FAVORISER LA MISE EN ŒUVRE – UNE «NOUVELLE ECONOMIE» POUR WFE – L’ENVIRONNEMENT PROPICE
VERSION IMPRIMABLE

II. Objectifs et portée de la Conférence

La Conférence sera basée sur des objectifs et cibles qui ont déjà été fixés au niveau international, y compris les priorités d'action aux niveaux international, national et local (voir Engagements internationaux). Elle encouragera leur développement plus poussé et, chose encore plus importante, leur mise en œuvre.

Le but de la Conférence est d'aider les parties prenantes dans divers agro-écosystèmes à développer des démarches pratiques en matière de gestion durable de l'eau pour la sécurité alimentaire et les écosystèmes. Dans ses délibérations, la Conférence se penchera à la fois sur la quantité et sur la qualité de l'eau comme éléments déterminants dans la réalisation des Objectifs du millénaire concernant les services d'eau pour les populations et pour les écosystèmes.

L'ordre du jour mondial et la démarche conceptuelle déjà largement acceptée vis-à-vis du développement et de la gestion durables ne seront que marginalement traités. Le niveau mondial est principalement pris comme point de départ, et la Conférence se penchera sur les moyens d'assurer la résolution des problèmes locaux par les parties prenantes, quels devraient en être le cadre et les structures de soutiens nécessaires au niveau national.

Pour éviter les questions non spécifiques, les délibérations seront basées sur des meilleures pratiques et études de cas pertinentes à des aliments et des écosystèmes spécifiques, examinant le résultat de l'application des concepts dans la pratique. A partir de ces études de cas, la Conférence cherchera à identifier les procédés employés avec succès par les parties prenantes pour développer de bonnes pratiques. L'accent portera sur des démarches axées sur les parties prenantes et orientées vers la mise en œuvre, dans lesquelles les parties prenantes assument leur responsabilité pour obtenir des résultats. Il s'agira de permettre et de délivrer des procédés et des actions devant être appuyés dans la pratique pour évoluer vers un développement durable.

En identifiant meilleures pratiques et enseignements génériques, la Conférence FAO/Pays-Bas sur l'eau pour l'alimentation et les écosystèmes vise à faciliter la mise en œuvre des engagements internationaux existants concernant l'utilisation durable de l'eau relativement à l'alimentation et aux écosystèmes. La Conférence fournira une plateforme de haut niveau pour aider les gouvernements à identifier les meilleures pratiques, les enseignements pratiques retenus et les environnements nécessaires à une utilisation durable de l'eau au niveau du bassin ainsi qu'à l'harmonisation de la production alimentaire et à la gestion des écosystèmes, en vue de faciliter la mise en œuvre des engagements. Le débat de la Conférence donnera suite aux dialogues continus tels que, entre autres, le Dialogue sur l'eau, l'alimentation et l'environnement.

La Conférence contribuera directement à la mise en œuvre de politiques et programmes internationaux relatifs à l'eau adoptés par le Sommet mondial sur le développement durable, la FAO, la Convention sur la diversité biologique, la Convention de Ramsar sur les zones humides et autres tribunes internationales. Les résultats de la Conférence seront diffusés dans le cadre de la 13ème session de la Commission sur le développement durable (avril 2005), de la 33ème session de la Conférence de la FAO (novembre 2005), de Ramsar COP 9 (2005), de CBD COP 8 (2006) et du quatrième Forum mondial de l'eau (mars 2006). Spécifiquement, il est envisagé que la Conférence aboutisse à:

  • L'identification de solutions faisables pour atteindre les Objectifs de développement du millénaire et développer des stratégies et plans d'action dans les cadres des DSRP.
  • L'identification et le développement par la FAO, la CDD, la CBD et la Convention de Ramsar (et autres organisations internationales) de programmes complémentaires et synergiques, par le biais de partenariats avec d'autres organisations, en vue de renforcer le travail sur l'eau agricole et l'intégrité des écosystèmes en assurant des quantités et une qualité adéquates des ressources.
  • La promotion au niveau national et au sein des institutions d'un travail concret qui contribuera au développement d'une démarche axée sur les écosystèmes vis-à-vis de la gestion intégrée des ressources en eau et des plans de productivité de l'utilisation de l'eau pour le développement rural durable et la sécurité environnementale.
  • L'identification des modifications politiques requises et de la coopération transfrontalière nécessaire pour créer un environnement permettant aux parties prenantes locales de faire l'expérience d'une GIRE orientée vers les écosystèmes et de l'améliore.
  • Une sensibilisation accrue et la compréhension des activités actuelles de diverses organisations (bilan).
  • Le renforcement et/ou l'établissement de partenariats nationaux et internationaux consacrés à l'eau pour l'alimentation et les écosystèmes.