 7,4 millions d'entrées. Ces collections sont complétées par des variétés traditionnelles et des plantes sauvages apparentées à des variétés cultivées, conservées in situ par des programmes nationaux et des agriculteurs, et par du matériel conservé dans des programmes de sélection végétale réalisés par le secteur public et privé2. La réussite de l'intensification durable des cultures passe par la mise en place de solides programmes nationaux de conservation, ainsi que par l'amélioration de la disponibilité et de la distribution d'une plus large gamme de variétés inter- et intraspécifiques.

Les questions techniques et institutionnelles, ainsi que les politiques générales, ont une influence sur l'efficacité des programmes d'amélioration des plantes cultivées. Pour la présélection de variétés, il faut disposer d'une vaste gamme de matériel génétique différent. Désormais, les programmes de sélection végétale entrepris par les autorités nationales ou par le secteur privé recourent largement à la génétique moléculaire et à d'autres biotechnologies, qui peuvent contribuer de façon essentielle aux objectifs de sélection en vue de l'intensification durable des cultures3. Quant aux politiques générales et aux aspects réglementaires, ils doivent couvrir la mise sur le marché des variétés, mais prévoir aussi des dispositions de protection de la propriété intellectuelle, une législation semencière et le recours à des technologies de restriction.

Les avantages potentiels de la conservation des ressources phytogénétiques et de la sélection végétale ne pourront pas se concrétiser tant que des semences de qualité de variétés améliorées ne seront pas distribuées aux agriculteurs dans le cadre d'un système efficace de multiplication et de distribution de semences. Les essais de variétés de matériel génétique prometteur, issu des programmes de sélection végétale, devront être suivis par la mise en circulation rapide des meilleures variétés pour la multiplication de semences de sélection précoce. D'autres étapes essentielles doivent avoir lieu avant la vente de semences aux agriculteurs: production certifiée de semences et assurance de qualité fournie par le service semencier national. Les secteurs publics et privés doivent soutenir cette chaîne de valeur et, dans la mesure du possible, des sociétés semencières locales devraient produire des semences certifiées et les vendre aux agriculteurs.

Les petits agriculteurs du monde entier continuent à utiliser très largement les semences conservées à l'exploitation et n'ont guère accès à des systèmes semenciers commerciaux. Dans certains pays, plus de 70 pour cent des semences sont gérés dans le cadre du système semencier des agriculteurs, même dans le cas de plantes très largement cultivées. Les systèmes structurés, comme les systèmes de conservation des semences à l'exploitation, ont un rôle essentiel à jouer dans la distribution de matériel génétique adapté à l'intensification durable. Les différentes méthodes et procédures adoptées à l'appui de l'intensification durable des cultures devront tenir compte des modalités de fonctionnement des systèmes semenciers des agriculteurs et les renforcer afin de fournir aux agriculteurs une masse plus importante de matériel génétique neuf.

Si l'on veut faire que les différentes parties du système de conservation des ressources phytogénétiques et de distribution de semences répondent aux conditions requises pour l'intensification durable, il faut adopter des politiques et un cadre réglementaire efficaces, disposer d'institutions appropriées, réaliser un programme permanent de renforcement des capacités et, surtout, assurer la participation des agriculteurs. Il est également important de mettre en place un programme solide de recherche afin de fournir des informations, de nouvelles techniques et du matériel génétique neuf. Idéalement, un tel programme reflétera les connaissances et les expériences des agriculteurs, renforcera les liens entre les agriculteurs et les chercheurs provenant de différentes disciplines et appuiera la dynamique et l'évolution des besoins des systèmes d'intensification durable.

fiche d'information
Télécharger la fiche d'information - PDF, 860Kb
FICHE D'INFORMATION No. 3
Les cultures et variétés: des approches pour produire plus avec moins
  • Amélioration de la conservation et de l'utilisation des ressources phytogénétiques
  • Mettre au point des variétés améliorées et adaptées
  • Amélioration de la production et de la distribution de semences

La marche à suivre

Les mesures prises dans les domaines techniques et institutionnels, ainsi que dans celui des politiques d'orientation, peuvent faire en sorte que les systèmes d'utilisation des ressources phytogénétiques et de livraison des semences fonctionnent de manière efficace, à l'appui de l'intensification durable des cultures. Même si elles supposent l'intervention de plusieurs institutions et sont prises à différents niveaux, les mesures nécessaires auront un effet maximal si elles sont coordonnées. Les mesures suivantes sont recommandées:

