FAO.org

Accueil > agriculture > Programme de Gestion intégrée de la production et des déprédateurs en Afrique > Aperçu du programme > Autonomisation des genres
Programme de Gestion intégrée de la production et des déprédateurs en Afrique
Photo: ©FAO/Olivier Asselin

Le programme GIPD s’appuie sur trois objectifs principaux:

  • le renforcement des capacités des producteurs locaux;

  • l’amélioration de la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance;

  • sensibiliser.

Autonomisation des genres

En Afrique sub-saharienne, les femmes représentent près de la moitié de la main d’œuvre agricole. Mais comme elles sont fréquemment discriminées, socialement et culturellement, elles n’ont souvent pas accès aux connaissances, aux biens de production, aux intrants, aux technologies et aux compétences décisionnelles nécessaires pour accroître la productivité agricole et les revenus.

Investir dans les femmes rurales – et s’assurer qu’elles aient accès aux ressources et les contrôlent – peut produire les meilleurs retours sur investissement en termes de pauvreté, d’insécurité alimentaire et de malnutrition au sein des communautés, en particulier chez les plus vulnérables comme les jeunes et les personnes âgées. Dans cette optique, le programme GIPD travaille à l’autonomisation des femmes dans l’agriculture. Cela implique de s’assurer que l’approche sexospécifique est bien intégrée au sein de sa stratégie opérationnelle, de former les parties prenantes et d’encourager une plus grande sensibilisation et davantage d’échange sur les questions liées aux sexospécificités.

Intégration de la dimension genre

Le programme GIPD intègre l’approche sexospécifique à tous les stades de ses projets, depuis la planification et la conception jusqu’à la mise en œuvre et l’évaluation. Ceci fait passer au premier plan la question des relations actuelles entre les sexes et des contraintes rencontrées par les femmes dans l’agriculture et permet d’informer la prise de décision et de s’assurer que les activités soient plus inclusives et équilibrées en matière de parité hommes- femmes.

Renforcement des capacités

En encourageant une représentation équitable des femmes dans les champs écoles des producteurs (CEP) et la formation de facilitateurs, le programme GIPD permet une meilleure visibilité des femmes dans l’agriculture et favorise des changements positifs dans les attitudes, les comportements et les pratiques. Les efforts pour sensibiliser sur la discrimination fondée sur le sexe et souligner la contribution des femmes à l’agriculture et au développement ne peuvent que renforcer cela. Une stratégie pour intégrer la dimension genre dans les CEP de la GIPD est en cours d’élaboration et sera diffusée dans les pays du programme GIPD avec, pour cibles, les agriculteurs, les dirigeants communautaires, les agents de terrain, les facilitateurs des CEP, le gouvernement local et les unités de coordination.

Amélioration de l’information et des connaissances

Grâce à l’intégration de la dimension genre au cours de la conception du projet, le programme GIPD possède des données quantitatives et qualitatives sur l’accès des femmes à ses produits et services. L’approche CEP, qui favorise le partage d’information et de connaissances, permet également de développer les qualités de dirigeant des femmes; l’environnement d’apprentissage par la pratique peut renforcer les compétences des femmes en matière de pensée critique, de prise de décision et de communication. En outre, les CEP, en particulier lorsqu’ils sont associés aux clubs d’écoute communautaires, peuvent offrir un excellent point d’entrée pour discuter des rôles assignés à chaque sexe et pour sensibiliser localement sur les disparités existantes entre les sexes.