Biodiversity
 

Biodiversity @ FAO

Parité hommes-femmes

Tous les habitants de la planète utilisent les ressources biologiques animales et végétales. Cependant, les femmes et les hommes vivant en milieu rural sont souvent totalement dépendants de l’environnement. Comme ils appartiennent généralement aux groupes les plus pauvres et vulnérables du monde, leurs moyens d’existence sont intimement liés à l’utilisation de la variété biologique. À cet égard, toute évolution de la structure de la biodiversité aura avant tout une incidence sur la viabilité des moyens de survie en milieu rural. La préservation de la biodiversité agricole est donc cruciale en matière de développement rural durable, de sécurité alimentaire et de réduction de la pauvreté. Parallèlement à cela, la lutte contre la pauvreté nécessite également que l’on prête une plus grande attention à la complexité des systèmes agricoles et aux différents rôles et systèmes de connaissance que les hommes et les femmes ont intégrés.

Pour préserver la biodiversité agricole, nous devons porter une attention plus grande aux différents rôles et systèmes de connaissance que les hommes et les femmes ont intégrés.

La FAO met actuellement en place des activités visant à améliorer la sécurité alimentaire des populations rurales et à promouvoir la gestion durable de la biodiversité agricole en renforçant la capacité des institutions dans le secteur agricole, afin d’adopter des approches qui reconnaissent les besoins, préoccupations et connaissances distincts des hommes et des femmes dans leurs programmes et politiques.

Les principales activités sont les suivantes: formation sur la manière d’enregistrer et de réunir des informations sur le savoir local, et sur la façon d’utiliser l’analyse des questions de parité hommes-femmes et les méthodes participatives tant pour la recherche que pour les processus d’action; assistance technique en matière de recherche sur les différences entre les sexes dans les connaissances des agriculteurs ayant trait à la conservation et à la gestion de la biodiversité agricole (par exemple, utilisation de plantes médicinales, gestion des semences locales); assistance technique pour l’amélioration de la communication et de l’échange d’informations basées sur les systèmes de connaissance agricole locaux entre les communautés et en leur sein, ou entre celles-ci et les institutions qui interagissent avec les agriculteurs et les responsables politiques.

©FAO/J. Koelen