La FAO en Amérique latine et aux Caraïbes

La faim touche maintenant 42,5 millions de personnes en Amérique latine et dans les Caraïbes

L'Amérique du Sud accueille la majorité des personnes sous-alimentées en raison du recul de la sécurité alimentaire au Venezuela, indique un nouveau rapport de l'ONU.

L’Amérique du Sud héberge la majorité (55%) des personnes sous-alimentées de la région.

Le 15 juillet 2019- La faim augmente en Amérique latine et dans les Caraïbes et a touché 42,5 millions de personnes en 2018, indique le nouveau rapport conjoint FAO, FIDA, UNICEF, OMS et PAM, intitulé L'état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde en 2019

Selon le rapport, au cours des cinq dernières années (2014-2018), la sous-alimentation a augmenté au niveau mondial, principalement en raison des hausses enregistrées en Afrique et, dans une moindre mesure, en Amérique latine.

En Amérique latine et dans les Caraïbes, les taux de sous-alimentation ont augmenté ces dernières années, principalement en raison de la situation en Amérique du Sud, où le pourcentage de personnes souffrant de la faim est passé de 4,6% en 2013 à 5,5% en 2018.

L’Amérique du Sud héberge la majorité (55%) des personnes sous-alimentées de la région, et l’augmentation observée ces dernières années est principalement due à la détérioration de la sécurité alimentaire dans la République bolivarienne du Venezuela, où la prévalence de la sous-alimentation a été multipliée par quatre, passant de 6,4% à en 2012-2014 à 21,2 % en 2016-2018.

L’augmentation significative de la sous-alimentation au Venezuela ces dernières années coïncide avec la période de récession du pays, étant donné que l’inflation aurait atteint environ 10 millions pour cent et la croissance du PIB réel s’est détériorée, passant de -3,9% en 2014 à environ -25% en 2018.

En revanche, le pourcentage de sous-alimentation en Amérique centrale (6,1%) et dans les Caraïbes (18,4%) est en baisse depuis 2013, même s'il est supérieur à celui de l'Amérique du Sud (5,5%).

« Au cours des 15 premières années de ce siècle, l'Amérique latine et les Caraïbes ont réduit de moitié la sous-alimentation. Mais depuis 2014, la faim est à la hausse », a déclaré le Représentant régional de la FAO, Julio Berdegué.

« Nous devons sauver en moyenne plus de 3,5 millions de personnes de la faim chaque année d'ici 2030 si nous voulons atteindre l'objectif Faim Zéro des objectifs de développement durable n° 2 », a-t-il ajouté.

Ralentissement économique, augmentation de la pauvreté et des inégalités

La hausse de la faim est étroitement liée au ralentissement économique général de la région. La baisse des prix des produits de base depuis 2011 a entraîné une détérioration des finances publiques de nombreux pays d'Amérique latine et des Caraïbes tributaires de leurs exportations de produits de base.

Le taux de chômage urbain a atteint 8,9% en 2016, soit une augmentation de 1,6 point par rapport à 2015. La baisse du PIB et la hausse du chômage ont entraîné une baisse des revenus des ménages. Après plusieurs années de réductions marquées de la pauvreté, le nombre de personnes pauvres est passé de 166 millions à 175 millions entre 2013 et 2015, passant de 28,1% à 29,2% de la population.

Une nouvelle mesure de l'insécurité alimentaire:

Le rapport SOFI de cette année propose un nouveau moyen de mesurer les progrès accomplis vers l’Objectif de développement durable n° 2: la prévalence de l’insécurité alimentaire modérée ou grave sur la base de l´Echelle d´Expérience de la Sécurité Alimentaire (EESA).

Bien que la prévalence de la sous-alimentation (faim) soit l’indicateur traditionnel de la FAO utilisé pour surveiller la faim, l’échelle EESA repose sur des données obtenues en interrogeant directement les populations par le biais d’enquêtes sur leur sécurité alimentaire et leur accès à la nourriture.

Selon l´ EESA, 9% de la population latino-américaine (uniquement l'Amérique du Sud et centrale, vu qu´il n'y a pas de données disponibles pour les Caraïbes) ont souffert d'une grave insécurité alimentaire en 2018, alors que 21,9% ont connu une insécurité alimentaire modérée. Le taux d'insécurité alimentaire grave a atteint 10,6% pour l'Amérique centrale et 8,3% pour l'Amérique du Sud. L'insécurité alimentaire modérée a touché 20,9% des Centraméricains en 2018 et 22,3% des Sud-Américains.

Retard de croissance, émaciation, surpoids et obésité

À l'heure actuelle, selon le rapport SOFI, 4 millions d'enfants de moins de 5 ans souffrent de surcharge pondérale (7,5% du total), 700 000 souffrent de perte de poids (1,3%) et 4,8 millions souffrent d'un retard de croissance (9%).

Quant aux adultes, la situation est encore pire en termes de surpoids et d'obésité. « Aujourd’hui, pour chaque personne souffrant de la faim, six souffrent de surcharge pondérale », a déclaré M. Berdegué, appelant à une poussée régionale majeure contre toutes les formes de malnutrition.

Partagez