logo lead

 
 > agriculture > LEAD > Thématiques > Le rôle de l'élevage dans la pollution des terres, de l’eau et de l’atmosphère
 

Le rôle de l'élevage dans la pollution des terres, de l’eau et de l’atmosphère

Contexte

Au cours des dernières décennies, la production animale a augmenté rapidement, en particulier dans les pays en développement. La plupart de la production, cependant, n'est pas générée par les systèmes de production traditionnels qui ont caractérisé ces régions pendant des siècles, mais par la production industrielle à grande échelle de porcs et de  volaille, et dans une certaine mesure, de produits laitiers. La production industrielle à grande échelle compte pour environ 80 pour cent du total de l'augmentation de la production. La production repose presque exclusivement sur les aliments concentrés, souvent importés d'autres régions du pays ou de l'étranger.

Dans de nombreuses régions en développement, cette croissance rapide a été déclenchée par les changements dramatiques dans la nature et la localisation de la production animale. Les systèmes d'agriculture mixte, dans lequel les agriculteurs élevaient quelques animaux à côté de leurs cultures, ont cédé la place à de grandes unités industrielles comprenant des milliers d'animaux. Le production animale actuelle passe de plus en plus des bovins et autres ruminants qui broutent l'herbe et mangent du fourrage aux porcs et aux volailles engraissés par des régimes alimentaires à base d’aliments concentrés. Désormais, le cœur de la production animale ne se situe plus dans les communautés agricoles rurales mais à la périphérie des villes.

Géographiquement, la plupart des unités de production industrielles à grande échelle sont localisées dans et autour des grandes villes. Cela conduit à la pollution massive de ces zones et en particulier de leurs eaux de surface et souterraines. Les émissions à effet de serre (méthane, oxyde nitreux) et d'autres gaz (ammoniac) sont d'autres formes de pollution. En outre, plusieurs risques existent pour la santé publique en raison de la proximité de fortes concentrations humaines et animales. Les zones rurales qui auraient les ressources nécessaires pour approvisionner les marchés urbains ne disposent pas de bourse de marchandise en croissance rapide. Le cadre politique actuel favorise souvent le développement de la production industrielle à grande échelle en rendant par conséquent les pauvres encore plus vulnérables.

La concentration géographique des unités de production animale s’explique par l’avantage de coûts pour les entreprises situées près du marché de consommation, étant donné que dans la plupart des pays, les infrastructures (routes, la chaîne du froid, les installations commerciales et de manutention) ne sont pas encore bien développées. La législation relative à la production animale et à la gestion des déchets qui en découlent  n’est pas suffisamment développé ou ne peut pas être appliqué. Ainsi, la production industrielle à grande échelle engendre d’importants dégâts environnementaux avec des conséquences locales et mondiales. Dans le même temps, les petits producteurs en milieu rural sont désavantagés par ces tendances qui favorisent la politique urbaine.

Si ces tendances sont extrêmement préoccupantes d’un point de vue social, environnemental et sanitaire, il existe un certain nombre de tendances compensatrices. Tout d'abord, la sensibilisation à l'environnement s’accentue dans les pays qui ont atteint un niveau de revenu moyen, et qui peuvent par conséquent élaborer et exécuter des réglementations environnementales plus strictes. Deuxièmement, le développement des infrastructures a commencé à permettre l'implantation de nouvelles unités de production dans les zones rurales, où beaucoup plus de terres sont disponibles pour absorber les déchets. Troisièmement, les écarts de prix entre les zones urbaines et rurales pour la terre et le travail dans ces pays se sont accentués, en fournissant des incitations pour la mise en place et la faisabilité des unités de production dans les zones rurales.

L'approche de l’Initiative LEAD pour répondre à ces problématiques

L'initiative LEAD a abordé les problèmes engendrés par la production animale industrielle de diverses manières en se concentrant sur les pays qui connaissent une augmentation rapide de la production et des changements majeurs dans les systèmes de production. Ces pays se spécialisent vers la production industrielle et concentrent leurs unités de production dans certaines régions:

  • mener une analyse de base complète sur la production animale industrialisée qui permettra de disposer d’un outil d'aide à la décision adapté et de fournir aux décideurs politiques des conseils sur ces problématiques
  • développer et expérimenter des nouvelles approches/concepts tels que l’intégration régionale pour la gestion de la production industrielle à grande échelle
  • contribuer au développement d’outils d'aide à la décision (tel que le modèle d'équilibre nutritif) et au renforcement des capacités sur les problèmes environnementaux engendrés par les systèmes d'élevage industrialisés

À cette fin, l’Initiative LEAD a mis l'accent sur la mise en œuvre d'un certain nombre de projets qui abordent les problèmes environnementaux liés à la production animale intensive.

  1. Projets pilotes d’Intégration régionale (Terminés)
  2. Etudes sur l'industrialisation: Industrialisation de l'élevage, commerce et impact social – sanitaire – environnemental dans les pays en développement (Terminé)
  3. Gestion des déchets issus de l’élevage en Asie de l'Est (LWMEA) [En cours]
Bookmark and Share