Biodiversity
 

Biodiversity @ FAO

Organismes Aquatiques

Les zones côtières, marines et continentales abritent un riche éventail de diversité biologique aquatique, qui contribue à l’amélioration des conditions économiques, culturelles, sociales, récréatives et spirituelles des populations humaines. La vie est apparue dans les océans et, au cours des millénaires, elle s’est répandue sur les continents et a évolué vers diverses formes utilisées aujourd’hui par une variété d’agents, notamment les pêcheurs commerciaux et artisanaux, les pisciculteurs, les promoteurs et les touristes.

La préservation de la biodiversité aquatique dans le domaine de la pêche de capture est fondamentale pour garantir la productivité des stocks halieutiques mondiaux, leur résistance et leur adaptabilité aux évolutions environnementales, notamment au changement climatique. En 2011, les prises de la pêche de capture concernaient – selon les estimations – 1 938 espèces ou groupes d’espèces aquatiques. Il s’agissait principalement de poissons à nageoires (1 402 espèces) mais aussi de crustacés (194 espèces), de mollusques (150 espèces) et d’autres espèces. La pêche de capture s’appuie sur un plus large échantillon de la diversité biologique que tout autre secteur de la production alimentaire.

La biodiversité aquatique représente un fort potentiel qui permet au secteur de la pêche et de l’aquaculture d’améliorer encore davantage sa contribution à la sécurité alimentaire et à relever les défis nutritionnels futurs que suscitera la croissance démographique.

La biodiversité génétique dans l’aquaculture fournit le matériel brut qui permet aux éleveurs d’améliorer la production, l’efficacité et les possibilités de commercialisation des espèces d’animaux et de végétaux aquatiques. Plus de 360 espèces de poissons, d’invertébrés et de plantes sont élevées dans le monde. Cela représente une mine de diversité génétique – à la fois entre les espèces et en leur sein – qui contribue à faire de l’aquaculture l’un des secteurs de la production alimentaire qui connaissent la croissance la plus rapide. L’homme a commencé à domestiquer des animaux et des végétaux terrestres il y a environ 12 000 ans. Cependant, plus de 90 pour cent des espèces aquatiques cultivées ne sont domestiquées que depuis le début du XXe siècle.

Bien que la biodiversité aquatique joue un rôle vital dans les moyens de subsistance, elle est menacée par des facteurs internes au secteur de la pêche, comme la surexploitation des ressources, les pratiques destructrices et l’introduction d’espèces exotiques, ainsi que par des facteurs externes comme la destruction et la dégradation des habitats – principalement imputables à des activités terrestres. Il sera essentiel de réduire ces menaces pour continuer à fournir des nutriments de qualité et des débouchés économiques aux millions de personnes qui dépendent de la biodiversité aquatique.

Le Département des pêches et de l’aquaculture de la FAO est chargé de fournir des informations sur la production de la pêche de capture et de l’aquaculture, de développer les connaissances et d’élaborer des politiques et des instruments intergouvernementaux visant à promouvoir des pratiques halieutiques et aquacoles durables. En 2007, le Département a publié les Directives techniques sur la gestion des ressources génétiques, destinées à appuyer certaines sections du Code de conduite pour une pêche responsable sur les aspects ayant trait à la gestion des ressources génétiques dans l’aquaculture. La gestion efficace de la biodiversité peut aider à promouvoir l’aquaculture responsable, en accroissant les résultats et l’efficacité de la production, et à réduire autant que possible les impacts négatifs sur l’environnement.

©FAO/Matthias Halwart
Journée internationale de la biodiversité 2013
Video on aquatic genetic resources for food and agriculture