La production laitière et les produits laitiers
 

Les ressources alimentaires

Dans les conditions qui prévalent dans les pays en développement, la mauvaise qualité de l'alimentation (faible digestibilité et faible valeur nutritive) est l'un des principaux facteurs limitant la production laitière. Les animaux laitiers sont souvent nourries avec des aliments fibreux - principalement des résidus de récolte et des pâturages de mauvaise qualité - qui sont déficients en azote, minéraux et vitamines. Les chameaux, les petits ruminants, les buffles d’eau, les yacks et les équidés sont plus en mesure d'utiliser des fourrages de mauvaise qualité que les bovins. Par exemple, les buffles d'eau sont connus pour mieux digérer les fourrages médiocres que les bovins, tandis que les chevaux et les ânes sont plus efficaces pour le recyclage de l'urée.

Les petits producteurs de lait dans les pays en développement utilisent généralement les ressources alimentaires localement disponibles, telles que les pâturages naturels, les résidus de récolte, la coupe et le transport des fourrages jusqu’à l’auge («cut-and-carry»), les cultures fourragères et les produits alimentaires locaux (y compris les sous-produits agro-industriels). Le pâturage communal est une pratique courante dans les pays en développement. Les pâturages ne sont souvent pas bien entretenus et ont une mauvaise qualité nutritionnelle. La mise au pâturage sans complémentation alimentaire est largement pratiquée en Amérique latine et dans certaines régions d'Afrique. Dans une grande partie de l'Asie et du Proche-Orient, les animaux laitiers sont largement nourris de céréales, avec ou sans complémentation en tourteaux et autres sous-produits comme le son.

L'utilisation de compléments (énergie et/ou riches en protéines) est particulièrement importante pour les espèces laitières car la production laitière est un processus qui consomme beaucoup d'énergie. Les petits producteurs laitiers ne fournissent généralement pas de compléments conventionnels comme les concentrés à base de céréales, les tourteaux d'oléagineux et les minéraux, en raison de leur coût élevé et de leur faible disponibilité. La production laitière des petits producteurs dépend donc principalement des fluctuations saisonnières de la qualité et de la quantité du fourrage naturel. La conservation du fourrage sous forme de foin ou d'ensilage permet de produire et vendre du lait pendant les périodes de pénurie alimentaire. Les producteurs de lait en Afrique et en Asie utilisent de plus en plus des fourrages issus des arbres et des arbustes (frais, secs ou transformés) pour surmonter les coûts élevés des aliments pour les animaux laitiers et faire face aux fluctuations saisonnières des autres sources de fourrage.

Données sur l’alimentation des animaux laitiers

  • Dans les pays en développement, les animaux laitiers sont moins directement en concurrence avec les humains pour l’alimentation en raison de l'utilisation limitée des concentrés.
  • La production de lait est plus élevée lorsque la femelle donne naissance pendant la saison des pluies, en raison de la plus grande disponibilité de nourriture et d'eau.
  • La plupart des ressources alimentaires tropicales sont pauvres en azote et en minéraux et riches en fibres.