AGP - detail
 
Project
GCP/RAF/009/NET - Programme sous-regional de Formation Participative en Gestion Intégrée de la Production et des Déprédateurs des cultures a travers les champs-écoles des producteurs (GIPD/CEP) pour le Bénin, Burkina Faso, Mali et Sénégal
Project classifiers
GCP, Pesticide management
Summary text
L’objectif de développement pour la phase 2 du programme sous-régional de GIPD est de promouvoir un développement agricole durable ; par la généralisation, l'institutionnalisation et la diffusion de la Gestion Intégrée de la Production et des Déprédateurs (GIPD) à travers les Champs Ecoles de Producteurs (CEP) au niveau national et sous-régional. Aussi le programme contribuera à l’amélioration durable et équitable (genre, zones ...) de la sécurité alimentaire, des revenus, des conditions de vie des producteurs et à la réduction de la pauvreté en milieu rural.
Full description

Les pays membres du programme sont caractérisés par la dégradation inexorable de leurs ressources naturelles non seulement en raison des mauvaises conditions climatiques qui ont fragilisé les écosystèmes naturels, mais aussi à cause de l'action de l'Homme ; utilisation irrationnelle des pesticides agro-chimiques, systèmes de production inadaptés etc.. Or, il est tout à fait admis que l’utilisation abusive et sans discernement des produits agrochimiques notamment les pesticides a des conséquences néfastes sur la santé humaine, animale, sur l’environnement et sur la gestion de la fertilité des sols et des déprédateurs. 
Ces mauvaises pratiques continuent à avoir cours sans doute du fait que les différents acteurs et opinions publiques ne sont pas suffisamment bien sensibilisés et formés sur leurs conséquences à court et moyen termes. Cette situation a créé une insécurité alimentaire récurrente et a accentué la pauvreté en milieu rural rendant les conditions de vie de millions de ruraux précaires et favorisant l’exode rural. Ainsi, les systèmes de production dominants (coton, riziculture ou maraîchage) sont confrontés au déclin de la fertilité des sols, à la baisse ou à la stagnation des rendements, à l’accroissement de la pollution et de la dégradation de la biodiversité agricole. Il apparaît donc nécessaire de renverser cette tendance par une gestion raisonnée des déprédateurs des cultures et singulièrement des pesticides agrochimiques, la restauration de la fertilité des sols et la préservation de la diversité biologique. La formation des principaux acteurs (acteurs de vulgarisation, producteurs) sur les bonnes pratiques agricoles et la sensibilisation des décideurs politiques et techniques à la gestion intégrée de la production et des déprédateurs en tant que stratégie peu onéreuse et respectueuse de la santé humaine et animale et l’environnement sont donc nécessaires pour atteindre cet objectif. Les curricula de formations nécessaires prendront en compte plusieurs innovations ou alternatives aux pesticides chimiques classiques ; telles la rizipisciculture, la diversification des systèmes de production, la gestion intégrée de la fertilité et la restauration des sols, les biopesticides, la conservation des ennemis naturels associés aux déprédateurs des cultures etc. Toutes ces innovations et alternatives seront diffusées à travers les CEP organisés dans le cadre de la « gestion intégrée de la production et des déprédateurs des cultures (GIPD) ».

Project outputs/results/impact

Les pays bénéficiaires du programme sous régional sont le Burkina Faso, le Mali et le Sénégal qui ont été intéressés par la première phase et auxquels s’ajoutent pour cette seconde phase le Bénin au titre du financement des Pays Bas, (et du Niger, Mauritanie et Guinée avec l’appui du Fond pour l’Environnement Mondial ou FEM). Les principaux bénéficiaires du programme de GIPD sont les exploitations familiales agricoles des pays membres. A travers ces exploitations familiales, ce sont leurs organisations de base qui seront renforcées et mieux organisées.
Les autres bénéficiaires du programme sont les ONGs avec qui le programme travaillera ; les systèmes nationaux de vulgarisation agricole qui seront enrichies avec un nouvel outil de travail et qui verront leurs capacités renforcées avec la mise à disposition de plusieurs milliers de petits producteurs et de quelques centaines d’agents de vulgarisation agricole et de producteurs facilitateurs. Les structures paraétatiques (telles que les sociétés cotonnières) et les instituts de recherche verront leurs structures enrichies techniquement et scientifiquement. Enfin, les gouvernements des 4 pays membres du programme sous-régional utiliseront le programme comme un bel outil de coopération technique et scientifique et un moyen d’intégrer leurs efforts dans le domaine d’une production agricole durable

Project duration
Jul 2006 - Jun 2011
Project budget
9,553,091
AGP Contact
William Settle, Project Manager, AGPMC
Project partner information

Le Gouvernement du Royaume des Pays-Bas (le Gouvernement donateur) et les Gouvernement du Bénin, Burkina-Faso, Mali et Sénégal

Geografic reference
Benin, Burkina Faso, Mali, Senegal