  • Renforcer les liens entre la conservation des ressources phytogénétiques et l'utilisation de la diversité dans les activités de sélection végétale, moyennant notamment l'amélioration de la définition et de l'évaluation des caractères se rapportant à l'intensification durable des cultures, parmi une plus large gamme de plantes cultivées, l'appui accru à la présélection et à l'amélioration par sélection massale et enfin le net renforcement de la collaboration entre les institutions s'occupant de la conservation et de la sélection.
  • Renforcer la participation des agriculteurs à la conservation, à l'amélioration des plantes cultivées et à la fourniture de semences à l'appui d'activités portant sur une plus large gamme de plantes, pour faire en sorte que les nouvelles variétés soient compatibles avec les méthodes utilisées par les agriculteurs et avec leur expérience, et pour renforcer la conservation des ressources phytogénétiques à l'exploitation, ainsi que les systèmes paysans d'approvisionnement semencier.
  • Améliorer les politiques et les législations portant sur l'élaboration et la diffusion des variétés, y compris mettre en application, au niveau national, des dispositions du Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture, élaborer une législation souple concernant la diffusion des variétés et établir ou réviser des politiques et des législations semencières.
  • Renforcer les capacités en créant une nouvelle génération d'agents qualifiés pour appuyer les activités élargies de sélection végétale, le travail avec les agriculteurs et la mise à profit des cultures et variétés pour contribuer au succès de l'intensification.
  • Redynamiser le secteur public et étendre son rôle dans l'élaboration de nouvelles variétés de plantes cultivées, en créant un environnement favorisant le développement du secteur semencier et en faisant en sorte que les agriculteurs disposent des connaissances requises pour utiliser concrètement ces nouvelles variétés.
  • Appuyer l'apparition d'entreprises semencières locales du secteur privé en appliquant une démarche intégrée, où sont pris en considération les organisations de producteurs, les liens avec le marché et la valeur ajoutée.
  • Coordonner les liens avec d'autres composantes essentielles de l'intensification durable comme les pratiques agronomiques appropriées, la gestion des sols et des eaux, la protection intégrée contre les ravageurs, le crédit et la commercialisation.

Plusieurs pays et institutions sont déjà en train de prendre nombre de ces mesures. Le défi à relever est de mettre en commun les expériences, de se fonder sur les pratiques optimales qui ont été identifiées et testées et de se concentrer sur leur adaptation, en fonction des objectifs et des méthodes spécifiques de l'intensification durable. On pourra ainsi veiller à ce que la diversité biologique requise pour l'intensification durable, qui est déjà disponible dans les banques de gènes et les champs des agriculteurs, soit effectivement et efficacement mobilisée, dans les meilleurs délais.

Précédent
Suivant

Sources

1. Fowler, C. et Hodgkin, T. 2004. Plant genetic resources for food and agriculture: Assessing global availability. Annu. Rev. Envirn. Resour., 29: 143-79.

2. FAO. 2010. The Second Report on the State of the World's Plant Genetic Resources for Food and Agriculture. Rome.

3. Alexandrova, N. et Atanassov, A. 2010. Agricultural biotechnologies in developing countries: Options and opportunities in crops, forestry, livestock, fisheries and agroindustry to face the challenges of food insecurity and climate change (ABDC-10). Issue paper for the Regional session for Europe and Central Asia – Agricultural biotechnologies in Europe and Central Asia: New challenges and opportunities in a view of recent crises and climate change, Guadalajara, Mexique, 1-4 mars 2010.

Vous pouvez acheter Produire plus avec moins auprès de publications-sales@fao.org,
ou sur le catalogue en ligne de la FAO: www.fao.org/icatalog/inter-f.htm

4. Les cultures et variétés

Les agriculteurs auront besoin de toute une gamme de variétés améliorées de plantes cultivées, d'origine génétique diverse, qui soient adaptées à toute une série d'écosystèmes agricoles et de méthodes d'exploitation agricole et capables de s'adapter aux changements climatiques.

1 2 3 4 5 6 7

«Cet ouvrage montre qu'il serait possible de lancer une révolution encore plus verte.»
M. S. Swaminathan
Père de la Révolution verte en Inde

Pour commander l'ouvrage
Vous pouvez acheter Produire plus avec moins auprès de:
publications-sales@fao.org

Le manioc
Le premier guide de la FAO sur l'application pratique du modèle agricole «Produire plus avec moins».